Canal Seine-Nord : le financement confirmé

La décision était très attendue : l’État a confirmé contribuer à hauteur d’1,1 milliard d’euros au projet du canal Seine-Nord Europe. De quoi définitivement lancer ce chantier « du xxıe siècle » dès l’année prochaine.
Le canal à grand gabarit de 1 100 kilomètres de long pourrait favoriser la création de 45 000 emplois à l'horizon 2050.
Le canal à grand gabarit de 1 100 kilomètres de long pourrait favoriser la création de 45 000 emplois à l'horizon 2050. (Crédits : iStock)

Tous les partisans du projet ont pu pousser un ouf de soulagement. La réalisation de cette liaison fluviale à grand gabarit de 107 kilomètres, déclarée d'utilité publique il y a dix ans, n'était jamais entrée dans une phase concrète.

C'est désormais chose faite avec l'accord signé début octobre entre Xavier Bertrand, le président du conseil régional des Hauts-de-France, les présidents des conseils départementaux, Gérald Darmanin, le ministre des Comptes publics et le secrétaire d'État auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire.

Un réseau de canaux

Les collectivités, elles, s'engageront également à hauteur de 1,1 milliard d'euros, l'Europe finançant les études à 50 % et les travaux à 40 %. Sur ce projet chiffré à 4,5 milliards d'euros, il restera à trouver entre 700 et 900 millions d'euros, pour lequel « l'État aidera à la mise en place de ressources à assiette locale », précise le communiqué officiel. Les travaux pourraient commencer à la fin du premier semestre 2020 pour se terminer vers 2028. Le projet de Seine-Nord Europe (CSNE) vise à créer une liaison fluviale reliant le bassin de la Seine au nord-ouest de l'Europe, avec un canal de 107 kilomètres reliant Compiègne à Cambrai. Ce qui donnerait naissance à un réseau de 1100 kilomètres de canaux, desservant 200 villes. Les retombées ont été estimées en 2017 par le Conseil économique social et environnemental régional (Ceser) à 45 000 emplois à horizon 2050, sans compter le business induit pour les secteurs du BTP, de la logistique et de l'hôtellerie durant le chantier.

La bataille de la concertation

Reste que la région ne doit pas seulement voir passer les péniches entre Paris et le Bénélux. C'est là que le bât blesse.

« Nous avons constaté que dans le schéma d'aménagement et de développement durable et d'égalité des territoires, qui établit la stratégie régionale des prochaines années, il n'y avait pas une seule ligne concernant le développement des plateformes le long du canal », se sont inquiétés Bruno Fontaine, président de la CCI Grand Hainaut et Philippe Hourdain, président de la CCI Hauts-de-France.

Pour que les acteurs régionaux bénéficient aussi des retombées d'une telle infrastructure, la Chambre de commerce et d'industrie des Hauts-de-France et le Groupement des entreprises régionales d'intérêt fluvial (Gerif), ont interrogé les entreprises, afin d'orienter le développement des plateformes multimodales et plus largement le développement des sites portuaires et logistiques. Après le financement une autre bataille s'annonce : celle de l'information des entreprises et surtout de la concertation.

Banque des Territoires | Partenaires

Les territoires qui se renouvellent face à la crise

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 4
à écrit le 06/11/2019 à 17:38
Signaler
Étant proche du futur canal (environ 500m) nous avons beaucoup de craintes des éventuelles nuisances etc. L impact sur l environnement sera énorme dans la haute Somme zone de passage de nombreux oiseaux migrateurs... aucune enquête sur ces conséquenc...

à écrit le 06/11/2019 à 9:19
Signaler
Le milliard € manquant on l'aurait depuis des années si l'état n'avait pas donné les autoroutes ou si le gouvernement n'avait pas cédé en rase campagne face aux bonnets rouges sut l'écotaxe. Après, il ne faut pas sous-estimer les effets négatifs s...

à écrit le 06/11/2019 à 8:48
Signaler
Excellente initiative que l'on ne peut qu’applaudir des deux mains, toutes ces anciennes voies de circulation et de transports, non carbonées par définition, ajoutées aux liaisons entre communes via des voies vertes réservées aux déplacements lents p...

le 06/11/2019 à 10:30
Signaler
@ hercule Toujours rien à dire, toujours signalé. J'exige la suppression des comptes du multipseudos qui me harcèlent depuis des années.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.