Hauts de France : IRD lance un fonds de « capital-transformation » pour les PME

 |  | 598 mots
Lecture 3 min.
Barthélémy Guislain (à gauche), président de l'AFM (Association familiale des Mulliez), et Octave Klaba, fondateur d'OVH, licorne française du cloud.
Barthélémy Guislain (à gauche), président de l'AFM (Association familiale des Mulliez), et Octave Klaba, fondateur d'OVH, licorne française du cloud. (Crédits : IRD)
Le groupe de capital développement nordiste IRD lance un nouveau fonds associant notamment OVH et l'AFM (Association familiale Mulliez). Il pourrait concerner une dizaine de projets, pour un montant de 150 millions d'euros.

FE2T pour Fonds Entrepreneurial Territorial de Transformation. Derrière ce nom compliqué, c'est une petite révolution pour l'IRD, un groupe d'entrepreneurs-investisseurs régionaux, mis en place en 1990. « Ce n'est pas seulement un fonds d'investissement. C'est aussi un accompagnement pour co-construire la transformation avec le dirigeant », a argumenté Thierry Dujardin, directeur général du Groupe IRD. C'est aussi un montant record, avec un premier closing à 100 millions d'euros, comparés aux 46,3 millions d'euros investis au capital des entreprises en 2018.

Pourquoi ce nouveau fonds ? « Les entreprises ont besoin de transformation, sans que cela soit forcément lié à la pandémie de Covid-19. Il s'agit de mieux faciliter la mutation de PME ou d'ETI des Hauts-de-France, qui doivent réinventer de nouveaux modèles économiques », souligne Jean-Pierre Letartre, président du groupe IRD d'Entreprises et Cité (campus patronal qui chapeaute l'IRD) mais aussi du Comité Grand Lille et du Réseau Alliances.

25 millions d'euros de chiffre d'affaires minimum

Ce "capital-transformation" pourra ainsi accompagner les entreprises enregistrant au moins 25 millions d'euros de chiffre d'affaires, les prises de participation pouvant aller jusqu'à 15 millions d'euros. 400 sociétés sont potentiellement concernées (dont 200 avec capitaux indépendants) dans la région des Hauts-de-France. Trois dossiers ont été détectés à ce jour.

Dans ce nouvel outil qui mise sur le « jeu collectif », on retrouve les contributeurs régionaux bien connus comme Picardie Investissement, la Caisse d'Epargne Hauts-de-France, le réassureur Scor mais aussi, et c'est une première, le conseil régional Hauts-de-France « d'accord dès le début pour soutenir ce projet ».

La vraie nouveauté, c'est l'association d'acteurs économiques de taille, comme Octave Klaba, fondateur d'OVH, licorne française du cloud, qui apporte 20 millions d'euros à titre personnel mais aussi l'association familiale Mulliez, Fabien Derville, président de Decathlon, Patrick Colin (fondateur d'Unither, leader mondial de l'unidose stérile) ou encore Thierry Letartre, ex-dirigeant des Laboratoires Anios.

90 jours de conseils

Toutes ces interventions auprès des entreprises seront orchestrées par Arnaud Marion, créateur de l'Institut des Hautes Etudes en Gestion de Crise (IHEGC) qui forme les dirigeants d'entreprises à la gestion des crises et des transformations. « Avec 47 mandats à mon actif, j'aide les entrepreneurs à résoudre les crises et par expérience, je sais que la transformation est un bon antidote. Les mauvaises passes sont trop souvent attribuées à la conjoncture alors qu'elles sont la plupart du temps structurelles. L'entreprise doit savoir aller plus vite que la détérioration des modèles », explique-t-il.

Après un diagnostic approfondi de 30 jours, l'entreprise sélectionnée pourra alors bénéficier de 60 jours de conseils. « L'objectif est de générer un choc de transformation, à commencer par la mutation numérique, sans s'interdire pour autant des prises de participation majoritaires », poursuit Thierry Dujardin.

Répondre à une demande

Pour Barthélémy Guislain, président de l'AFM (Association familiale des Mulliez), son implication dans ce projet relève « d'une envie de se rapprocher à nouveau de notre territoire d'origine mais une intention peut rester vaine si elle n'est pas matérialisée. Ce fonds va permettre de répondre à une demande des entreprises, en quête d'inspiration et aussi d'impact ».

Octave Klaba, lui, a rappelé qu'il avait aussi envie de s'investir dans la région qui l'a accueilli: « J'ai envie de participer à des choses importantes : cela m'intéresse car à l'image d'OVH, la puissance de calcul des ordinateurs peut amener non seulement le bien mais aussi de l'emploi puisque nous employons aujourd'hui 800 personnes à Roubaix pour un total de 2.500 personnes dans le monde. Et nous avons vu avec la Covid-19 à quel point le numérique est important ».

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/01/2021 à 18:56 :
Erreur sur la photo : le nerd en T-shirt à gauche, c'est O. Klaba, le mec en costard à droite avec le micro, c'est B Guislain. En plus c'est écrit en gros sur la TV derrière eux...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :