Anne Hidalgo commandite une étude sur la gratuité des transports à Paris

 |   |  493  mots
(Crédits : Charles Platiau)
La maire PS de Paris Anne Hidalgo a annoncé lundi qu'elle allait lancer "une étude sur la gratuité des transports en commun" pour les Parisiens.

Mme Hidalgo avait affirmé dans un entretien aux Echos que la "question de la gratuité des transports est une des clefs de la mobilité urbaine dans laquelle la place de la voiture polluante n'est plus centrale".

"J'ai décidé de charger trois de mes adjoints de conduire une vaste étude sur le sujet, qui associera des experts français et étrangers", a annoncé dans un communiqué la maire de Paris.

Dans cette étude, "il s'agira d'analyser les exemples en France et à l'international", poursuit Mme Hidalgo dans le communiqué, "il faudra en particulier évaluer s'il existe un modèle économique viable : rien ne dit aujourd'hui que cela est possible", a ajouté la maire pour qui "la gratuité pour l'usager implique forcément d'identifier d'autres sources de financement". La question mérite "d'être posée, sans a priori et sans dogmatisme", selon la maire.

Cette annonce intervient alors que le Conseil de Paris doit voter cette semaine la gratuité du passe Navigo dans l'année pour les Parisiens de plus de 65 ans, sous conditions de ressources (jusqu'à 2.200 euros de revenus pour une personne seule). Mme Hidalgo avait annoncé en janvier que quelque 200.000 personnes pouvaient être en mesure de bénéficier de cette gratuité.

La mesure coûtera 12 millions d'euros à la Ville de Paris, qui versera cet argent à IDF-Mobilités (ex-syndicat des transports d'Ile-de-France), en charge de la délivrance des passes de transport.

La gratuité des transports, une idée très "smart city"

Le gouvernement allemand a proposé en février la gratuité des transports en commun afin de réduire la pollution dans les villes, à l'origine formulée en réponse à une menace de poursuites de l'UE sur la question du diesel, avant de préciser peu après qu'il n'y avait pas de projet concret ou de ville volontaire pour tester la mesure.

Les tentatives ponctuelles d'instaurer la gratuité des transports en commun, régulièrement sujet à réflexion, se sont avérées jusqu'ici plutôt infructueuses. Aux Etats-Unis, la grande métropole de Seattle a ainsi abandonné une telle mesure.

Selon la mairie de Paris qui cite Tallinn en Estonie où la gratuité est en place depuis 2013, "aucune agglomération de la taille de Paris n'a toutefois mis en place à ce jour un tel dispositif".

Christophe Najdovski, adjoint EELV aux transports, Jean-Louis Missika SE en charge du développement économique et Emmanuel Grégoire, adjoint PS aux finances, présenteront dans les prochaines semaines le calendrier et le cahier des charges de cette étude, à laquelle seront associés les groupes politiques du Conseil de Paris, majorité et opposition, précise la mairie de Paris.

"Que la campagne des municipales 2020 commence !", a immédiatement réagi le groupe PPCI (pro-Macron ex-LR) du Conseil de Paris.

"Pour ceux qui en douteraient, Anne Hidalgo est bien candidate avec une seule promesse : je rase gratis !", a indiqué son président Alexandre Vesperini en se demandant "qui va payer la facture ?".

(avec agences)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/03/2018 à 8:58 :
3 milliards pour cette mesure!! qui n'iront pas vers l'amélioration de la qualité et fiabilité des transports en commun. Toujours la même préférence pour les dépenses clientélistes au détriments des investissements d'avenir. Une politicienne de l'ancien monde!!!
a écrit le 21/03/2018 à 8:54 :
Quel est le coût de cette étude? Qui a voté cette étude? Quel appel d'offre? Qui a obtenu le marché?
a écrit le 21/03/2018 à 8:54 :
Quel est le coût de cette étude? Qui a voté cette étude? Quel appel d'offre? Qui a obtenu le marché?
a écrit le 21/03/2018 à 8:52 :
Quel est le coût de cette étude? Qui a voté cette étude? Quel appel d'offre? Qui a obtenu le marché?
a écrit le 21/03/2018 à 0:43 :
Le titre est mieux que dans d'autres quotidiens, où était écrit "Hidalgo réfléchit..." ce qui n'a aucun sens. De plus elle n'aurait pas à le faire puisque c'est l'ayatollah Najdovski qui décide de tout, usant de sa position clé au sein du Conseil. La gratuité j'en connais un exemple: Compiègne, difficilement transposable. Comme il est dit dans les commentaires, ça ne va pas avantager les parisiens, retraités ou pas: ils prennent déjà les transports en commun. Certains, même, osent payer le transport (en bus), au mépris des usages... Restent donc les non parisiens; ceux là mêmes à qui elle va imposer un péage pour entrer dans le centre. Concept révolutionnaire s'il en est: je propose un nom pour l'identifier "octroi"... Vues les vestes que se sont pris les zécolos ils ne suffiront peut être pas à faire majorité avec le... PS ? Pas qu'on soit fan de la droite per se, mais les ..., ça suffit.
a écrit le 20/03/2018 à 20:41 :
Que c'est facile de dépenser l'argent des autres pour des futilités politiques et, disons-le, dans un but purement électoraliste. Faudra-t-il créer un velours d'une couleur spéciale comme l'Hidalgo pour la flatter suffisamment et qu'enfin elle se taise et disparaisse de la scène politique Française ?! Et en plus, comme si le cancer n'était pas assez répandu à notre époque, elle fait des métastases partout dans le monde, mais quelle plaie celle-la !
a écrit le 20/03/2018 à 16:38 :
ce n'est pas un cadeau pour les retraités .Ils ne prennent pas les transports mais leurs voitures -
a écrit le 20/03/2018 à 16:01 :
après tant d'années à la mairie, elle a besoin d'un étude ? ce sera comme pour la saleté avec les groupes de balayeurs au coût de 240.000 euros.
Réponse de le 20/03/2018 à 20:06 :
C'est vous qui ramenez les choses à leur vraie valeur. Merci.

Pour le moment, elle en est seulement au stade où elle va demander une étude de faisabilité. Ce qui ne mérite pas le déferlement de commentaires négatifs que l'on peut lire.

Il va passer de l'eau sous les ponts avant que la mesure, si elle était adoptée, sera mise en œuvre.
a écrit le 20/03/2018 à 16:01 :
après tant d'années à la mairie, elle a besoin d'un étude ? ce sera comme pour la saleté avec les groupes de balayeurs au coût de 240.000 euros.
a écrit le 20/03/2018 à 16:01 :
après tant d'années à la mairie, elle a besoin d'un étude ? ce sera comme pour la saleté avec les groupes de balayeurs au coût de 240.000 euros.
a écrit le 20/03/2018 à 15:51 :
A vrai dire, je ne suis pas certain que ce genre de décision soit de sa responsabilité, mais plutôt de celle du STIF (syndicat des transports de L’Ile de France) !!
a écrit le 20/03/2018 à 14:15 :
Totalement idiot comme idée. Nous ne sommes pas tous égaux en revenus et certains ont largement de quoi payer les transports à leur plein tarif ! C'est comme le pass-culture qui profite à tous y compris à ceux dont les parents peuvent louer ou acheter le musée visité par leurs rejetons... il faudrait moduler les tarifs en fonction des revenus de chacun et avec les recettes remettre en état des transports publics moribonds et sales. La maire plane au-dessus des réalités et ses conseillers municipaux ne font rien pour la ramener aux réalités !
a écrit le 20/03/2018 à 13:38 :
Les communicants de l'insupportable hidalgo ont trouvé un nouveau leurre pour distraire le bon peuple et faire oublier son autoritarisme sectaire et anti-démocratique ( essayez de faire un pied de nez à une décision de justice sans avoir tout BoboLand derrière vous et vous verrez si ça passera !). Comme d'hab, ce n'est ni fait ni à faire :
- les transports publics parisiens sont saturés, sales et peu surs (euphémisme), et elle veut y mettre encore plus de monde. C'est comme sa politique anti-automobile, elle met la charrue avant les bœufs. Qu'elle rénove les métros, double les Escalators, augmente considérablement les capacités, vire la faune agressive qui fréquente certaines lignes et stations (je rêve, ce n'est pas de gôche), et ensuite qu'elle discute (au lieu de se comporter en autocrate) de modifications des flux de transport, en prenant en compte les besoins globaux, et pas seulement la vision de sa cour....
- Alors que le bon sens voudrait qu'une bonne partie des coûts de transport soit payée par les utilisateurs, elle va forcément transférer à l’impôt le manque à gagner. Cette femme marche sur la tête ! N'y-a-t-il pas un hôpital Ste Anne à Paris ?
Réponse de le 20/03/2018 à 17:54 :
@ Jazz76: oui, il y a fort à faire pour améliorer la commodité des transports parisiens, totalement aux personnes âgées, et aux gens avec jeunes enfants et/ou bagages: sales, manque évident d'escalators, foule, insécurité, saleté, saturation. Et le problème n'est pas de payer ou non, mais de les adapter et améliorer l'offre pour faciliter leur fréquentation
Réponse de le 20/03/2018 à 18:48 :
Désolé, j'ai omis dans la 2ème ligne le terme : totalement "inadaptés" aux ...
a écrit le 20/03/2018 à 12:38 :
Une supercherie de plus, rien n'est gratuit, une mesure qui va coûter 4 milliards d'euros.
Si les usagers ne payent pas, ce seront les contribuables (ce qui va plaire à Madame Hidalgo).
a écrit le 20/03/2018 à 11:43 :
La campagne pour les municipales approche et Mme Hidalgo promet déjà de raser gratis ! Mais que les parisiens se rassurent certains paieront les 3 milliards d'€ pour les autres.
a écrit le 20/03/2018 à 9:42 :
Apparemment, ce n'est pas vous qui payez.... L'argent des autres, c'est facilement gagné !!!
a écrit le 20/03/2018 à 9:24 :
Sauf que c'est pour les non-Parisiens que les transports doivent êtres gratuits, sinon ça sert à quoi ?
Les Parisiens n'ont plus de voiture ! Et ceux qui en ont une l'ont fait par choix, pas par sens de l'économie !!
Bref, un petit délire entre bobo...
a écrit le 20/03/2018 à 9:13 :
Je doute que ça suffise à lui faire éviter la défaite électorale dans deux ans... C'est pas que l'idée soit idiote, elle a déjà été testée ailleurs, c'est juste que ça sent la mesure de panique.
Réponse de le 20/03/2018 à 14:18 :
Le petit fils de la femme la plus riche de France ne paierait plus les transports publics ?! bon c'est vrai qu'il ne les prend jamais. Il a une limousine avec chauffeur. Mais soyons sérieux, bon nombre ont des revenus suffisants pour se payer les transports au prix normal. Selon un certain "principe d'universalité", il ne faudrait pas distinguer les gens aisés des prolos... et contribuer à rendre la vie encore meilleur marché aux premiers ! De plus comme remettre en état des transports sales, peu fiables et parfois même dangereux ?!
Réponse de le 20/03/2018 à 16:14 :
Sauf que, si l'on facturait le prix "normal" personne ne prendrait les transports en commun parisiens parce qu'il faudrait multiplier leur prix de vente public actuel par 10 pour arriver au coût réel de fonctionnement et d'exploitation.

La réalité est en effet qu'à Paris 90% des coûts sont déjà pris en charge par la collectivité. Passer à 100% ne relève donc pas de la démence et ç’a a été adopté avec succès dans des villes moyennes en France et ailleurs. On peut même considérer que sur Paris, étant donné le faible taux de motorisation et la congestion automobile on aurait un cas idéal d'application.

Le problème de l'équation parisienne, c'est que le réseau de transport en commun est déjà saturé et que la gratuité ne va agir que marginalement sur la circulation des VP. Bref, ça risque de couter sans résoudre les problèmes de congestion.
a écrit le 20/03/2018 à 9:10 :
les électioins approchent : on cherche a se refaire une virginité ?
a écrit le 20/03/2018 à 8:54 :
effectivement, c'est paye par personne; bon elle dira que les 10% les plus riches paieront pour les autres, alors ils arreteront de travailler vu que ca sert a rien, et la elle expliquera que c'est pas normal..
sinon dans les transports y a d'autres pbs qui se greffent en plus du prix, mais c'est aneccdotique quand on est un integriste intolerant
a écrit le 20/03/2018 à 8:50 :
C'est une excellente idée que l'on ne peut qu’applaudir des deux mains, hélas mille fois hélas, le niveau abyssalement bas de la politique française va faire qu'elle va se faire attaquer comme d'habitude pour des seules raisons stupidement idéologiques alors qu'elle lance un débat plus que vital.

Oui si on veut être logique avec notre volonté d'arrêter de polluer il faut des transports en commun publics gratuits, ce qui par ailleurs empêchera que le consortium européen financier ne l'achète pour le détruire, puisque cela sera très compliqué pour eux de faire passer le citoyen à consommateur payant des services qu'il ne payait pas auparavant.

On va encore en lire un paquet de stupidités haineuses ici hein... Hidalogo a remplacé Taubira dans la haine des droitards mais pourquoi ? Parce qu'elle est maire de Paris ? Parce qu’elle est d'origine espagnole ou bien parce qu'elle était fonctionnaire ? Un peu pour tout on se doute...

AU secours
Réponse de le 20/03/2018 à 9:12 :
GRATUIT..... !?!..... ça n'existe pas !
QUI va encore régler la note .... le "ruissellement" venu du haut ?
Réponse de le 20/03/2018 à 9:27 :
Vous habitez Paris, ou vous avez pas lu ?
On parle pas de "transports en commun publics gratuits" mais de
"...gratuité des transports en commun pour les Parisiens..."
Réponse de le 20/03/2018 à 11:45 :
Le gratuit n existe pas. Il y a toujours un payeur le contribuable
Réponse de le 20/03/2018 à 12:13 :
Est ce qu'on peut critiquer sans tomber dans les stupidités haineuses? J'essaie alors: Hidalgo a déjà un programme extrêmement ambitieux au niveau social, crèches, etc.. auquel j'étais favorable. S'y ai ajouté les JO (après les élections..), qui vont probablement dépasser le cout initial (ça moins...) Et maintenant les transports gratuits? Ca fait un peu beaucoup non? ... Mais bon oui, sur le principe les transports en communs gratuits sont une bonne idée ou piste de travail. Seulement ça doit couter 1/5 ou 1/6ie du budget parisien actuel, qui va payer? ou à la place de quoi? quels services aux parisiens vont être supprimés pour le payer? Là est la question.
Réponse de le 20/03/2018 à 14:22 :
Créer des crèches supplémentaires ?!. La planète étouffe avec 7.5 milliards d'habitants dont bon nombre a un mode de vie destructeur. Plutôt des centres supplémentaires de planning familial et une offre étoffée d'interruption volontaire de grossesse.
Réponse de le 20/03/2018 à 16:09 :
"qui va payer? ou à la place de quoi? quels services aux parisiens vont être supprimés pour le payer? Là est la question"

Paris dispose d'un PIB de 715 milliards d'euros, j'espère quand même qu'avec un peu d'imagination pour compenser en partie et un bon équilibre budgétaire ça devrait passer.

Déjà elle peut virer les deux tiers de ses conseillers ce sera ça de prit...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :