Cemex ambitionne de faire naviguer le premier pousseur fluvial à hydrogène en 2022

 |   |  281  mots
(Crédits : Cemex)
Le cimentier vient de lancer des études sur la faisabilité technique et financière d'un pousseur de barges équipé de batteries et d'une pile à combustible afin de rendre le transport des bétons, sables et autres graviers plus écologique.

Un bateau à zéro émission de CO2, ne rejetant que de l'eau dans la Seine. C'est le pari du cimentier Cemex. Avec la Banque des territoires et EDF, il entend construire un pousseur de barges d'un gabarit standard, équipé de batteries et d'une pile à combustible. L'objectif est que ce cargo navigue à l'hydrogène d'ici à deux ans. Bien sûr, il sera plus cher que les autres. « À titre personnel, j'estime que si c'est deux ou trois fois plus cher, ce sera supportable. Mais si c'est dix ou vingt fois la somme, ce sera compliqué à mettre en œuvre », confie Charles Bessière, responsable du matériel marin chez Cemex.

À l'origine, c'est EDF qui est venu chercher le fabricant de bétons. L'énergéticien récupère déjà la chaleur produite par les incinérateurs de déchets du Grand Paris et fabrique ainsi de l'eau chaude, mais se retrouve en excédent d'énergie. Le pari est donc de créer deux points de ravitaillement, à Issy-les-Moulineaux et à Ivry. La Banque des territoires co-finance, elle, ce projet avec des budgets alloués à la mobilité urbaine.

Huit heures d'autonomie en 45 minutes de recharge

Avec cette ambition, le cimentier vise une plus grande autonomie de ses bateaux. En l'occurrence, huit heures par jour de navigation avec un temps de recharge compris entre 45 minutes et une heure. Reste toutefois à savoir ce que donnera l'avant-projet sommaire, dont le rendu est prévu pour fin décembre ou début janvier 2020.

Si la faisabilité technique et financière est avérée, « la décision pourrait être prise dans la foulée au premier trimestre 2020 », assure Charles Bessière. La mise en circulation interviendrait alors dès 2022.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/11/2019 à 18:41 :
Quel est le rapport entre le fait qu' "EDF se retrouve en excédent d'énergie" avec les incinérateurs de Cemex, et le projet de cette même Cemex d'étudier la faisabilité de construire un bateau fonctionnant à l'hydrogène ?
a écrit le 12/11/2019 à 18:37 :
et pour commencer la droite a fait voter l'interdiction de tous les systèmes de propulsion thermiques des bateaux navigant sur les lacs, rivières et canaux de France, la première application de motorisation tout électrique sera menée sur la totalité du canal du midi et connexes.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :