Cloud computing : IBM installe à Montpellier son septième data center mondial

 |   |  368  mots
IBM
IBM (Crédits : IBM)
Dans la grande bataille numérique pour le stockage des données des entreprises et des collectivités, IBM France propose des nouvelles solutions hébergées dans l'Hérault. Ce data center de Big Blue est dédié aux PME et PMI.

Sur le front du cloud computing (« informatique dans les nuages »), IBM France estime avoir tiré la première en inaugurant à Montpellier (Hérault) le premier data center public, destiné aux PME et PMI qui souhaitent faire héberger leurs données stratégiques. La filiale française de Big Blue offre des services informatiques à distance de type SaaS (Software as a Service) via un programme baptisé « Smart Cloud Enterprise + ». Celui-ci promet les mêmes prestations au même prix dans le monde entier.
« En 2015, nous estimons pouvoir réaliser 7 millions d'euros d chiffre d'affaires dans le Cloud avec une croissance annuelle attendue à 20 %. Nous avons pris une avance considérable sur les concurrents qui font des annonces mais qui en sont encore à acheter les matériaux pour construire les bâtiments. Chez nous, tout est déjà construit, tout fonctionne et nous avons même déjà des clients », ironise Alain Bénichou, le président d'IBM France en inaugurant le data center de Grabels, au nord de Montpellier (Hérault).
Déployé sur 1 380 m2, ce data center est désormais dédié aux petites entreprises françaises. Le site de Montpellier devient ainsi le septième centre mondial de stockage des données de la firme internationale avec 10 880 m2. L'offre est répartie en trois implantations distinctes avec trois sources différentes d'alimentation en énergie pour une totale sécurisation. IBM France qui sait à la foi cultiver et conjuguer marketing et goût du secret, n'a pas fourni de données précises sur ses performances actuelles dans le cloud computing. « Le développement est important. Nous avons multiplié par 2,4 notre chiffre d'affaires entre 2010 et 2011 »c se contente d'affirmer Christian Comtat, le directeur en charge du cloud chez IBM France. Selon ses estimations, 90 % des entreprises françaises pourraient passer au cloud d'ici 2015. Au-delà du stockage simple, IBM mise surtout sur une offre complète de services informatiques à distance pour accélérer le retour sur les 300 millions d'euros d'investissements dans le cloud. Cette stratégie serait, selon les dirigeants de la firme, « porteuse en emplois » alors que le site de Montpellier (900 personnes) va perdre dans quelques mois l'assemblage sur site des ordinateurs hauts de gamme, délocalisé à Singapour.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :