Navire "Honfleur" : l’orientation GNL de la Brittany Ferries retardée

 |   |  966  mots
Le Honfleur, premier navire de la Brittany Ferries propulsé au GNL.
Le "Honfleur", premier navire de la Brittany Ferries propulsé au GNL. (Crédits : Droits réservés)
Initialement prévu pour une livraison cet été, le "Honfleur", premier navire de la Brittany Ferries propulsé au GNL, ne prendra la mer que fin 2019-début 2020. Ce retard de quatre à six mois imputable au chantier allemand de construction FSG ne modifie pas la stratégie d’investissement de la compagnie bretonne, ni ses ambitions en termes d’empreinte écologique. Sous réserve de continuer à capter la clientèle britannique, post-Brexit.

Entre Caen-Ouistreham et Portsmouth, le plan de flotte assurant cette liaison transmanche de la compagnie maritime Brittany Ferries, ne changera finalement pas pour la saison estivale 2019. Le navire Normandie, que la compagnie de Roscoff avait prévu d'affecter à la ligne Le Havre-Portsmouth, tout en mettant l'Etretat en arrêt technique, va maintenir ce cap encore quelques mois. La mise en service de son remplaçant de nouvelle génération, le Honfleur, n'interviendra qu'à l'automne voire au début 2020. Sont en cause, les grosses difficultés financières qui affectent le chantier naval allemand de Flensburger Schiffbau-Gesellschaft à Flensbourg. Les pénalités imposées à FSG à la suite du retard pris dans la livraison d'un nouveau navire d'Irish Ferries, provoque chez son homologue breton un retard de près de six mois.

Pourtant en décembre dernier, la mise à l'eau de deux éléments de la coque de ce premier navire de la Brittany Ferries propulsé au GNL (gaz naturel liquéfié), avait pourtant fait l'objet d'une forte opération de communication. Le calendrier était encore respecté et les essais en mer devaient avoir lieu au printemps.

Ce géant de 10.000 tonnes, long de 187 mètres, dans lequel le groupe breton investit 180 millions d'euros (200 millions d'euros avec les bonbonnes de gaz) représente une nouvelle génération de ferry opérant sur la Manche : plus respectueux de l'environnement, alliant un design moderne et une expérience de traversée qualifiée « d'unique ». Un atout pour cette populaire liaison Caen-Ouistreham-Portsmouth qui assure le transport de plus de 900.000 passagers, 280.000 voitures et 100.000 camions par an.

--

Britanny Ferries, navire, transport maritime,

[Crédits : Brittany Ferries]

--

Zéro particules fines

« La construction du navire a pris du retard, mais cela ne change pas la face du monde », dédramatise Jean-Marc Roué, président du conseil de surveillance de la Brittany Ferries, dont 80% du chiffre d'affaires (450 millions d'euros en 2017) est réalisé grâce au transport de passagers (2,7 millions en 2018, 80% de Britanniques).

« Les bateaux actuels vont rester sur leurs lignes initiales et nous assurerons le transport de tous nos passagers. L'important est que le navire, qui nous permettra d'expérimenter le GNL de manière concrète, soit livré. Le Honfleur sera le premier bateau propulsé au GNL dans les ports français, le premier sur la liaison transmanche. »

Et d'ajouter :

« Pour la Brittany Ferries, l'avenir du carburant passe par le gaz naturel. En tant qu'armateur, nous souhaitons respecter la réglementation européenne et trouver des solutions pour faire baisser notre empreinte écologique et, à terme, diminuer la facture énergétique. Face à la demande sociétale en faveur de bateaux moins polluants, c'est aussi important vis-à-vis de notre clientèle. »

Le GNL, qui dans le cadre d'un contrat d'approvisionnement avec Total sera acheminé par la route au départ du terminal de Dunkerque, présente, il est vrai, des avantages environnementaux. Il permet de réduire de 25% le dioxyde de carbone et ramène les émissions de dioxyde de soufre, de dioxyde d'azote et de particules fines à quasiment zéro.

La coque du Honfleur présente aussi une structure optimisée sur le plan hydrodynamique. Combiné à un système de propulsion gaz-électrique, cela permettra de réduire la consommation de carburant de 16%. Pour les 1.680 passagers (261 cabines, 550 voitures), ce mode de propulsion signifie également moins de vibrations et de nuisances sonores, donc plus de confort. Ce navire de dernière génération leur permettra de profiter d'innovations numériques à bord et de prestations de qualité.

La moitié de la flotte au GNL sous six ans

Pour l'entreprise bretonne, contrôlée par les coopératives agricoles et légumières, dont la Sica de Saint-Pol-de-Léon, la construction du Honfleur s'inscrit dans une actualité stratégique plus large avec en toile de fond un retour de la croissance après le plan engagé en 2013. Le navire fait partie d'un investissement global de 450 millions d'euros, et sera le premier des trois navires à être livrés dans les années à venir.

« La Brittany Ferries est propriétaire de huit navires, sur les onze qu'elle exploite. Trois autres sont affrétés », détaille Jean-Marc Roué. « À horizon de 5 à 6 ans, la moitié de notre flotte en propre sera propulsée au GNL. »

Commandés en Chine par la compagnie suédoise Stena RoRo qui les affrète, le Salamanca (GNL) et le Galicia à propulsion classique seront respectivement mis en service en 2020 et en 2021, pour une desserte Royaume-Uni Espagne. Brittany Ferries, qui a prévu de les racheter sous cinq ans, développe aussi le projet d'un Bretagne 2 au GNL à horizon 2023-2024.

Augmentation du fret pour un Brexit sans accord

Quoi qu'il arrive, les nouveaux navires du groupe seront livrés après le Brexit. Dans ce contexte sans grande visibilité, et la perspective d'une absence d'accord, l'investissement peut paraître risqué pour les activités d'armement breton. Sollicitée par le gouvernement britannique, qui souhaite éviter un blocage du dispositif transmanche, la Britanny Ferries a cependant conclu fin décembre un accord avec le ministère des Transports qui accroît sa capacité fret (210.000 unités par an) de 30% sur la Manche ouest et centrale, en cas de Brexit sans accord. Sur les lignes, Roscoff-Plymouth, Cherbourg-Pool et Le Havre-Portsmouth, la fréquence des rotations passera de 1 à 1,5 aller-retour par 24 heures à compter du 29 mars.

« C'est plutôt une bonne nouvelle pour l'économie et l'emploi car un "No Deal" pourrait engendrer des encombrements sur le détroit du Pas-de-Calais et impacter les échanges », estime le président de la compagnie. « Cela peut signifier mécaniquement plus de clients mais ce n'est pas du tout sûr. On reste tributaire de l'attractivité des territoires que l'on dessert. »

Face à l'incertitude, les réservations des Britanniques pour 2019 seraient en baisse.

___

Par Pascale Paoli-Lebailly,
correspondante de La Tribune pour la région Bretagne

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/02/2019 à 16:55 :
"imputable au chantier allemand de construction FSG"

Décidément les allemands en veulent vraiment aux anglais !

"Les pénalités imposées à FSG à la suite du retard pris dans la livraison d'un nouveau navire d'Irish Ferries, provoque chez son homologue breton un retard de près de six mois"

Ah ben non c'est encore de l'incompétence de leur part, suis je-bête.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :