MC2 Technologies met en vente une caméra qui filme à travers les murs et les vêtements

 |   |  373  mots
Les images sont obtenues grâce à un capteur sensible aux ondes hyperfréquences qui passent naturellement à travers toutes les matières sauf les métaux. Contrairement à ses concurrentes, cette caméra de détection fonctionne sans émission ni radiation. © MC2 Technologies
Les images sont obtenues grâce à un capteur sensible aux ondes hyperfréquences qui passent naturellement à travers toutes les matières sauf les métaux. Contrairement à ses concurrentes, cette caméra de détection fonctionne sans émission ni radiation. © MC2 Technologies (Crédits : MC2 Technologies)
Après cinq ans de R&D, la jeune entreprise issue du monde de la recherche en nanotechnologie démarre la commercialisation d’une caméra radiométrique innovante et cherche à lever 2,5 millions d’euros pour commencer sa fabrication en série.

Fondée en 2004 par deux chercheurs de l'IEMN (Institut d'électronique, de microélectronique et de nanotechnologie), MC2 Technologies lance la commercialisation de sa caméra radiométrique et crée la société Millicam Technologies à cet effet. Sa Millicam90 visualise les objets métalliques dissimulés derrière les vêtements, voit à travers les murs et radiographie le contenu des colis postaux.

Les images sont obtenues grâce à un capteur sensible aux ondes hyperfréquences qui passent naturellement à travers toutes les matières sauf les métaux. Contrairement à ses concurrentes, cette caméra de détection fonctionne sans une quelconque émission ni radiation. Elle ne fait que recevoir les signaux émis par les corps filmés. Elle fonctionne à distance et se déplace aisément à main.

De quoi améliorer sensiblement la sécurité des accès dans les aéroports et les bâtiments sensibles comme les centrales nucléaires ou encore tous les lieux publics, gouvernementaux ou non. « Rien que l'équipement des cent premiers aéroports internationaux représente un marché de plus de 100 millions d'euros », indique Nicolas Vellas, PDG de MC2 Technologies.

 

« Nous tenons à créer des emplois de production en France »

 

L'entreprise a commencé ses activités comme société de service dans l'analyse et la conception de composants hyperfréquences. Une activité qui représente encore aujourd'hui la totalité de son chiffre d'affaires qui, en 2012, était de 650 000 euros. Mais plus de la moitié de ses douze salariés sont mobilisés depuis des années sur le développement de la Millicam90. « Nous avons dépensé 2,5 millions d'euros en R&D dans ce projet avec l'aide de plusieurs investisseurs », précise Nicolas Vellas. D'autres modèles sont à l'étude.

Millicam Technologies envisage de produire au moins deux caméras par jour dans un premier temps. D'ici là il lui faut lever 2,5 millions d'euros. Tout sera fabriqué dans le nord de la France. « Contrairement à beaucoup de jeunes entreprises innovantes, nous ne serons pas une société « fabless » qui se rémunère en vendant sa technologie sous licence. Nous tenons à créer des emplois de production en France », tient à préciser Nicolas Vellas. Il table sur un effectif de 90 salariés d'ici 2020. Reste à trouver les fonds.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/08/2013 à 13:57 :
il est domage que le problème, du financement se pose ? une entreprise qui promet devrait aussitot etre suivie par un organisme public pour en assurer le démarage et la pérénitée; si, un jour on trouvait la possibilité de réélire les cons je suis sur que tous les politiques soutiendraent le projet ; bravo a ceux qui pensent et créent des emplois
a écrit le 26/08/2013 à 11:21 :
perso ... je n'ai pas envie de voir le squelette de mon chat !
a écrit le 23/08/2013 à 16:05 :
Les Français ont de belles idées, mais ils ne sont pas suivis! c'est un gâchis monstre !
a écrit le 23/08/2013 à 11:22 :
Quelle belle leçon d'entrepreneuriat et retour à la société française : Nous tenons à créer des emplois de production en France », tient à préciser Nicolas Vellas. Il table sur un effectif de 90 salariés d'ici 2020. Mais l'éternel problème typiquement français : Reste à trouver les fonds avec le risque d'un départ pour l'étranger comme beaucoup de startup qui n'ont pas trouvés le financement...
Réponse de le 23/08/2013 à 11:37 :
pareil .
Réponse de le 23/08/2013 à 12:25 :
Evidemment, puisque les français ont élu un Président ennemi de la finance...
Réponse de le 23/08/2013 à 14:35 :
bien sur un president de gauche établira des politique defavorable a l'entrepreneuriat. Mais heureusement que certains, comme N. Vellas, tiennent a développer l'activité française, malheureusement ils sont trop peu nombreux, et le risque de délocalisation de la producation est trop important pour convaincre les investisseurs potentiels!
Réponse de le 23/08/2013 à 14:45 :
Parcequ'il y en avait un qui n'a pas fait campagne contre la finance ?
Parcequ'il y en a eu avant qui n'ont pas augmenté les réglementations, prélèvements et autres rejets de la libre entreprise ? Ou créer des idioties comme le FSI pour etatiser encore plus le financement de nos entreprises ?
Réponse de le 23/08/2013 à 15:45 :
vive les financiers, les riches investisseurs, les fonds de pensions,...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :