Agroalimentaire : Florimond Desprez investit fortement dans les semences du futur

 |   |  357  mots
Depuis le début des années 1980, l’entreprise familiale fait appel à des généticiens, des pathologistes et des biotechnologues pour créer de nouvelles semences. © photothèque Florimond Desprez
Depuis le début des années 1980, l’entreprise familiale fait appel à des généticiens, des pathologistes et des biotechnologues pour créer de nouvelles semences. © photothèque Florimond Desprez (Crédits : photothèque Florimond Desprez)
Le semencier qui commercialise une cinquantaine de nouvelles espèces de plantes tous les ans détient 42 % du marché mondial de la betterave en variétés exploitées. Son objectif : doubler en France d’ici 2020 le rythme de croissance du rendement en sucre par hectare de cette racine.

Avec un chiffre d'affaires en 2012 de « seulement » 199 millions d'euros, Florimond Desprez est un petit acteur dans le monde la semence où il affronte des géants comme Monsanto. Il détient pourtant 42 % du marché mondial de la betterave en variétés exploitées et réussit chaque année à commercialiser une cinquantaine de nouvelles semences de céréales, d'oléagineux et de chicorée.

Depuis sa création en 1830 à Cappelle-en-Pévèle, un petit village du Nord, l'entreprise familiale a vu beaucoup de semenciers fermer leurs portes faute d'avoir su faire évoluer leur métier de sélectionneur. Habitué à innover - on lui doit le blé Capelle qui, dans les années 1950, a fait monter en flèche les taux de rendement -, Florimond Desprez n'a pas hésité à faire appel dès le début des années 1980 à des généticiens, des pathologistes et des biotechnologues pour créer de nouvelles semences.

« Dans un marché de plus en plus concentré et technique avec l'apparition des OGM, l'investissement dans l'innovation est incontournable pour réussir », résume Bruno Desprez, codirigeant de l'entreprise avec son cousin François.

En pointe sur le projet Aker

En 2012, Florimond Desprez a investi 25 millions d'euros en R&D. Le groupe mène de front plusieurs projets phares. Rien que sur le projet Aker, inscrit au programme d'Investissements d'Avenir, le semencier investit 12 millions d'euros. D'une durée de 8 ans, ce programme de recherche collaboratif vise à doubler en France le rythme de croissance annuelle du rendement en sucre des betteraves. Florimond Desprez est aussi partenaire de l'IFMAS (Institut français des matériaux agroSourcés) qui vise à construire une filière de la chimie du végétal et des bioplastiques.

De dimension internationale, l'entreprise est présente dans plusieurs pays d'Europe, d'Amérique du Sud et d'Afrique via la construction d'usines, la création de filiales, le rachat de concurrents comme le belge SES VanderHave en 2005 ou via la constitution de joint-ventures telle que Trigall Genetics créée en 2013 avec l'argentin Bioceres. Partout où il est implanté, le groupe cherche à innover. Sa bonne santé financière le lui permet.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :