Oxialive teste un panneau d’affichage qui change en fonction de la météo

 |   |  340  mots
Sur les axes routiers, les messages sont diffusés plus ou moins vite selon la densité du trafic. © Oxialive
Sur les axes routiers, les messages sont diffusés plus ou moins vite selon la densité du trafic. © Oxialive (Crédits : Oxialive)
Son mobilier numérique modifie la communication urbaine. Contrairement aux campagnes d’affichage classique, ses écrans font défiler de nombreux messages très faciles à réactualiser. Issu du monde de l’immobilier, la PME en a installé plus de 150 dans plusieurs villes au nord de la France.

Créée en 2007 à Arras par des professionnels de l'immobilier, Oxialive a eu l'idée d'automatiser les messages publicitaires sur de grands écrans numériques et d'y insérer des informations utiles aux habitants des grandes villes avec des spots sur la qualité de l'air, l'état des encombrements routiers ou la sensibilisation au handicap. Son mobilier urbain se distingue des panneaux publicitaires classiques par sa plus grande réactivité d'affichage.

Finies les campagnes publicitaires qui tombent au mauvais moment, comme celle qui vantait des maillots de bain au tout début de l'été 2013 alors qu'il tombait des cordes partout en France. « Avec Carrefour, nous testons des programmes d'affichages numériques publicitaires qui changent automatiquement en fonction de la météo », indique Christophe Pawleta, co-gérant d'Oxialive.

Une palette d'annonceurs très large

Sur les axes routiers, les messages sont même diffusés plus ou moins vite selon la densité du trafic de manière à en faire voir le maximum aux automobilistes. De l'artisan du coin à l'enseigne nationale de grande distribution, en passant par les collectivités locales et les écoles, la palette des annonceurs est très large. « Au printemps 2013, une cinquantaine d'écoles ont fait appel à nous pour informer la population locale de la tenue de leur opération portes ouvertes. Nous ne nous y attendions pas », précise le dirigeant d'Oxialive.

Ecran dynamique

Tout est fait en interne par les équipes de la PME, depuis la conception du mobilier urbain qui supporte l'écran dynamique jusqu'à la réalisation du message dans son studio. « Nous avons même développé notre propre système d'exploitation informatique », précise Christophe Pawleta. La totalité du parc installé est géré depuis la régie implantée au siège de l'entreprise, à Arras.

En 2012, Oxialive a réalisé un chiffre d'affaires de 1,7 million d'euros avec un effectif de 30 personnes. Cet été, l'entreprise a reçu son accréditation du gouvernement pour la diffusion des alertes enlèvements. En espérant ne pas avoir à s'en servir de sitôt.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :