Une startup normande invente une sentinelle anti-drones

 |   |  310  mots
La solution de détection de Drone XTR couvre un rayon de 10 km.
La solution de détection de Drone XTR couvre un rayon de 10 km. (Crédits : DR)
Testé avec succès par EDF dans l’une de ses centrales, le procédé de détection de drones mis au point par la société Drone XTR sera mis sur le marché à la fin de l’année.

Ne cherchez pas à lire les détails de son brevet. Il est classé « secret-défense » sur
décision de la Direction générale de l'armement qui en a aussi interdit la vente hors Otan. De toute évidence, les autorités militaires prennent très au sérieux le concept mis au point par la jeune société Drone XTR, fondée par un logisticien féru d'aéromodélisme. L'histoire remonte à 2014. Cette année-là, Jean-Francois Adam est contacté pour avis par la DGSI à la suite du premier survol d'une installation nucléaire par un drone. De cet échange naît l'idée de développer une solution de détection plus accessible que les coûteux systèmes de surveillance difficiles à trouver sur le marché en dessous du million d'euros. « Je l'ai aussi voulue passive donc non repérable, par opposition aux radars », précise son concepteur.

Fabrication en série

Soutenu par le cluster Normandie AeroEspace et l'homme d'affaires Antoine Lafarge, proche d'Édouard Philippe, Jean-François Adam lève 500.000 euros pour développer un premier prototype capable de repérer « les deux tiers des drones professionnels en vente libre, y compris les drones avions et ceux porteurs de charges, dans un rayon de 10 kilomètres ». Au terme d'une expérimentation concluante dans uen centrale nucléaire, la fabrication en série vient d'être lancée avec la complicité de l'industriel normand Arelis, spécialiste des hyperfréquences.

La première ver- sion sera disponible uniquement à la location, à raison de 3.000 euros par mois avec l'assurance de mises à jour régulières. Drone XTR propose également un dispositif de neutralisation par brouillage qui, dans l'état actuel de la réglementation, n'est utilisable que par des institutions dépendant du ministère de la Défense. Une V2 avec un spectre plus large est annoncée dans un an.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/10/2019 à 19:58 :
Avec l'explosion des <a href="https://www.drone-store.fr/">drones de loisirs</a>, Si ils se débrouillents bien avec leur Drone XTR, c'est sur que ça va fonctionner !
a écrit le 25/10/2019 à 12:05 :
Il doit manquer quelque chose ici. Apparement la detection du drone ne se fait pas par radar mais dans ce cas quid de " l'industriel normand Arelis, spécialiste des hyperfréquences". Surtout que detecter un drone a 10 km sans radar me semble compliqué a partir du sol

Pour la neutralisation, apparement ils se contentent de brouiller les signaux. Bon pour un drone du commerce ca doit aller mais si les gars sont un peu futé ils ont prevu un mode autonome et une mesure de position inertielle (donc OK meme sans GPS)
a écrit le 25/10/2019 à 11:31 :
Avec les fausses alertes le système risque fort d'être mis au rencart avant longtemps, les destructeurs ont toujours pendant un cours instant une longueur d'avance sur les bienveillants.
a écrit le 25/10/2019 à 11:13 :
"dans uen centrale nucléaire" une
Pour détecter il faut écouter, un drone autonome (programmé) ne reçoit pas de signal de commande et s'il récupère les signaux GPS pour se repérer, c'est passif donc pas détectable. De grandes oreilles. [ça me fait penser au SN/Transmissions, mais je ne puis en dire plus, chuuuuut, on nous écoute :-) ]
a écrit le 25/10/2019 à 9:55 :
Bonjour,

Je ne comprends pas le concept :
Les armées sont au service de l’état et l’état au service des populations ?

Dans cette logique , admettons que des drones paralysent les avions d’un aéroport ; est ce que cette sentinelle peut intervenir ou pas ?

Ou ceci est réservé que pour protéger les Élites et leur intérêt ?

Ma question est légitime :
Sachant l’évènement au UK qui a paralysé l’aéroport sans «  en plus » trouver les auteurs de «  ces méfaits « ( une vrai nuisance à la collectivité et aux intérêts des populations)


Cordialement,
a écrit le 25/10/2019 à 9:52 :
Super, capter les hyperfréquences des drones pour les neutraliser...il y a un marché pour ça : sites sensibles, aéroports, villes, événements à protéger...etc : bravo !
a écrit le 25/10/2019 à 8:50 :
Bonjour,

Excellente invention
souvenez vous l’Aéroport de Gateway qui a été bloqué par des drones ( ils n’ont pas réussi à trouver les auteurs du délit )

Cordialement

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :