Help ! imagine un nouveau business

 |   |  376  mots
Comme lors d’une marée noire, les employés de Help ! commencent par disperser des enzymes qui « mangent » les hydrocarbures épars sur la chaussée. Les polluants sont alors aspirés puis transportés vers des centres de traitement agréés. © Help !
Comme lors d’une marée noire, les employés de Help ! commencent par disperser des enzymes qui « mangent » les hydrocarbures épars sur la chaussée. Les polluants sont alors aspirés puis transportés vers des centres de traitement agréés. © Help ! (Crédits : Reuters)
La PME niçoise spécialisée dans le transport de véhicules et le dépannage-remorquage a mis au point une solution qui nettoie les polluants déversés sur les routes, notamment après un accident.

Quand Help !, PME niçoise œuvrant dans le transport de véhicules et le dépannage-remorquage, décide de participer à Performance Globale, programme d'accompagnement à la RSE concoctée par l'Union patronale 06, les dirigeants n'imaginent pas que cela va lui permettre de créer un nouveau business. Car c'est bien au détour d'une simple question posée par le cabinet d'accompagnement que Laurent Baile, le PDG, va définir la nouvelle activité de l'entreprise : « Lorsque l'on m'a demandé quelles méthodes nous employions pour gérer les pollutions de chaussée auxquelles nous étions confrontés, j'ai décidé d'approfondir le sujet ».

Le verglas d'été

Jusqu'à présent, la seule solution utilisée afin d'absorber les déversements d'huile, de gasoil ou de liquide de refroidissement, consiste à répandre de l'absorbant. Inconvénient : « Ce sable granuleux n'a pas de pouvoir d'absorption suffisant pour pomper l'ensemble des polluants. La porosité de l'asphalte fait que dès qu'il pleut, le gras qui s'est infiltré dans le sol remonte à la surface, créant le phénomène de route grasse ou de verglas d'été », détaille le PDG.

Des sur-accidents, parfois mortels

D'où des sur-accidents, parfois mortels selon les statistiques établies par la Sécurité routière. Help ! (CA de 3,3 millions d'euros,19 salariés) met alors au point une solution consistant à employer des dépolluants utilisés lors des marées noires. « Par un jeu d'enzymes, ces dispersants vont 'manger' les hydrocarbures », explique Laurent Baile. Associés à un aspirateur industriel de grande puissance, ils permettent ainsi de collecter les polluants déversés pour les orienter ensuite, via des camions-ateliers, vers des centres de traitement agréés.

Un service aux collectivités locales

Afin de développer cette activité, une filiale baptisée Help Environnement (2 salariés, CA de 160 000 euros attendu en fin d'exercice) a été créée il y un an. Deux recrutements sont prévus d'ici six mois afin d'accompagner le développement de l'activité dans le département avant de viser à plus long terme l'étranger. « Nous apportons aussi un service aux collectivités qui supportent le coût financier de la dépollution. Lorsque la responsabilité d'un véhicule est établie, nous facturons directement à l'assurance, sur le principe du pollueur-payeur » souligne Laurent Baile.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/02/2014 à 6:43 :
Innovation et esprit d'entreprise avec en plus des possibilités d'exportation : bravo !
a écrit le 12/02/2014 à 0:11 :
Bravo à cette PME

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :