Découvertes économiques : le « Made in Pays de la Loire » se visite

 |  | 1857 mots
A Machecoul (44), la fromagerie Beillevaire est l’une des 35 entreprises des Pays de la Loire à avoir choisi de maintenir des visites à l’issue de la crise sanitaire.
A Machecoul (44), la fromagerie Beillevaire est l’une des 35 entreprises des Pays de la Loire à avoir choisi de maintenir des visites à l’issue de la crise sanitaire. (Crédits : DR)
SERIE TOURISME- PAYS DE LA LOIRE (2/5). Imaginée il y a vingt ans pour promouvoir la découverte du monde économique, l’association « Visitez nos entreprises en Pays de la Loire » favorise l’ouverture au public de plus de 200 entreprises chaque année. Des portes grandes ouvertes ou entrouvertes selon la stratégie des dirigeants.

Comprendre la construction d'un paquebot aux chantiers de l'Atlantique, découvrir la fabrication d'un avion chez Airbus, s'initier au monde des abeilles chez les ruches de Mary, s'éveiller les papilles chez Cointreau au détour d'un alambic... ou démystifier les « objets porteurs de sens » chez le mayennais Martineau. Si l'idée de faire visiter son entreprise et ses lieux de production ne coule pas forcément de source pour des dirigeants plutôt enclins à préserver leur savoir-faire, la démarche est accompagnée depuis vingt ans par l'association « Visitez Nos Entreprises » (VNE), fondée à l'initiative la région et de la Chambre de Commerce et d'Industrie. « Nous sommes la seule association en France structurée à l'échelle d'une région », souligne Julien Goudeau, Président de VNE et responsable tourisme de la maison des Vin Orchidés (Ackerman, Château de sancerrre...).

En 2019, près de 500.000 visiteurs ont poussé les portes des 61 entreprises ouvertes au public en Pays de la Loire. Au point que certaines en font une véritable stratégie d'attractivité. « C'est bien plus qu'une simple vitrine », reconnait Charlotte Rondeau, Responsable Evènementiel & Visites de La Fromagerie Beillevaire, née en 1998, au cœur du marais breton vendéen, entre l'embouchure de la Loire et l'Ile de Noirmoutier. C'est à Machecoul, dans les années 1980, que Pascal Beillevaire, jeune fromager de 20 ans, titulaire d'un BEP agricole, lance le Machecoulais : une pâte molle au lait cru de vache, à la croûte lavée, de forme ovale, légèrement rosée et plissée... Quarante ans et des millions de litres de lait plus tard, l'homme est à la tête de groupe de 500 personnes (avec un chiffre d'affaires annuel de 60 millions d'euros), de six ateliers de production en France, d'un réseau de boutiques et exporte dans 40 pays à travers le monde... Tout une histoire.

Des circuits de plus en plus pros

L'entreprise a choisi de la raconter il y a dix ans. « Par transparence vis-à-vis du consommateur. Pour lui donner confiance », justifie Charlotte Rondeau. L'an dernier, la fromagerie a investi 150.000 euros pour professionnaliser le parcours. « Avec un circuit qui permet de voir les salariés au travail, des films didactiques et interactifs, une cave...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/08/2020 à 15:00 :
Passer d'une région la plus pauvre; tellement pauvre que l'immigration face à l'éxode rural a étée très faible, à une des régions les plus dynamiques fait tout de même plaisir.
A tel point que si la région associée à la région Bretagne pourrait devenir une entité indépendante de la France ne lui laissant que le régalien.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :