Pays de la Loire : une feuille de route « hydrogène » tournée vers le maritime et le fluvial

 |  | 1289 mots
Lecture 6 min.
A l'image de la navette fluviale à hydrogène mise  à l'eau en 2018 par la Semitan, la filière hydrogène des Pays de la Loire doit mettre le paquet sur le fluvial et le maritime », estime Franck Dumaître, directeur régional de l'Ademe Pays de la Loire.
A l'image de la navette fluviale à hydrogène mise à l'eau en 2018 par la Semitan, "la filière hydrogène des Pays de la Loire doit mettre le paquet sur le fluvial et le maritime », estime Franck Dumaître, directeur régional de l'Ademe Pays de la Loire. (Crédits : Reuters)
ENQUÊTE SUR L'HYDROGÈNE (3/3). Tirée par la Vendée, la région des Pays de la Loire a pris le chemin de l’hydrogène. Elle a voté au cours de l’été une feuille de route de 100 millions d’euros pour faire émerger, à travers deux projets phares, une filière hydrogène sur son territoire à l’horizon 2030.

L'objectif, c'est de faire émerger une « Pays de la Loire hydrogène vallée » à l'horizon 2030. Initialement prévue le 20 mars dernier, reportée au cours de l'été en raison de la crise sanitaire, la feuille de route régionale « Hydrogène », déclinée du plan pour la transition énergétique élaboré en 2016 a été adoptée les 9 et 10 juillet dernier. A la clé, une enveloppe de 100 millions d'euros sur 10 ans, votée pour accompagner les projets en cours et faire émerger une filière hydrogène sur le territoire ligérien : avec l'ambition de positionner les acteurs ligériens parmi les premiers dans la production d'un hydrogène renouvelable. « Un montant dans la fourchette des investissements programmés dans les feuilles de route annoncées en Bourgogne-Franche Comté (90 millions d'euros) ou l'Occitanie avec 100 millions d'euros aussi, alors que d'autres, comme PACA, l'Ile de France ou la Normandie, privilégient des aides à la mobilité», observe Luc Bodineau, coordinateur du Programme H2 à l'Ademe. « Contrairement aux régions Occitanie et Auvergne-Rhône-Alpes, nous n'avions pas de grands groupes industriels engagés sur l'hydrogène sur lesquels nous appuyer, alors nous avons à faire le choix de miser sur les réseaux intelligents (Smartgrid) et le stockage de l'hydrogène. Et depuis 2019, nous avons cherché à faire émerger un collectif d'une centaine d'acteurs, des start-ups aux grands groupes, en passant par les centres de recherche, l'Université, les Technocampus, les porteurs de projets... Ce qui va nous permettre de répondre aux appels...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :