Réélue à Nantes, Johanna Rolland aspire à "un changement de modèle"

 |   |  535  mots
Johanna Rolland (PS) alliée à EELV, réélue avec 59,67% des voix à Nantes
Johanna Rolland (PS) alliée à EELV, réélue avec 59,67% des voix à Nantes (Crédits : JF Fayolle - Ville de Nantes)
Sans surprise. Associée dans l’entre-deux tours à l’écologiste Julie Laernoes (EELV), la socialiste Johanna Rolland conserve la mairie de Nantes pour un deuxième mandat. Ce tandem va devoir inventer un nouveau modèle pour rassembler une ville où près de trois électeurs sur quatre ne se sont pas déplacés.

« Au-delà de la crise sanitaire et de la perte de dynamique entre le premier et le deuxième tour, je considère que c'est le pacte démocratique qui est abimé. On a besoin d'un choc de confiance démocratique. A l'échelle du pays et des villes, où à Nantes nous prendrons notre part », a indiqué Johanna Rolland, réélue avec 59,67% des voix, loin devant la candidate LR Laurence Garnier (27.61%), éconduite pour la deuxième fois, et Valérie Oppelt (LREM) qui a récolté 12,67%. Mais c'est surtout, l'abstention (69,04%) qui a marqué ce second tour. Une désertion massive où la maire sortante y voit « une aspiration à plus de...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/06/2020 à 23:45 :
Md Rolland qui est une anti-bretonne convaincue va devoir faire avec de nombreux pro-réunification EELV de sa liste. Comme avec NDDL, au moment de montrer son vrai visage il y aura une rupture avec les écologistes qui eux sont très régionalistes et très favorables au retour de Nantes comme capitale économique de la Bretagne. Les accords de façades ne résistent pas aux idées de fond.
a écrit le 29/06/2020 à 16:01 :
Après avoir été partisante sous le gouvernement Ayrault de l'aéroport de NDL, conforté par référendum populaire local, elle s'est pliée au rejet de ce choix démocratique sous le gouvernement Philippe , tt en faisant profil bas pour s'accorder les bonnes grâces des écolos nantais, ce qui peut expliquer en dehors du risque pandémique, la faiblesse de la participation.
a écrit le 29/06/2020 à 13:41 :
Surtout qu'avec une association Nantes-Bordeaux, pour de l’électricité off shore par exemple ou marée motrice pour générer un système de transports à voiles pour produits régionaux et pour pas nationaux et internationaux à terme je vois parfaitement les GAFAM, au moins pour se faire mousser, s’intéresser à ce type d'activités, en fait multipliant la possibilité d’initiatives par rapport à 10 plutôt que seul, il y aurait vraiment de quoi faire.

S'ils ne font rien qu'ils comprennent bien que l'électorat perdra bien plus vite patience qu'autrefois. Les politiciens d'aujourd'hui ont intérêt à se mettre bien plus de pression sur le service offert à ceux qui ont voté pour eux qu'avant.

Des actes enfin !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :