Innovation : et la rustine devint ininflammable…

 |   |  342  mots
Les applications de son nouveau caoutchouc sont « insoupçonnées », assure la célèbre PME qui, après le ferroviaire, entend prendre pied dans l'industrie chimique, le bâtiment et, les prochaines années, dans l'aéronautique. © Rustin
Les applications de son nouveau caoutchouc sont « insoupçonnées », assure la célèbre PME qui, après le ferroviaire, entend prendre pied dans l'industrie chimique, le bâtiment et, les prochaines années, dans l'aéronautique. © Rustin (Crédits : Rustin)
Après l'increvable, l'ininflammable... A La Chartre-sur-le-Loir, dans la Sarthe, l'entreprise Rustin, fabricant de la célèbre rustine, a trouvé la formule d’un caoutchouc qui ne brûle pas (résiste à 1000°) et surtout ne dégage pas de fumées toxiques. Naissance d'un matériau inédit qui lui ouvre de nouvelles perspectives dans l'industrie ferroviaire, chimique, le bâtiment ou l'aéronautique. Comme quoi, une PME âgée de 110 ans est aussi capable d'innover.

Il s'appelle le Sur-Extinct. Mis au point et fabriqué par la société sarthoise Rustin, ce nouveau caoutchouc a la particularité de résister aux flammes. Sa combustion ne produit pas de gaz opaque ou toxique. Il n'est donc pas asphyxiant. Il est propre et répond aux exigences environnementales de la réglementation Reach. Homologué en 2011, il satisfait la nouvelle norme (EN 45 545) visant la sécurité des biens et des personnes dans le ferroviaire en Europe, activité en pleine mutation dans l'Union européenne.

"C'est un matériau qui n'existait pas. Alors il faut le temps de l'expliquer. Mais depuis juillet les demandes arrivent", explique Louis Rustin, co-gérant de l'entreprise (80 personnes), spécialisée dans la fabrication de pièces techniques en caoutchouc (joints d'étanchéité notamment). Depuis six ans, Rustin investit 40 000 euros par an en R&D (6 personnes). La mise au point process du Sur-Extinct aura duré un an et demi. Mais aujourd'hui, "les applications sont insoupçonnées", constate Louis Rustin qui, après le ferroviaire, entend prendre pied dans l'industrie chimique, le bâtiment et, les prochaines années, dans l'aéronautique.

Elle exporte même vers la Chine

Au lendemain d'une crise structurelle qui a failli lui coûter la vie dans les années quatre-vingt-dix, la PME sarthoise récolte aujourd'hui les fruits d'une politique volontariste engagée dans les années 2000 par Louis Rustin, arrière-arrière petit fils du fondateur de l'entreprise en 1903. Ex-directeur du marketing chez Hutchinson et dans la grande distribution, Louis Rustin veut devenir un acteur intégré maîtrisant toute la chaîne de valeur.

La remise à plat de l'outil industriel est mise en œuvre de 1993 à 2003. Deux millions d'euros ont été investis dans un four permettant de faire ses propres mélanges. Un pari qui fait aujourd'hui la différence. La PME, qui a toujours refusé la délocalisation, réalise un chiffre d'affaires de 7 millions d'euros et exporte en Europe, en Afrique du Sud, au Kazakhstan, en Amérique du Nord et… même en Chine !

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/09/2013 à 1:00 :
Voilà le genre de mentalité dont on a besoin.
a écrit le 11/09/2013 à 13:04 :
Vite! un nouvel impot avant que les fruits de cette PME ne partent hors des caisses de l'Etat .. ré par ti tion !!!
Réponse de le 12/09/2013 à 7:51 :
C est surtout une entreprise familiale gérée par des gens qui ont une vision autre que celle de l argent à court terme
a écrit le 11/09/2013 à 11:53 :
Une belle PME que la fiscalité française met en danger. Mais il faut souligner au moins une chose (que je répète sans cesse) : sur un marché concurrentiel, la maitrise de la qualité et l'innovation sont essentielles. Point de laurier pour ceux qui se reposent dessus trop longtemps. Bravo au petit fils
Réponse de le 11/09/2013 à 14:32 :
La fiscalité est forte parce que l'Etat n'arrive pas à se rattraper avec les multinationales qui ne veulent pas payer leur part. C'est néamoins une très bonne chose de voir des PME qui veulent rester en France, elles auront mon respect tant qu'elle reste ici et donne du travail au français.
Réponse de le 12/09/2013 à 10:29 :
Qui a parlé de danger face à la fiscalité ? Pourquoi parler de fiscalité alors que l'on parle d'une belle entreprise française, qui a voulu rester française (malgré la fiscalité, incroyable!), et qui aujourd'hui relance de plus belle son activité grâce à un programme d'innovation efficace. Un bel exemple en somme.
Arrêtez de fantasmer sur la fiscalité, elle participe simplement aux bonnes conditions de vie dont on dispose en France. Et si vous n'êtes pas convaincu, allez voir ailleurs!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :