Kiwatch veut démocratiser la « vidéo-bienveillance »

 |   |  1065  mots
(Crédits : DR)
Sur le marché de la vidéosurveillance depuis 2011, la startup nantaise Kiwatch vient de lever 3 millions d'euros pour accélérer son développement technologique et commercial dans la « vidéo bienveillance », et accroître sa visibilité sur un marché en pleine croissance.

En faisant le choix de commercialiser un système de vidéosurveillance sous la forme d'un abonnement mensuel, à l'instar des opérateurs de la téléphonie, la nantaise Kiwatch est devenue en quelques années un des acteurs majeurs du marché de la vidéosurveillance avec quelques 20.000 caméras connectées, le plus souvent à domicile, où on lui préfère le terme de « vidéo-bienveillance ».

« Nous avons enregistré des croissances de 200 % en 2015 et 2016, et multiplié par 4 notre base "clients" au cours des dix-huit derniers mois. On touche aujourd'hui 80% de particuliers et 20% de professionnels », se félicite Cédric Williamson, CEO et cofondateur de Kiwatch, associé à Laurent Rocuet, directeur de la R&D.

« Avant, les gens imaginaient qu'ils pouvaient avoir une caméra chez eux. Aujourd'hui, ils découvrent que c'est une réalité, qu'ils peuvent contrôler un mini-centre de surveillance vidéo avec leur téléphone mobile. Le marché connaît une véritable inflexion depuis un an. »

Un marché en pleine maturité, où Kiwatch veut asseoir son modèle d'abonnement.

« On n'offre pas un simple device, mais un service complet, plug & play et simple d'utilisation », précise Cédric Williamson.

Des images HD en continu

L'abonnement est à 9,90 euros (14,90 HT pour les entreprises) par mois. Le premier prix est de 29 euros pour une caméra d'« intérieur » et de 59 euros pour un modèle extérieur. Les suivantes sont à 139 et 159 euros. Fabriquées en Asie, elles sont dotées de fonctions micro et haut-parleur, permettant de voir, d'entendre et de parler, de jour comme de nuit, grâce à une vision infrarouge. Connectées en wi-fi, elles diffusent des images en HD (720p) 24 heures/24, et sont capables d'envoyer des alertes par email, SMS ou des appels vocaux en cas d'incident détecté. L'ensemble des données est crypté.

Via l'application dédiée, conçue par l'éditeur de logiciels Kiwatch, il est possible de prévenir les secours (Samu, pompiers, police ou gendarmerie) en un clic, ou simplement d'interagir avec ses proches. Une option à 5 euros permet d'envoyer un vigile sur place en cas de besoin. À ce jour, Kitwatch affiche 7.000 utilisateurs au compteur.

Six ans après sa création, la jeune pousse, fondée par deux quinquagénaires plongés dans l'univers des startups après un parcours dans des SSII régionales et l'accompagnement d'entreprises de l'électronique, vient de lever 3 millions d'euros pour renforcer son développement en France, préparer de nouvelles implantations en Europe par le biais de partenariats avec des distributeurs, et aussi affiner le développement des technologies vidéo. Un programme qui a séduit le fonds de capital-risque Entrepreneur Venture, le fonds de co-investissement Pays de la Loire Participations, géré par la Siparex, le fonds d'investissement breton Fair West et des investisseurs individuels, qui sont intervenus pour un montant de 2,15 millions d'euros, abondé par 850.000 euros de concours bancaires.

« Nous sélectionnons chaque année une dizaine de sociétés innovantes à fort potentiel pour les accompagner dans leur croissance », indique Quentin Chancereul, chargé d'investissement de Siparex, gestionnaire de Pays de la Loire Participations, convaincu par la vision des dirigeants et les perspectives de développement de Kiwatch.

C'est la troisième levée de fonds menée par la jeune entreprise nantaise depuis sa naissance.

Une proximité avec la téléphonie

La première, menée en 2013 auprès de Fair West et de Business Angels, lui avait permis de prendre pied sur ce marché. Deux ans plus tard, Kiwatch faisait entrer au capital (10%) le breton Delta Dore, numéro 1 de la domotique, qui commercialise aujourd'hui, en marque blanche, la plateforme de vidéosurveillance élaborée par Kiwatch. Cette prise de participation et ce premier partenariat ont accru sa visibilité auprès des consommateurs, consolidé sa croissance, au point qu'elle a recruté l'ex-directeur commercial de Virgin Mobile.

« On doit trouver des personnes ayant les capacités à vendre de l'abonnement téléphonique », ajoute le CEO de Kiwatch, qui emploie 20 personnes à Nantes.

Dernièrement, un accord commercial a été conclu avec Zeop, premier opérateur de téléphonie à La Réunion, pour prendre pied sur ce marché de l'outre-mer.

« On a des discussions de ce type avec des opérateurs français et étrangers pour la mise en oeuvre de partenariats », indique Cédric Williamson. Des échanges seraient, notamment, en cours avec Business Orange Services.

« L'export, on y réfléchit, mais on tient d'abord à border le marché français avant d'aller à l'international, sauf à nouer des partenariats en Europe. »

À ce jour, la solution est commercialisée en direct sur son site Internet, par l'intermédiaire de Delta Dore et de Zeop, et le réseau de cinquante magasins Welcom'. Dans la continuité de la première campagne vidéo, « Attrapez le père Noël sur le fait », diffusée en 2016 sur Youtube et les réseaux sociaux pour sensibiliser les internautes aux infractions de fin d'année, Kiwatch, grâce à la dernière levée de fonds, s'ouvre cette fois les portes de la télévision.

« Nous venons de diffuser un premier spot sur BFMTV et M6 et étudions actuellement notre plan média pour accroître notre visibilité. »

Développer usages et services

Ces moyens financiers vont aussi renforcer la stratégie de R & D pour lancer très rapidement de nouvelles fonctionnalités comme le pilotage de la solution par la voix, la reconnaissance de mouvements, de formes ou d'objets, la personnalisation des alertes, la détection de chutes dans le cadre du maintien à domicile. Et ainsi ancrer l'entreprise dans le secteur de la « vidéo-bienveillance », moins stigmatisante que la vidéosurveillance.

« Au-delà de l'aspect sécurisation du domicile ou de l'entreprise, il s'agit de veiller en direct sur ses enfants, ses animaux domestiques, son jardin ou encore de maintenir à domicile un proche âgé », précise le CEO de Kiwatch, qui a pris pied sur le marché de la silver économie en signant, en mars dernier, un partenariat avec la Générale de services, un acteur historique des services à la personne.

Pour Kiwatch, ces évolutions doivent se traduire par un bond du chiffre d'affaires de 1,2 million d'euros en 2017 à... 5 millions d'euros fin 2018.

« Nous avons doublé notre chiffre d'affaires sans ressource particulière. Alors on pense que, avec les moyens que l'on vient d'obtenir, on va réussir ce saut », estime Cédric Williamson.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/02/2018 à 10:34 :
Avant de la démocratiser il faudrait surtout la rendre efficace or depuis les attentats de Nice, à savoir la ville la plus vidéosurveillée de France, la vidéo surveillance bizarrement a beaucoup moins la côte les clients se rendant compte qu'elle n'empêche rien permettant seulement éventuellement de retrouver les coupables d'actes déjà commis.

Quel est l'intérêt ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :