Le nantais QOS Energy s'installe à San Francisco

 |   |  349  mots
(Crédits : DR)
Fondée en 2010, QOS Energy a développé une solution de monitoring destinée à surveiller les productions et les consommations d'énergie dans les bâtiments ou sur les territoires.

Il aura fallu deux ans à Franck Le Breton et Jean-Yves Bellet, fondateurs de Qos Energy, pour développer et mettre au point la plateforme Web destinée à la supervision en temps réel d'installations énergétiques.

En cinq ans, la solution a pris pied sur 3.000 sites français et étrangers. Principalement sur les marchés de la production d'énergie (photovoltaïque, éolien, gaz, hydrolien...), la gestion des bâtiments industriels et des territoires. Ces trois dernières années, le chiffre d'affaires a doublé chaque année pour atteindre 1,5 million d'euros en 2014.

« Pas de mystère, pour fiabiliser nos données, nous allons devoir exploser à l'exportation », affirme Jean-Yves Bellet, vice-président de Qos Energy.

Présente en Allemagne et en Grande-Bretagne, la jeune startup nantaise ouvrira en novembre prochain un troisième bureau à San Francisco. Ces implantations viennent s'ajouter aux partenariats noués avec le Japon et le Brésil.

« Comme beaucoup, face à la concurrence internationale, on ne peut pas se permettre de rester en France. L'objectif est d'avoir un maximum de partenaires pour construire une base de données structurée qui puisse fournir les tendances du marché », résume Jean-Yves Bellet, vice-président de QOS Energy.

Car, à défaut de stocker l'énergie, on va chercher à déplacer les consommations dans le temps.

1% de la production nationale d'énergie solaire

« Le photovoltaïque est loin d'avoir fait son temps. Il y a eu beaucoup de casse, certes, mais il reste aujourd'hui une concentration d'acteurs ultraspécialisés », ajoute le dirigeant de QOS Energy, qui intervient sur 1% de la production nationale.

Les énergies renouvelables représentent 70 à 80% de son chiffre d'affaires. L'autre partie étant réalisée par la mesure des consommations dans les bâtiments industriels.

« La multiplication des données nous permet d'élaborer des modèles de consommation de plus en plus pointus pour bâtir des offres adaptées à la demande », précise-t-il.

Des modèles exploitables pour la gestion des consommations d'une usine de production ou le développement de villes et de réseaux électriques intelligents dans lesquels est engagé QOS Energy.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :