Transway mise sur les récompenses pour faire évoluer les mobilités

 |   |  416  mots
(Crédits : DR)
Avec son application Gotoo et ses points Soleillos, Transway parie sur la rétribution pour impliquer l'utilisateur, changer les comportements et limiter les émissions de CO2.

Pour faire évoluer les mobilités et les mentalités, Transway mise sur les récompenses.

« Pour convaincre un usager d'emprunter un bus, récompenser seule la fidélité ne sert à rien, mais si vous l'associez au sentiment d'appartenance à une communauté et à une information réactive et partagée, là, vous obtenez quelque chose qui fonctionne. L'enjeu est donc d'intervenir sur ces trois leviers à la fois », explique Nicolas Tronchon, cofondateur de Transway, une startup créée à Nantes en 2009 autour des questions de « mobilité intelligente ». « Notre objectif est de proposer un outil d'aide au changement de comportement », ajoute-t-il.

Le développement et la mise au point du dispositif aura duré plus de trois ans et demi et nécessité un million et demi d'euros d'investissement, dont 50 % d'aides publiques.

« Gotoo fonctionne à partir d'un algorithme capable de détecter le mode de transport utilisé en fonction de la vitesse, la vélocité, l'inertie, etc. », indique Nicolas Tronchon.

Des informations, rendues anonymes, qui peuvent être validées par des questions posées à l'utilisateur.

Les points acquis transformés en cadeaux

En temps réel, l'application détermine si vous vous déplacez en bus, en vélo, en covoiturage... Chacun d'eux offrant un certain nombre de points - des Soleillos -, en fonction de l'émission de carbone estimée pour un déplacement. Cet outil de collecte d'informations et de services (informations en temps réel) est associé à une place de marché où les points acquis peuvent être transformés en cadeaux (gratuité ou réductions) offerts par des enseignes nationales, régionales, des commerçants de proximité qui mettent en ligne leur offre ou des sociétés privées. Ces dernières peuvent ainsi récompenser leurs salariés les plus vertueux en offrant des compensations allant au-delà des taux imposés par la loi sur la transition énergétique.

« Les autorités organisatrices de transport (AOT) peuvent ainsi récolter de nombreuses données pour améliorer leurs services et offrir, par exemple, des abonnements gratuits », précise Nicolas Trochon.

« Aujourd'hui, les autorités organisatrices de transport ont peu de marge de manoeuvre sur l'offre. En revanche, elles peuvent intervenir sur les horaires décalés. Un bouchon est occasionné par 5 % à 6 % du trafic. En travaillant sur cette marge, on peut corriger un problème et décongestionner un réseau »,dit-il.

En cours de déploiement au Canada, Gotoo, qui devrait être prochainement installé à Bordeaux et à Périgueux, intéresse aussi certaines villes d'Asie du Sud-Est.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :