Bandeau Législatives (région)

Biomnis : l'actionnaire minoritaire débouté par le Tribunal de commerce de Lyon

 |   |  228  mots
La société Alfras, présidée par Jean-François Delepoulle, devrait prendre le contrôle du groupe Biods/Biomnis à 95 %. Les 5 % restants seraient conservés par le fonds Duke Street. © DR
La société Alfras, présidée par Jean-François Delepoulle, devrait prendre le contrôle du groupe Biods/Biomnis à 95 %. Les 5 % restants seraient conservés par le fonds Duke Street. © DR (Crédits : DR)
La juridiction consulaire a rejeté mardi en fin d'après-midi la demande d'Oger Investissements qui réclamait la nomination d'un expert. Le Tribunal doit donc examiner, comme prévu, le protocole d'accord issu de la conciliation menée par le mandataire ad hoc qui donne le contrôle du groupe à la société Alfras.

Dans le conflit opposant les actionnaires du laboratoire lyonnais Biods/Biomnis, le tribunal de commerce de Lyon a rejeté mardi 9 juillet en fin d'après-midi la demande de l'associé Oger Investissements, de nommer un expert. Cet actionnaire minoritaire contestait de se voir contraint de céder pour rien (un euro) le solde de ses actions.
Sur ce motif, ce holding familial présidé par Jean-Louis Oger, avait donc assigné, le 8 juillet, le fonds Duke Street d'une part, à qui il a vendu son entreprise en 2008, et d'autre part les obligataires, principalement Axa Private Equity. Oger Investissements a donc été débouté par les juges consulaires. Contacté après ce rejet par Acteurs de l'économie, Me Alain Ribeyre, l'avocat du plaignant, n'a pas souhaité pas donner d'information sur une éventuelle poursuite de la procédure.
En attendant, la juridiction consulaire doit étudier ce mercredi 10 juillet, comme prévu, le plan d'homologation de la conciliation. Selon les termes de ce protocole, établi sous l'égide du mandataire ad hoc, Me Eric Baulan, la société Alfras, présidée par Jean-François Delepoulle, devrait prendre le contrôle du groupe Biods/Biomnis à 95 %. Les 5 % restants seraient conservés par Duke Street. La société Alfras a été amenée par Axa PE, dirigeant de fait de Biomnis, en raison du poids de ses créances, estimées autour de 150 millions d'euros.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :