Bandeau Législatives (région)

L’espoir renaît pour l’usine solaire Bosch de Vénissieux

 |   |  426  mots
Reuters
Reuters (Crédits : DR)
Sillia, l’unique candidat à la reprise, s’adosserait à Urbasolar. Jusqu’à présent la situation financière de cet unique candidat à la reprise de l’unité lyonnaise était jugée trop précaire pour le groupe allemand.

Le ciel se dégage, à nouveau, pour l'usine solaire Bosch de Vénissieux, dans le Rhône. Le breton Sillia (groupe normand Elvia), seul aujourd'hui candidat restant sur les rangs pour la reprise du site, présentait le handicap d'une situation financière précaire.

Lors de la dernière assemblée générale de cette entreprise installée à Lannion, dans les Côtes d'Armor, le constat avait été dressé d'un capital inférieur de moitié à ses dettes. Une injection de cash s'imposait donc.

Or, selon Marc Soubitez, délégué Cfdt chez Bosch, et syndicaliste en première ligne pour sauver cette activité, Sillia s'apprêterait à faire entrer un nouvel actionnaire. Celui-ci, Urbasolar, implanté à Montpellier est présenté comme un promoteur solide de grandes centrales photovoltaïques intervenant de la conception jusqu'à l'exploitation. Fondé en 2006 par Stéphanie Andrieu, directrice générale, il affichait 51 millions d'euros de chiffre d'affaires au bilan clos fin avril 2012.

Avant la fin 2014

Outre son apport en espèces sonnantes et trébuchantes Urbasolar deviendrait ainsi un partenaire commercial privilégié pour Sillia, qui travaille déjà avec cette PME.

« Une nouvelle rencontre a eu lieu avec la direction de Bosch France, la semaine dernière. Il nous semble que Sillia réponde désormais à toutes les questions et exigences. Nous demandons formellement à Bosch de prendre une position avant la fin de l'année », dit Marc Soubitez. Sillia, qui possède à Lannion une première unité de montage de panneaux solaires d'une capacité de 50 Mw récupérerait avec Bosch Vénissieux deux lignes modernes de 160 Mw.

Pas avant mai

Le repreneur éventuel s'engage toujours à réembaucher 128 des 220/240 salariés toujours présents.

« Un plan de départ en préretraite dès 55 ans, voire parfois 54 ans pour ceux qui ont démarré tôt leur vie professionnelle, a été ouvert et concerne entre 50 et 60 personnes. Par ailleurs 20 postes ont été proposés par l'usine voisine de Bosch Rexroth », met en avant le délégué syndical.

Toutefois, et si le projet Sillia va jusqu'au bout, la production de Bosch Solar Vénissieux ne redémarrerait pas avant mai. Depuis plusieurs semaines, et faute de commandes, du fait de l'incertitude planant sur le devenir de cette usine, le personnel est en chômage partiel avec un abondement de Bosch. De façon alternative le personnel réfléchit à la constitution d'une Scop.

L'équipementier germanique a formellement annoncé en mars 2013 sa décision de se retirer industriellement du solaire et SolarWorld reprend le site principal de Arnstadt en Allemagne.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/12/2013 à 19:20 :
espérons que cette usine ne fermera pas.
a écrit le 21/12/2013 à 13:17 :
Bonjour, A ce jour, il est possible de faire tourner une usine de panneaux en France. Mais vous avez certains points à valider:
Définir vos clients et vos volumes
Licencier pour obtenir un point mort le plus bas possible
Ne surtout pas faire confiance à un développeur style Urba, pourquoi? Demain le gouvernement change les règles du PV, le développeur part faire les achats chez nos amis chinois. !!!!
Bonne chance
a écrit le 21/12/2013 à 11:32 :
Si vous voulez que le plan de reprise s'écroule confiez le à Flamby et à son adjoint montegourde. Pour le reste envoyez valls pour finir le boulot. Avec ce plan vous avez mis en branle la machine à destruction d'emploi en France.
Réponse de le 22/12/2013 à 1:59 :
commentaire nul et hors sujet
Réponse de le 24/12/2013 à 14:29 :
N'importe quoi...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :