Oubliez Gertrude... voici Super Gertrude !

 |   |  692  mots
Gertrude apporte une vision synthétique et statistique en temps réel de la circulation en ville, comme ici dans le Poste Central de gestion du trafic de Bordeaux Métropole.
Gertrude apporte une vision synthétique et statistique en temps réel de la circulation en ville, comme ici dans le Poste Central de gestion du trafic de Bordeaux Métropole. (Crédits : DR)
Bordeaux a inventé il y a une quarantaine années un système de régulation du trafic portant le doux nom de Gertrude, qui a fait école. Beaucoup plus complet et également tourné vers le grand public, un nouveau dispositif est en projet.

Inventé dans les années 1970 par un physicien, Christian Franceries, et les services communautaires de Bordeaux, le système de régulation des feux et carrefours dans la métropole bordelaise, baptisé Gertrude, est devenu en 1981 une société. La Saem Gertrude compte aujourd'hui une trentaine de salariés à Bordeaux, où est installé le siège social, et dans sa filiale, à Alger.

À l'époque, il s'agissait de trouver une réponse aux embouteillages récurrents de Bordeaux et de son agglomération, et de donner la priorité à l'automobile. Le système pouvait, en modifiant dans la seconde la régulation et les temps de passage au vert des feux tricolores, s'adapter aux aléas de la circulation, pannes, accidents... pour fluidifier au maximum le trafic. Mais ces dernières années, tout s'est complexifié.

« Nous avons accompagné l'agglomération dans sa mutation, sa quête d'une ville plus agréable à vivre, avec moins de voitures dans le centre-ville, mais sans les gommer totalement, avec surtout un réseau de bus et de tramways en perpétuelle expansion. Nous avons dû faire de Gertrude un outil au service du multimodal, nous avons dû intégrer les mégadonnées pour pousser toujours plus loin le service rendu aux collectivités, nos clients, et à leurs usagers », explique Daniel Yung, directeur du développement de Gertrude.

Une douzaine de villes françaises ont fait appel à Gertrude, qui exporte également ses compétences hors de l'Hexagone.

Une plateforme tournée vers l'usager

Mais le développement de la multimodalité, ainsi que celui des mégadonnées et des objets connectés, ouvre de nouvelles perspectives. Au point d'imaginer une sorte de Super-Gertrude, mais cette fois tournée vers l'usager.

Son nom de code : Green Line.

« Il s'agit d'une plateforme de transport multimodale, décrit Aadel Benouyssef, directeur d'Excelerate Systems France, partie prenante du projet. L'idée est de s'appuyer sur le savoir-faire de Gertrude, de tirer des informations des réseaux mobiles et des données ouvertes, de faire remonter les informations des parcs de stationnement... et surtout, de replacer l'humain et ses besoins au cœur du système pour lui fournir la meilleure solution possible.

Aujourd'hui, de nombreux services vous proposent d'aller d'un point A à un point B. Si je pars du Bassin d'Arcachon et que je me rends aux allées de Tourny, je peux éventuellement savoir si des bouchons vont se présenter, mais pas s'il reste des places de stationnement disponibles au parking de Tourny. Green Line pourrait vous remonter ce type d'informations lors de votre parcours, anticiper des encombrements en centre-ville et vous proposer, alors que vous vous déplacez, d'opter pour un autre parcours ou un autre moyen de locomotion : s'arrêter dans un parc relais puis prendre un tramway par exemple, ce qui s'avérera plus rapide ou plus économique. »

Gertrude, le Centre aquitain des technologies informatiques et électroniques (Catie), Excelerate Systems, I2S et d'autres partenaires travaillent sur ce sujet.

« Nous aimerions mettre en place un démonstrateur à l'occasion du congrès mondial ITS en octobre à Bordeaux », conclut Aadel Benyoussef.

__

>>> FOCUS Plusieurs chantiers innovants

Le renouvellement de la délégation  de service public pour la mise en œuvre du réseau de transports en commun de la métropole bordelaise, de nouveau confiée à Keolis, a été l'occasion d'innover en matière de système d'information voyageur. Un marché a notamment été attribué à la société parisienne ConnectThings pour déployer des tags NFC (technologie sans contact) dans les arrêts de transports en commun du réseau TBC. Un second marché est pour Thales, chargé de dématérialiser les billets.

Bordeaux Métropole est par ailleurs territoire d'expérimentation et partenaire du projet Au-dace, plateforme Web de mobilité multimodale permettant à l'utilisateur d'être renseigné sur le moyen d'aller d'un point A à un point B en empruntant toutes les solutions de déplacement existantes, incluant les solutions d'autopartage.

Le déploiement de Koolicar, solution d'autopartage de véhicules en fonction sur le territoire bordelais, est inclus.

____

smart city bdx
>>> Cliquez ici pour vous inscrire au Forum Smart City Bordeaux <<<

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/04/2015 à 17:11 :
Oui Gertrude est bien utile mais la pauvre, si on augmente le nombre d'habitants de la métropole sans anticiper le développement des infrastructures ça va devenir invivable ! Le grand contournement, gros mot qu'il ne faut plus prononcer en est bien la solution avec pont sur l'estuaire.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :