Le site de covoiturage français Blablacar convainc de prestigieux investisseurs

 |   |  223  mots
Par le passé, le fonds d'investissement Index Ventures a déjà soutenu le logiciel de partage de fichiers à distance Dropbox, aujourd'hui valorisé 10 milliards de dollars. (Photo : Nathalie Ortiz. Via Flickr CC License by)
Par le passé, le fonds d'investissement Index Ventures a déjà soutenu le logiciel de partage de fichiers à distance Dropbox, aujourd'hui valorisé 10 milliards de dollars. (Photo : Nathalie Ortiz. Via Flickr CC License by) (Crédits : Nathalie Ortiz)
La start-up fondée en 2006 sous le nom de Covoiturage.fr s'est rapidement imposée comme l 'un des leaders du secteur en France. Elle espère poursuivre son expasion en Europe en levant 73 millions d'euros, notamment auprès d'Index Ventures et ISAI.

Record pour BlaBlaCar. La start-up française de covoiturage longue-distance va lever 100 millions de dollars (73 millions d'euros), auprès du fonds d'investissement Index Ventures pour développer son activité à l'étranger, a-t-elle fait savoir dans un communiqué. Le montant est inédit pour une entreprise de technologie européenne.

Le prochain Airbnb?

"Les investisseurs parient 100 millions de dollars que BlaBlaCar (...) peut devenir la prochaine grande réussite de l'économie de partage après Airbnb et Uber", écrit le quotidien britannique Financial Times.

>> Retrouvez notre portrait de la start-up BlaBlaCar

Index Ventures - qui a par exemple soutenu le logiciel de partage de fichiers à distance Dropbox, aujourd'hui valorisé 10 milliards de dollars -  ainsi qu'Accel Partners, ISAI et Lead Edge Capital, participeront également à l'opération.

Un million de personnes transportées par mois

Fondé en 2006, BlaBlaCar (ex-Covoiturage.fr) est devenu le leader français du secteur et revendique 95% des annonces de covoiturage en France. La start-up assure dans un communiqué qu'un million de personnes sont transportées par mois en Europe via ses services et emploie aujourd'hui 150 personnes dont environ 100 en France.

Chaque passager paie le conducteur du véhicule pour un trajet donné et une partie de la somme versée revient au site jouant le rôle d'intermédiaire.

Photo : OuiShare Summit 2012 par Nathalie Ortiz. Via Flickr CC License by.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/11/2015 à 12:15 :
Bonjour
il y a aussi cet excellent site de covoiturage que je souhaite faire partager, il est franchement super ! c’est http://www.europe-carpooling.com
Alain
a écrit le 02/07/2014 à 16:02 :
Je regardais tout à l'heure, et les tarifs sont quand même ridiculement bas. Trajet de 60km, facturé 3 euros, ça me semble bien peu pour s'ennuyer à prendre des rdv avec 4 personnes, les tasser dans la voiture, etc, et ça ne paie probablement pas le péage + essence.

Faire des rencontres, c'est cool, mais il y a meetic ou des clubs d'activité pour ça, non ?
a écrit le 02/07/2014 à 11:46 :
Testé, ce site est vraiment bien fait et les rencontres humaines intéressantes. Sur un Paris-Nantes, que j'aurais fait seul de toutes façons, j'ai gagné 144€.
a écrit le 02/07/2014 à 10:40 :
BLABLACAR c'est un site français génial, simple convivial sûr, j'espère qu'il restera sous le contrôle de la France et des entrepreneurs actionnaires français, BLABALCAR c'est le contraire de l'agressivité à l'américaine et pourtant ça se développe très vite, ça correspond à un besoin social et à un besoin économique, ça correspond surtout à un besoin écologique. Sans doute le meilleur site français jamais créer en France. Vive la France Vive la France créative, entreprenante et fairplay.
Réponse de le 02/07/2014 à 10:54 :
En France les grosses structures sont généralement dirigées par des gens qui ne comprennent pas le métier de leur propre entreprise... ce genre de pépite va forcément finir dans les bras d'une grosse boite étrangère dirigée par quelqu'un qui ne sort pas de l'ENA. Et les fondateurs déménageront aussi pour ne pas payer l'ISF. La France c'est le seul pays qui exporte des riches et importe des pauvres.
Réponse de le 02/07/2014 à 12:19 :
On pourrait aussi exporter ou se défaire des énarques, polytechniciens, et autres HEC ( à de très très rares exceptions près) et Sciences PO (pas un seul bon sauf quand ils commence de véritables études après ce diplôme qui ne vaut pas un radis et pourtant tout le monde s'y précipite eh bien qu'on colle des frais de scolarité de 15.000 € par an pour voir mais bon yaura toujours des crétins) mais le problème c'est qu'en dehors de France, et malgré tous les classements plus mièvres les uns que les autres et discutables, personne n'en veut malgré l'emballage doré et chatoyant personne n'en veut. On sait pourquoi.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :