Bandeau Women For Future

Sandra Le Grand se met au service des étudiants

 |   |  357  mots
Sandra Le Grand et Valérie Falala
Sandra Le Grand et Valérie Falala (Crédits : DR)
Chaque semaine La Tribune et son partenaire Bpifrance vous font découvrir une femme créatrice d'entreprise dans nos régions. Sandra Le Grand, co-fondatrice de la plateforme Yapuka avec Valérie Falala, mise sur la formation à l'expression orale.

Après avoir travaillé chez Coca Cola pendant 11 ans, Sandra Le Grand se lance dans l'entrepreneuriat en 2000 en créant Kalidea, la première plateforme de service pour les comités d'entreprise. « A l'époque, on m'a regardé comme un ovni. On me disait que je prenais des risques, surtout en tant que femme ayant des enfants en bas âge. Depuis, l'écosystème français a fait un bond de géant. Et créer une startup est presque devenu une nécessité. » Elle se lance alors avec Valérie Falala, qui sera de nouveau son associée 17 ans plus tard. En 16 ans, Sandra mène sa startup à 70 millions de chiffre d'affaires et 100 salariés, avant de la céder. « J'aime l'esprit entrepreneurial, fonceur, qui n'a pas peur d'innover, de créer des projets disruptifs. J'ai été vice-présidente de Croissance Plus, je fais de mentoring, je donne des cours à HEC. Je suis aussi administratrice indépendante de plusieurs sociétés dont Axa France. »

De son côté, Valérie Falala développe son expertise en RH, tout en aidant bénévolement des jeunes à préparer leurs entretiens. Sandra Le Grand y voit une opportunité. « Nous avons fait une étude de marché. En France il y a 700 000 lycéens en terminal, 2,3 millions d'étudiants et de plus en plus d'oraux. » En septembre 2017, elles lancent Yapuka, première plateforme de mise en relation d'étudiants et d'entraîneurs indépendants. « Sélectionnés avec précision et aguerris à la méthode de Valérie Falala, ils coachent ces jeunes pour qu'ils développent leur confiance en eux et une compétence majeure aujourd'hui, savoir s'exprimer. Cela leur permet d'entrer dans l'école de leur choix, de trouver un stage, puis un emploi. 25% d'entre eux sont touchés par le chômage. Nous apportons notre pièce à l'édifice. » Bpifrance soutient le développement technologique de leur plateforme et co-garantit un prêt bancaire avec la BNP. L'ambition de ces deux dirigeantes complémentaires ? Continuer à sélectionner des entraîneurs de qualité, développer leur clientèle et proposer des services aux entreprises et aux écoles.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :