Microsoft dépose le brevet du "câlin à distance"

Le géant américain vient de breveter le "retour de force haptique en téléprésence", ou la possibilité d'ajouter des interactions physiques à des communications virtuelles. Comme un câlin, par exemple.

2 mn

Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Reuters)

Les amateurs de jeux vidéo connaissent bien le principe. Sur certaines consoles, des manettes ou joysticks spécifiques vibrent à certains moments, permettant à l'utilisateur de s'immerger davantage dans son jeu. Un virage raté au volant d'une Ferrari et le contrôleur se met alors à vibrer frénétiquement, au rythme des tonneaux de sa voiture virtuelle. Selon un procédé similaire, mais bien plus élaboré, Microsoft vient de breveter le... "câlin à distance". Ou plus précisément, le "retour de force haptique en téléprésence".

Derrière cette dénomination peu glamour, se cache pourtant la possibilité d'ajouter des interactions physiques à des appareils aux communications à distance. Et ce, via des appareils spécifiques. Selon le brevet, il sera ainsi possible d'effectuer un contact physique "substantiellement similaire" à une interaction dans la vraie vie. En clair, cette technologique devrait notamment permettre de câliner son (sa) conjoint(e) à grande distance. Dans la même veine, un homme d'affaires pourra "serrer la main" d'un client se trouvant à l'autre bout du globe.

Une peluche interactive

Mais cette technologie ne se cantonnera pas seulement à de "primitives" vibrations. Le brevet égrène ainsi les possibilités de "friction", de "feedbacks électriques", de "résistances physiques", de "stimulations changements de température" ou même de "pression".

Reste la question des objets qui permettront de transmettre ces "interactions physiques". Lequel devra vraisemblablement être facilement transportable, mais assez "grand" pour bénéficier à plein de ces interactions. Une piste? En 2003, des scientifiques américains ont publié une étude estampillée "Le câlin : une exploration de la forme robotique pour des communications intimes". Ces chercheurs avaient notamment imaginé... une peluche interactive, qui vibre lorsqu'on la câline.

Le boom des objets connectés

Cette initiative de Microsoft apparaît alors que les objets connectés sont de plus en plus nombreux à envahir notre quotidien. Et leur proportion devrait augmenter significativement ces prochaines années. Cartes SIM qui équipent les voitures, compteurs électriques intelligents... il y aura 50 milliards d?objets connectés dans le monde en 2020 selon Ericsson, le numéro un mondial des télécoms. Sachant qu?il en existerait déjà quelques 12 milliards. Les possibilités apparaissent énormes et touchent tous les secteurs. Récemment, une société américaine a même dévoilé un système qui permettrait de suivre ses signes vitaux grâce à un smartphone. A n?en point douter, les objets connectés n?en sont qu?à leurs balbutiements.

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 4
à écrit le 26/12/2012 à 16:20
Signaler
Bientôt en vod, Microsoft présente ... une production Marc Dorcel interactive avec poupée calineuse. Mon Dieu, mon Dieu, mon Dieu, que ne faut-il pas faire pour vendre du windows8 !

à écrit le 26/12/2012 à 13:41
Signaler
Quand on y réfléchi bien, breveter ce type de chose n'a pas de sens. On verra les détails, mais si on autorise ce genre de chose, on finira par ne plus rien pouvoir faire sans payer de rente à des groupes privés. Un peu comme l'affaire Instagramm qui...

le 26/12/2012 à 20:58
Signaler
@simple citoyen: ce type de chose est le futur. Quand on voit le nombre de personnes qui s'adonnent à l'amour virtuel, je te dis pas la tune que cela peut rapporter si tu as un brevet qui t'accordes le monopole du secteur.

à écrit le 26/12/2012 à 12:23
Signaler
Mazette ...Ca n a rien avoir avec Kinect ou une manette vibrante Ca doit faire un drole d effet quand meme ... presque un peu flippant..

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.