Les opérateurs virtuels conservent de réelles chances face à Free Mobile

 |   |  724  mots
Il n'y a pas de discussion en cours avec Orange  assure Geoffroy Roux de Bézieux, le PDG de Virgin Mobile.Copyright AFP.
"Il n'y a pas de discussion en cours avec Orange " assure Geoffroy Roux de Bézieux, le PDG de Virgin Mobile.Copyright AFP. (Crédits : AFP)
Les MVNO sont en train de renégocier les tarifs de gros avec les grands opérateurs pour mieux se battre face au nouvel entrant. Mais le rachat de Virgin Mobile, qui va annoncer ce mardi un nouvel accord avec Orange, reste une hypothèse tenace.

Aurait-on sonné le glas des MVNO un trop vite ? Les opérateurs mobiles virtuels, ces petits acteurs de la téléphonie mobile dépourvus de réseau en propre et qui achètent des minutes en gros aux trois historiques Orange, SFR ou Bouygues, ne sont peut-être pas aussi fatalement condamnés à disparaître par l'arrivée fracassante de Free Mobile sur le marché. En effet, ils ont pu commencer ces dernières semaines à renégocier avec leurs opérateurs hôtes les conditions tarifaires, en réclamant des prix de gros leur permettant au minimum de répliquer les prix de détail des offres « low-cost » (Sosh, Red, B&You) de leurs hôtes, qui risquaient de se rendre coupables d'effet de « ciseau tarifaire ».

D'après les analystes financiers d'Oddo Securities, qui citent des « sources industrielles » (comprendre des opérateurs), « les renégociations tarifaires vont de 15% à 30% selon les offres. » Les MVNO seraient donc en mesure, selon eux, de « trouver de nouvelles niches marketing et protéger leurs parts de marché après trois mois sous forte pression. » A fin décembre 2011, l'ensemble des MVNO pesaient 11,3% du marché français du mobile, avec 7,4 millions de clients. Particulièrement dynamiques avant l'arrivée de Free, ils avaient conquis près de 80% des nouveaux clients en 2011 selon les données du régulateur, l'Arcep.

Des paris sur le rachat de Virgin Mobile dans les huit mois

Le premier des MVNO, Virgin Mobile, s'est défendu début avril d'être plus attaqué : « nous avons perdu 24.000 clients net, soit un peu plus de 1% de notre base clients. Ni plus ni moins que les autres opérateurs », selon le PDG, Geoffroy Roux de Bézieux. Toutefois, Virgin a déjà perdu en moins de trois mois sa place de « quatrième » opérateur, Free ayant conquis depuis janvier plus de 2,5 millions de clients, d'après les estimations concordantes des concurrents, quand le MVNO en revendique 1,9 million. « Virgin Mobile sera racheté, sans doute par Orange, avant le 31 décembre » parie un dirigeant d'un des opérateurs historiques, très sûr de lui. Geoffroy Roux de Bézieux clame que sa société n'est pas à vendre, mais tous les spécialistes du secteur entrevoient une concentration du secteur. « Si un rachat doit intervenir, c'est maintenant » estime un analyste. Virgin a encore l'essentiel de ses clients sur le réseau d'Orange, mais il vient de commencer à commercialiser des abonnements sur le réseau de SFR, depuis un mois.

Virgin va resserrer ses liens avec Orange

Selon nos informations, Virgin Mobile va annoncer ce mardi la signature avec Orange d'un nouvel accord commercial, dit de "full MVNO" ou opérateur dégroupé, comparable à celui qu'il avait signé avec SFR l'an dernier (accord confirmé ce matin par les deux sociétés). De quoi resserrer les liens avec Orange, qui va ainsi limiter la fuite d'abonnés vers le réseau de SFR et garder un chiffre d'affaires de gros intéressant à l'heure où Free Mobile fait baisser les revenus de tous les opérateurs. Cet accord rend l'hypothèse d'un rachat par Orange encore plus crédible. A quel prix se vend un opérateur virtuel ? En décembre dernier, Bouygues Telecom a racheté le MVNO Simyo du néerlandais KPN, pour un montant non divulgué, de « moins de 20 millions d'euros » selon certaine sources, pour 180.000 clients (ce qui ferait ressortir un multiple de 100 euros environ par client). « Pas plus de 150 euros par client » évalue grosso modo un expert. Cela se traduirait donc par un montant de l'ordre de 280 millions d'euros pour Virgin, dont moins de 40% des clients seraient sans engagement (prépayés et « Sim-only »), contre 100% chez Simyo.

La bataille à venir du marché prépayé
Interrogé par La Tribune, Geoffroy Roux de Bézieux est formel : « il n'y a pas de discussion en cours avec Orange. »  Mais son actionnaire à 47%, le distributeur britannique Carphone Warehouse, connu pour sa chaîne Phone House, n'a pas vocation à rester dix ans. Orange ne fait pas de commentaire sur le sujet. L'élément déclencheur pourrait être une entrée de Free Mobile sur le marché du prépayé, comme Xavier Niel l'a évoqué à plusieurs reprises : ce marché, très rentable pour les opérateurs et qui représente 28% des cartes SIM en circulation, pourrait connaître à son tour de profonds bouleversements.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/04/2012 à 13:40 :
Concernant l'orthographe (ici, participe passé pour infinitif dans le texte). Cela peut arriver mais c'est dommage que ça se produise dans des journaux tels que La Tribune. C'est probablement une question de génération (on nous dit qu'à l'école, on doit enseigner beaucoup plus de disciplines que 'dans le temps'). C'est vrai mais lire des articles, des commentaires truffés de fautes, c'est insupportable, conduisant à ne pas considérer sérieusement les commentaires.
a écrit le 24/04/2012 à 13:10 :
Quand on regarde très précisément la carte d'implantation du FN on peut aisément s'apercevoir que toutes les régions où le vote FN est important, se trouvent être toutes les régions désindustrialisées où toutes les usines importantes ont été délocalisées. De plus, ces délocalisations rampantes depuis des décennies sont 9/10 fois dirigées par le PS et cela depuis fort longtemps. Donc, en dehors de belles paroles molles et sans aucun effet positif, les français de ces régions ont été depuis des années roulés dans la farine par le PS. Monsieur Mélenchon et le FDG l'ont très bien démontré et ont proposé d'entammer une véritable politique économique et financière mais les urnes en ont décidé autrement et ont favorisé le FN ! Le 6 mai, il y aura le choix de deux bulletins, celui de la continuité avec Nicolas Sarkozy, celui de la soit disante responsabilité molle et sans saveur que tous connaissent avec François Hollande. Mais le 7 mai quelque soit le titulaire du poste, la finance, les banques, les agences de notation, etc... vont se lacher sur la France et l'Espagne comme ils l'ont fait sur la Grèce. Tous les observateurs sérieux et d'éminents économistes que l'on ne voient pas à la TV (comme les guignols pro-européen qui font la leçon d'ordinaire) disent et affirment que l'année 2013 sera une année encore plus difficile que 2012. Qui en parle depuis le début de cette campagne ? Qui en a parlé ? Seul Monsieur Mélenchon a été à la hauteur du défit qui nous attend...
Réponse de le 24/04/2012 à 13:56 :
1/ on respect le sujet de l'article et on balance pas des posts politique sans lien !
2/ De plus, Non seulement Mélenchon n'a pas été à la hauteur en terme de résultat par rapport à ce qu'il laissait entendre (devant le FN), mais de plus sa politique est loin d'être à la hauteur des défis : pa sun mot pour permettre aux entreprises de se développer, alors que SEULS les emplois créés par des entreprises sont des emplois viables et productifs, le reste n'étant que des emplois aidés et des charges supplémentaires !!!
Réponse de le 25/04/2012 à 1:43 :
, ,
a écrit le 24/04/2012 à 13:09 :
Certes, certains MVNO peuvent continuer à vivoter, mais il n'y aura plus aucune perspective de réels profits, même à très long terme.
a écrit le 24/04/2012 à 9:05 :
J'ai quitté Orange depuis un an et demi pour Virgin Mobile afin de payer moins cher et surtout d'avoir un meilleur service. J'espère qu'un rachat n'aura pas lieu.
Réponse de le 24/04/2012 à 13:47 :
Pour info, si tu as bien souscrit il y a 18 mois, tu es forcément sur le réseau d'Orange ...
a écrit le 24/04/2012 à 8:31 :
QUAND niel VA T IL EN FIN COMMUNIQUE POUR LES PTITS DEUX EUROS COMME MOI SUR LES PROBLEMES DE RESILIATION ABUSIVES ET SUR L'ETRANGER
a écrit le 24/04/2012 à 7:36 :
Dommage qu'un journal comme la tribune fasse des articles avec des fautes d'orthographe. Sinon, contenu interressant.
Réponse de le 24/04/2012 à 9:27 :
Je vous trouve indulgent(e) : inadmissible serait plus approprié.
Réponse de le 24/04/2012 à 10:16 :
Chacun est libre d'écrire comme il veuh, l'importan es d'hêtre comprid!
Une bande de vhieux académiciends n'ont pas àh nous dikter des règles d'orthografes.
Ils ne sont même pas élus!!!
FREEDOM!!!
Réponse de le 24/04/2012 à 11:41 :
Le problème est de savoir pourquoi on dépense tant d'argent dans l'éducation pour aboutir à produire des ânes bâtés incultes et de plus en plus incompréhensibles qui emploient de plus en plus de mots anglais pour se valoriser en donnant l'impression qu'ils parlent des langues étrangères à défaut de maîtriser leur langue maternelle, d'ailleurs en se limitant en général à un seul mot car dès qu'ils en écrivent deux ils font aussi des fautes en anglais.
a écrit le 24/04/2012 à 7:26 :
J'oublie de plus en plus souvent mon vieux Nokia qui ne fait que téléphone et sms, allez savoir si inconsciemment ça n'est pas volontaire car c'est quand même une certaine sensation de liberté de savoir qu'on ne vas pas être dérangé pour un oui pour un non.
Réponse de le 24/04/2012 à 7:53 :
Il y a aussi l'autre option d'eteindre le portable quand on ne veut pas etre derange

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :