Elle tente de financer sa start-up en cédant une part de son revenu futur... et ça marche !

 |   |  439  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Bloomberg)
Une jeune américaine de 19 ans a réussi à lever 125.000 dollars pour financer son projet de site Internet dédié à la recherche d'une maison de retraite en vendant aux enchères un droit sur 10% de ses revenus pendant 10 ans.

Avoir l'idée d'un concept d'entreprise c'est bien; réussir à financer son lancement c'est évidemment encore mieux. Ingénieuse, une jeune américaine de 19 ans n'a pas seulement eu une bonne idée de business, mais aussi... une idée plutôt originale pour le financer : vendre aux enchères un gage sur une partie de son revenu futur !

Improbable? Et pourtant cela a fonctionné. La semaine dernière, Sarah Hanson a réussi à recueillir 125.000 dollars auprès de trois investisseurs. Pas mal pour démarrer. La jeune américaine s'est inspiré du concept du site de voyage Expedia, en le déclinant à un autre type de service : la prise en charge de la dépendance. Elle entend ouvrir un vrai site Internet compilant un maximum d'informations afin de permettre aux personnes âgées de trouver la maison de retraite qui correspond le mieux à leurs besoins.

3.000 investisseurs contactés

Pour convaincre des investisseurs, la jeune entrepreneuse a pu s'appuyer sur un service qu'elle a déjà mis en ligne, après l'avoir elle-même codé : seniorlivingmap.org. Une fois celui-ci opérationnel, elle a contacté directement un grand nombre d'investisseurs très simplement. "J'ai envoyé par e-mail ma proposition de mise aux enchères de 10% de mon revenu pendant 10 ans à 3.000 investisseurs dont j'avais trouvé les coordonnées sur le site angel.co" a-t-elle raconté au site basé à San Francisco Venture Beat. Trois d'entre eux lui ont répondu positivement. Et une vente aux enchères a pu être organisée via un site d'enchères gratuit, 32 auctions.

"Est-ce la voie idéale pour financer son projet ?" l'interroge le site d'information. "Non, répond la jeune femme, mais c'est une solution qui me laisse la liberté du temps, et c'est l'atout le plus précieux dont je dispose" pousuit-elle. Cette enveloppe de 125.000 dollars (soit l'équivalent d'environ 95.800 euros) lui laisse "de un à deux ans" pour se concentrer sur le nouveau service qu'elle souhaite proposer aux seniors afin qu'ils soient en mesure de trouver seuls une réponse à leur perte d'autonomie, sans être obligé de passer par un tiers.

Sarah Hanson (source: 32 auctions)

Quel modèle économique à long terme ?

Reste à trouver la solution pour que son service devienne rentable. Interrogée sur le modèle économique de son futur site, Sarah Hanson ne semble pas inquiète, ni pressée. "Mon objectif numéro 1 est de mettre au point la meilleure expérience possible pour les utilisateurs. Une fois que celui-ci sera atteint, je trouverai un moyen d'y superposer un modèle économique" explique-t-elle au site Venture Beat qui se demande comme elle entend monétiser l'audience de son site. Optimiste.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/04/2013 à 13:15 :
IL n'y a qu'aux USA qu'on peut lever sans business modèle, sans site, avec juste sur une idée...

Ici il faut :
un Business modèle,
un CA sur le bon secteur
avoir une équipe mais pas trop
avoir des concurrents mais trop,
pouvoir dupliquer à l'international raidement,
pitcher devant des club de retraités (paris business Angel en tête de liste de club de vieux)...
évidement sortir de la bonne école, plutôt finance ou commerce.
être recommandé...
évité les faux business angel qui parlent d'eux (sur le web) mais ne font rien....
etc, etc, etc.....
Réponse de le 18/04/2013 à 18:20 :
En même temps si elle était plus vilaine, je ne suis pas convaincu que 3000 pigeons auraient mis plus d'un cent dans son affaire. Les gens sont tellement niais qu'il suffit de bien présenter avec un physique de "mannequin" pour les convaincre de son honnêteté. Pour ma part je suis plus regardant envers les personnes qui présentent "trop bien" car au delà des apparences se cache souvent de grands manipulateurs.
a écrit le 17/04/2013 à 10:32 :
Au final... c'est le versement d'un revenu en contre-partie d'apport de capital.... non??!!!
un dividende quoi... mais sans risque pour l'entreprise d'être vidée de sens par les aléas d'une bourse-casino.
Réponse de le 17/04/2013 à 12:05 :
Les promesses comme en politique n'engagent que ceux qui veulent y croire. Et entre nous 10 % d'un revenu négatif ou nul, ce n'est pas ce qu'on peut appeler un placement performant. Tant qu'il existera des pigeons avec un appétit d'ogre pour l'argent facile, il existera des escroqueries en tout genre. Un rapide calcul d'un placement sur un livret A pendant 10 ans au taux actuel de 1,75 % donne 1,0175^10 soit environ 18,9 %. Si vous souhaitez réaliser beaucoup d'argent ce n'est probablement pas dans ce genre de business (au plan inexistant) qu'il faille investir.
Réponse de le 17/04/2013 à 13:37 :
@CRC32, certaines personnes qui disposent d'un peu d'argent, souhaitent aider des projets qui leur paraissent intéressant sans pour autant attendre un gros retour sur investissement. Les vrais pigeons, ce sont ceux qui souscrivent des assurances vie sur des promesses, qui ne savent pas à quoi leur argent est employé et qui s'étonnent ensuite d'avoir un rendement moins élevé que ce qui était annoncé.
a écrit le 16/04/2013 à 22:34 :
Euh... on appelle ça un crédit. Belle invention.
Réponse de le 17/04/2013 à 10:33 :
Bonne chance pour obtenir un crédit à une banque.
a écrit le 16/04/2013 à 22:03 :
Jolie JF cherche papa-gâteau pour financer son projet... pas mal comme tactique.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :