Sony autorise la diffusion de "The Interview" en dépit des menaces des pirates

 |   |  410  mots
Sony se dit fier que son groupe ait tenu tête à ceux qui voulaient supprimer la liberté de parole aux Etats-Unis.
Sony se dit fier que son groupe "ait tenu tête à ceux qui voulaient supprimer la liberté de parole" aux Etats-Unis. (Crédits : REUTERS/Kevork Djansezian)
Le film sera projeté dans plus de 200 salles. Sony a déclaré mardi dans un communiqué ne jamais avoir "abandonné l'idée de distribuer "L'interview qui tue!".

Sony Pictures a fait volte-face. Mardi 23 décembre, le groupe a annoncé une sortie limitée aux États-Unis de "L'interview qui tue!", sa comédie parodiant le leader nord-coréen, défiant ainsi les pirates informatiques qui avaient menacé les salles qui le projetteraient.

Le film sortira le jour de Noël comme le studio de cinéma l'avait initialement prévu, mais il ne sera projeté que dans un nombre limité de salles (plus de 200) au lieu d'une sortie nationale dans des milliers de cinémas envisagée à l'origine.

Vers une diffusion dans d'autres salles et sur Internet

"Nous n'avons jamais abandonné l'idée de distribuer 'L'interview qui tue!' et nous sommes heureux que notre film sorte dans quelques cinémas le jour de Noël", a déclaré le directeur général de Sony Michael Lynton dans un communiqué.

"Nous continuons parallèlement nos efforts pour nous assurer que des plateformes (de distribution via Internet) et plus de salles" diffuseront le film "pour qu'il puisse atteindre le public le plus vaste possible", a-t-il ajouté, se disant fier que son groupe "ait tenu tête à ceux qui voulaient supprimer la liberté de parole" aux États-Unis.

Le film sera notamment projeté au Plaza Atlanta et à l'Alamo Drafthouse d'Austin, au Texas, d'après des messages sur le réseau social Twitter de ces deux salles indépendantes.

Obama applaudit

Le président américain Barack Obama a applaudi la décision de Sony. Un porte-parole de la Maison Blanche, Eric Schultz a ainsi déclaré :

"Comme le président l'a clairement dit, notre pays croit dans la liberté d'expression et dans le droit à la libre expression artistique. La décision de Sony [...] va permettre au public de se faire sa propre opinion sur le film et nous saluons cela."

"Le peuple a parlé! La liberté de parole a vaincu! Sony n'a pas abdiqué ! 'L'interview qui tue!' sera projeté dans des salles qui le veulent le jour de Noël", s'est également réjoui le réalisateur Seth Rogen sur son compte Twitter mardi. "Victoire! 'Le peuple et le président ont parlé ! Sony va sortir 'L'interview qui tue!' en salles...", a renchéri l'acteur James Franco, qui partage l'affiche du film avec Rogen.

L'annonce la semaine dernière que Sony Pictures renonçait à sortir le film avait consterné Hollywood, acteurs et réalisateurs dénonçant une grave atteinte à la liberté d'expression et une victoire du terrorisme.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/03/2015 à 15:54 :
"Il jeta un coup d’œil rapide à son ami [..], la maille enfila l'aiguille et continua à marmonner son vieil air triste" Gary.r_ les oiseaux
En vous laissant piquer un plongeon dans votre boui boui de to
byparen
a écrit le 26/12/2014 à 22:10 :
@pmxr a tout compris. C'est "la Corée du nord" qui fait la promo du film. Tien donc. Ne serait ce pas, simplement, une affaire de promo bien menée?
a écrit le 26/12/2014 à 0:42 :
Pour l'instant rien ne prouve (mais c'est le "new normal") que ce soit la Corée du Nord. Des bruits de plus en plus persistants laisseraient même imaginer une opération beaucoup plus prosaïque.
Réponse de le 26/12/2014 à 9:43 :
En gros vous voulez bien entendre ce qui vous plait.
Réponse de le 26/12/2014 à 10:42 :
que ceux qui prétendent que ce sont les nord-coréens disent bien ce qui leur plait, mais sans aucune preuve...
a écrit le 25/12/2014 à 23:50 :
Obama l'a dit... Et quel ridicule.
a écrit le 24/12/2014 à 19:35 :
Whaouh, trop courageux Sony...
a écrit le 24/12/2014 à 14:25 :
Et si c'était seulement un formidable coups de pub !
Le Kim Jon Un passerait alors vraiment pour un charlot
a écrit le 24/12/2014 à 13:01 :
c' est l'histoire de 2 journalistes coréen qui doivent tuer les présidents de l'union européenne et celui des états-unies .mon film c'est une tuerie les présidents sont morts de rire ..
a écrit le 24/12/2014 à 12:46 :
Ca leur fait un marketing viral :P
a écrit le 24/12/2014 à 11:03 :
assez drôle .... finalement c'est la Corée du Nord fait la promo du film !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :