Apple recrute Steven Spielberg pour sa première série originale

 |   |  442  mots
Pour Apple, Steven Spielberg devrait s'atteler au reboot de sa série phare Histoires fantastiques, diffusée dans les années 80 aux Etats-Unis.
Pour Apple, Steven Spielberg devrait s'atteler au reboot de sa série phare "Histoires fantastiques", diffusée dans les années 80 aux Etats-Unis. (Crédits : Reuters/Mario Anzuoni)
La marque à la pomme officialise son entrée sur le marché très concurrentiel du streaming vidéo en misant sur la renommée internationale du réalisateur des Dents de la mer, E.T. ou encore Jurassic Park... Mais Steven Spielberg sera-t-il suffisant pour permettre à Apple de s'imposer face à Netflix et consorts ?

Le premier nom est lâché. Apple va confier les rennes de son premier contenu original au producteur et réalisateur Steven Spielberg, par le biais de sa société Amblin Television, rapporte ce mercredi le Wall Street Journal. Le cinéaste de renommée internationale va faire revivre sa série "Histoires fantastiques", diffusée aux Etats-Unis dans les années 80. Cette série a connu son heure de gloire avec Clint Eastwood et Martin Scorsese derrière la caméra, et des acteurs comme Kevin Costner au casting.

Ce produit d'appel est un choix risqué pour Apple - les reboots décevant régulièrement les fans de la première heure. La firme à la pomme a décidé de ne pas lésiner sur les moyens : dix épisodes sont prévus, avec la coquette somme de 5 millions de dollars par épisode. Apple se situe donc dans la moyenne des montants dépensés par les mastodontes comme Netflix, Amazon ou HBO.

Le fabricant d'iPhone s'apprête à faire son entrée officielle dans le marché très concurrentiel du streaming vidéo (lecture sur abonnement et sans téléchargement) à l'horizon 2018. Retardataire, il devra se frotter à des acteurs déjà bien établis - Netflix capte 75% des adeptes du streaming aux Etats-Unis. Apple a annoncé vouloir investir 1 milliard de dollars (850 millions d'euros) en août dernier. A titre de comparaison, l'entreprise de Reed Hastings s'apprête à débourser 7 milliards de dollars en 2018 (5,9 milliards d'euros) contre 4,5 milliards de dollars pour Amazon Prime Video, 2 milliards de dollars pour HBO et 1,5 milliard de dollars pour Hulu.

Une tentative laborieuse de télé-réalité

Actuellement, l'entreprise américaine propose deux offres pour la vidéo. D'une part, un boîtier Apple TV, lancé en 2006, permettant d'avoir accès à des contenus produits par des tiers. D'autre part, des vidéos disponibles sur iTunes. Mais la location et l'achat de films ou de séries ne représentent désormais plus que 35% des revenus d'iTunes, contre 50% en 2012. "Si Apple veut rester pertinent, il doit aller vers le service de streaming sur abonnement, et cela signifie du contenu original", a estimé auprès de l'AFP Jan Dawson, du cabinet Jackdaw Research.

Pour diriger son activité de production, Apple a débauché en juin deux vétérans chez Sony, connus pour avoir produit les séries à succès "Breaking Bad" ou encore "The Shield". Mais ses tentatives ont pour l'instant été laborieuses. Son projet de télé-réalité, "Planet of the Apps" a reçu un accueil mitigé en dépit d'un casting composé des actrices Jessica Alba, Gwyneth Paltrow et du chanteur Will.I.Am.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :