Avec Neuralink, Elon Musk veut transformer le cerveau en machine

 |   |  391  mots
La nouvelle société d'Elon Musk, Neuralink, travaillerait sur des implants ou des électrodes pouvant être greffés directement sur le cerveau.
La nouvelle société d'Elon Musk, Neuralink, travaillerait sur des implants ou des électrodes pouvant être greffés directement sur le cerveau. (Crédits : Reuters/Patrick Fallon)
Tesla, SpaceX... Et maintenant, Neuralink. Avec cette nouvelle entreprise, Elon Musk souhaite augmenter les capacités cognitives de l'homme avec des greffes d'implants dans le cerveau.

Le projet de colonisation de Mars ne lui suffit plus. Elon Musk, PDG de Tesla et SpaceX, ambitionne désormais de modifier le cerveau humain avec une dose d'intelligence artificielle. L'homme d'affaires à la réputation de visionnaire a fondé une troisième entreprise, Neuralink, révèle le Wall Street Journal. Basée en Californie, Neuralink est enregistrée depuis juillet dernier en tant qu'entreprise de "recherches médicales". Sa mission : développer une technologie chère au milliardaire sud-africain, le "neural lace" (en français, "cordon neuronal").

La nouvelle société d'Elon Musk travaillerait sur des implants ou des électrodes pouvant être greffés directement sur le cerveau. Ils permettraient dans un premier temps de traiter des maladies incurables, comme l'épilepsie, précise le Wall Street Journal. L'implantation d'électrodes se pratique déjà pour des maladies, telle Parkinson. A terme, l'objectif de ces implants serait d'augmenter les capacités cognitives de l'homme afin d'éviter que celui-ci ne perde son "utilité" face à l'automatisation croissante des emplois et au développement de l'intelligence artificielle - une crainte régulièrement exprimée par Elon Musk. "Si vous ne pouvez battre la machine, le mieux est d'en devenir une", a-t-il affirmé mi-février lors de la conférence World Government Summit à Dubaï.

"Nous sommes déjà des cyborgs"

Neuralink a récemment recruté plusieurs universitaires spécialisés dans les neurosciences, comme Timothy Gardner, professeur de Boston University connu pour son implantation d'électrodes miniatures dans les cerveaux d'oiseaux afin d'étudier leur processus d'apprentissage de chansons. Le rôle d'Elon Musk au sein de l'organisation n'a en revanche pas encore été précisé. Il envisagerait de financer lui-même Neuralink, en vendant notamment des parts dans ses autres entreprises. Autre piste envisagée : recourir à un investissement de Founders Fund, le fonds de capital-risque de Peter Thiel qui finance déjà Space X.

En juin 2016, lors d'une conférence organisée par Recode, Elon Musk assurait : "Nous sommes déjà des cyborgs." Et de poursuivre : "Nous avons une version numérique de nous-mêmes dans nos mails, nos réseaux sociaux et nos autres activités. Et nous avons des super-pouvoirs avec nos ordinateurs, nos smartphones et leurs applications." De la à modifier son cerveau pour acquérir de nouveaux super-pouvoirs...

| LIRE AUSSI : Pour Elon Musk, l'homme doit devenir un cyborg

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/03/2017 à 15:27 :
L'annonce de la création d'une société dont tout le monde parle coïncide avec un tir inaugural et très risqué de la fusée Falcon 9 avec un premier étage réutilisé - est-ce que c'est une coïncidence?
a écrit le 28/03/2017 à 19:36 :
Il doit avoir les neurones qui font "hiii-perd-loupe" et déraillent..., car les ordinateurs sont déjà à la limite du quantique et répondent à nos intentions d'être mieux ciblées et maintenues... Ce qui sera encore plus le cas avec les puces photoniques, sous peu..., ou même sans quand les humains sauront de mieux en mieux se servir de leur télépathie déjà connectée !
a écrit le 28/03/2017 à 13:07 :
La finance a son gourou. Jusqu'où ira t'il du coup ?

A comparer avec le scandale politico financier qui a frappé la coréé du sud et samsung, plus on possède plus on est possédé et plus on est manipulable.

Pathétiques possédants.
a écrit le 28/03/2017 à 12:52 :
Enfin nous nous rapprochons peu à peu de la singularité annoncée par Kurtzweill où l'homme et la machine ne serons plus indissociable. Mais tout ce que l'on entendra dans les commentaires ce sera "peur, pas bien, peur".
Alors rappelez-vous ce que disait papa Croods à la fin du film : "il ne faut jamais avoir peur !".
Réponse de le 28/03/2017 à 19:40 :
... tout comme le disait le pape Jean-Paul (épaule ? ) II. Ce qui ne lui a pas empêché de vivre une tentative d'assassinat, car pas assez Pape-AhA-mobile et autonome avec ses DITS-EUS, à mieux cibler qu'à prier dans le vide interstellaire... T !§! T
a écrit le 28/03/2017 à 12:50 :
Délirant! Il faut vite mettre des barrières à ça ou l'homme est un être en voie d'extinction.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :