Data4 injecte 100 millions d’euros dans trois nouveaux data centers

 |   |  560  mots
Les data centers de Data4, à Marcoussis, affichent une puissance informatique de 18 MW.
Les data centers de Data4, à Marcoussis, affichent une "puissance informatique" de 18 MW. (Crédits : DR)
L’opérateur de centres de données étend sa capacité dans le Grand Paris pour accueillir davantage de clients. Après une année 2015 difficile, ses dirigeants veulent croire que le marché à de nouveau le vent en poupe.

Après une période difficile, le marché des data centers est reparti dans l'Hexagone. C'est du moins ce qu'affirme Data4, un spécialiste des centres de données. Présent en France, en Italie et au Luxembourg, le groupe, qui appartient au fonds Colony Capital, a décidé d'investir 100 millions d'euros dans trois nouveaux data centers. Situés aux portes de la capitale, à Marcoussis, au sein du grand cluster de Paris-Saclay, ceux-ci viendront s'ajouter aux sept centres de données déjà opérés par le groupe. « Sur place, nous disposons de 18 mégawatts (MW) de 'puissance informatique' [c'est-à-dire l'énergie effectivement disponible pour les serveurs et installations des entreprises, Ndlr], explique Adam Levine, directeur commercial de Data4. Mais nous sommes presque au bout de notre capacité. »

Avec ses trois nouveaux data centers, le groupe va gagner 12,6 MW de puissance informatique pour de nouveaux clients. Dans le cluster de Paris-Saclay, Data4 dispose d'un emplacement stratégique. Et pour cause : de nombreuses startups, grandes entreprises et centres de recherches y ont élu résidence. Pêle-mêle, on y trouve des groupes comme Danone ou Thalès, plusieurs incubateurs de jeunes pousses high-tech, et des centres de recherches comme celui de l'Ecole Polytechnique, ou de l'Institut Mines-Télécom... Bref, autant de clients potentiels pour Data4, qui est présent sur ce territoire depuis 2006.

La proximité, un sérieux atout

Grâce à cette situation, le groupe espère tirer son épingle du jeu face à des concurrents agressifs, à l'instar d'Equinix. « Les clients veulent être proches des data centers qui hébergent leurs données ou leurs applications », assure Adam Levine. Pourquoi ? « D'une part, parce que la proximité est synonyme d'une latence faible, ce qui permet d'acheminer les contenus plus rapidement. D'autre part, parce que cela fait aussi baisser la facture télécoms », explique le directeur commercial.

A ses yeux, c'est surtout le bon moment pour investir, le marché donnant des signes de reprises. Adam Levine se félicite ainsi du « deuxième trimestre commercial record » réalisé par son groupe. Au total, Data4 a réalisé « 6 MW de prises de commandes » auprès « de très grands groupes mondiaux et de sociétés issues de l'écosystème French Tech », affirme le groupe, sans dévoiler le nom de ses clients.

Un marché difficile

Si Data4 se montre aussi satisfait, c'est parce qu'il sort d'une période difficile. La société, 50 millions d'euros de chiffres d'affaires au compteur l'an dernier, « n'a pas eu beaucoup de croissance entre 2014 et 2015 », la faute à un climat des affaires moribond, concède Adam Levine. « Sur le marché parisien, il y avait trop d'offre, et le contexte macroéconomique a poussé les entreprises à suspendre leurs investissements », dit-il.

Mais le marché est-il vraiment reparti ? Chez Data4, on veut y croire. D'après Gartner, dans le monde, le marché des data centers a fait du sur-place l'an dernier, avec une maigre croissance de 1,8% à 170 milliards de dollars. Pour l'exercice 2016, le cabinet parie sur une progression de 3%, à 175 milliards de dollars. Reste que pour beaucoup, la France constitue un marché clé en Europe. Grâce à sa situation géographique, l'Hexagone demeure un important carrefour en matière de télécommunications. En outre, l'électricité y est bien moins chère qu'ailleurs, ce qui en fait le chouchou de nombreux opérateurs de data centers, particulièrement énergivores.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/07/2016 à 18:30 :
C'est plutôt une bonne nouvelle pour l'économie du pays et un pas de plus vers la digitalisation de celle ci.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :