Table tactile : Microsoft s'allie à Samsung

 |   |  487  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
La Surface 2, plus légère et moins chère, entre dans sa phase industrielle grâce à un partenariat avec le géant de l'électronique.

La cure d'amaigrissement est impressionnante : la nouvelle table tactile Surface ne mesure que 10 cm d'épaisseur contre 80 cm pour le modèle précédent. De 80 kg, la table s'allège à 32 kg. La table se présente comme une dalle tactile de 40 pouces de diagonale posée sur quatre pieds. Construite par Samsung, elle embarque un ordinateur très puissant qui peut afficher des images 3D en haute résolution et permet à quatre personnes d'agir simultanément sur la surface. Dans la version précédente, plusieurs caméras suivaient la position des doigts, ce qui explique son encombrement. La version 2 intègre la nouvelle technologie de Microsoft « Pixel Sense » : une couche très fine de capteurs sensibles placés sous la dalle détecte la position des doigts et des objets posés sur la dalle. Microsoft fournit le système d'exploitation Windows 7 professionnel auquel il ajoute une couche logicielle spécifique au tactile multi-utilisateurs.

« La première version a été entièrement conçue et fabriquée par Microsoft car nous devions prouver l'intérêt de cette nouvelle technologie et pouvoir contrôler toutes les étapes. Avec la version 2, nous redevenons éditeur de logiciels et laissons à Samsung le soin de fabriquer la machine », explique Olivier Bessières, directeur de Microsoft Surface pour l'Europe. Les retours d'expériences ont été jugés très satisfaisants : Vodafone a déployé plus de 80 tables dans sept pays. En France, Surface a été utilisée en pilote dans des banques, des agences immobilières, des restaurants et cafés... Groupama, qui l'a installée dans deux agences « a pu mesurer l'intérêt de cette nouvelle façon de communiquer entre commerciaux et clients », raconte Olivier Bessières.

Commercialisée en juillet

Microsoft continuera d'animer l'écosystème des développeurs d'applications pour Surface. La table est vendue avec son logiciel de base, il faut ensuite créer une application « métier » pour utiliser à fond ses possibilités. En France, deux éditeurs ont le statut de « partenaires stratégiques » de Microsoft. À Toulouse, Intuilab et à Lyon, AfterMouse (voir ci-dessous). Cette nouvelle table tactile sera commercialisée en juillet, à 7.600 dollars aux États-Unis, autour de 5.700 euros en France. C'est 30 % de moins que la première version.

Parmi les entreprises ayant déjà commandé la machine, FujiFilm en a réservé 100 exemplaires pour la grande distribution, afin que les clients conçoivent eux-mêmes leur album photo avant de l'imprimer. Dassault Aviation va l'utiliser pour personnaliser l'intérieur de ses jets et comme borne services de ressources humaines dans ses bureaux délocalisés, l'autrichien Red Bull en communication événementielle dans les bars. « Les applications sont multiples. Utilisée à la verticale, Surface 2 offre d'autres services, comme en radiologie, ou dans les aéroports, comme borne d'enregistrement ou de contrôle d'identité : le système peut reconnaître les documents qui lui sont présentés », note Olivier Bessières. Laurent Pericone

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/05/2011 à 15:08 :
Grâce à cette nouvelle table et la révolution technologique liée à une multitude de nouvelles technologie devient véritablement l'outil inter actif entre le client et son prestataire. J'ai pu déployer la table précédente et remarquer des résultats étonnant. Encore bravo
a écrit le 01/05/2011 à 16:58 :
La table V1 avait une hauteur de 58 cm et non 80.
Ma société (SELTEN, www.selten.fr) travaille depuis plus de 2 ans sur la version 1 et a d'ores et déjà plusieurs pré-commandes pour la version 2 ; plusieurs applications sont déjà prêtes à être livrées dès le matériel reçu ...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :