Apple critiqué pour sa gouvernance

 |   |  430  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Reuters)
Le fonds de pension américain CalPERS réclame que les administrateurs de la firme à la pomme soient élus à la majorité, ce qui n'est pas le cas. L'assemblée générale d'Apple aura lieu le 23 février.

Les actionnaires d'Apple se rebiffent. S'ils n'ont aucune raison de se plaindre du parcours boursier du géant de l'électronique grand public, devenu la première capitalisation boursière mondiale à 428 milliards de dollars, devant Exxon Mobil, ils s'irritent de sa gouvernance particulière. Ainsi chez Apple, les membres du conseil d'administration ne sont pas élus à la majorité des votants lors de l'assemblée générale. Le célèbre fonds de pension américain CalPERS, celui des fonctionnaires à la retraite de Californie et aux 231 milliards de dollars sous gestion, a déposé une proposition de résolution en vue de l'assemblée des actionnaires d'Apple qui se tiendra le 23 février prochain au siège de Cupertino. L'AG doit voter la réélection des huit membres actuels du conseil : Tim Cook, le directeur général, Arthur Levinson, le président du conseil et ex patron de Genentech, Al Gore, l'ancien vice-président des Etats-Unis, Bob Iger, le PDG de Disney, Millard Drexler, celui du distributeur J. Crew, Andrea Jung, la patronne des cosmétiques Avon, William Campbell, le président de l'éditeur de logiciels Intuit et Ronald Sugar, l'ex-dirigeant du groupe de défense Northrop Grumman. Le conseil d'administration d'Apple recommande aux actionnaires de voter contre la résolution de CalPERS.

La marque du principe de responsabilité


Actuellement, les actionnaires d'Apple peuvent uniquement s'abstenir lors du vote portant sur la nomination de tel ou tel administrateur et non pas voter contre : leur vote n'est pas pris en compte s'ils s'abstiennent et la personne proposée pour rejoindre le conseil de la valeur numéro un de Wall Street n'a besoin que d'un seul vote en sa faveur pour être élue. « Apple a besoin de mettre à jour sa gouvernance » explique Anne Simpson, la responsable des questions de « corporate governance » chez CalPERS. Lors de l'AG de l'an dernier, le fonds de pension avait déjà soumis au vote une telle résolution, laquelle avait été adoptée à 73% mais la proposition n'était pas engageante et Apple n'avait pas modifié ses procédures de vote. « Près de 80% des sociétés du S&P500 ont une forme de règle de vote à la majorité et ce pour une bonne raison : c'est la marque du principe de responsabilité » fait valoir Anne Simpson dans le communiqué du fonds de pension. CalPERs détient 2,8 millions d'actions Apple, qui valent au cours actuel 1,2 milliard de dollars, ce qui n'en fait pas un actionnaire significatif. Le premier d'entre eux est le fonds Fidelity avec plus de 5% du capital selon les derniers pointages.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/02/2012 à 12:45 :
Question vraiment bête ... il suffit de regarder la courbe du titre depuis 6 - 8 ans pour avoir la réponse ...
>> 35 euros en janvier 2005
>> 468 euros aujourd'hui ....
Fois 13 en 8 ans ... pas besoin de dividendes ...
a écrit le 07/02/2012 à 11:33 :
Sujet connexe à Apple mais qui m'intrigue. Pourquoi acheter des actions Apple si la société ne verse aucun dividende? On dirait le marché de l'art, l'oeuvre ne rapporte rien en elle meme sauf qu'elle s'expose, elle est unique ou limitée. Je ne pense pas que les actionnaires expose leurs actions sur les murs? Tout le monde achète dans l'espoir qu'un jour il y en aura un versement de dividende?
Réponse de le 14/04/2013 à 18:33 :
ou de les revendre tout simplement !
a écrit le 06/02/2012 à 18:49 :
On reprends les mêmes et on recommence. dans les année 90s Apple a été géré par les actionnaire et a presque disparu. Si les fonds de pensions ne sont pas contents ils n'ont qu'à vendre.
Steve a créé ses propres marchés maintenant qu'il est mort les vautours veulent se dépecer la bête.
a écrit le 06/02/2012 à 17:52 :
Apple... une firme qui ne distribue aucun dividende, qui n'a aucune politique sociale, environnementale... le néant complet. Le reflet de l'époque en quelque sorte.
a écrit le 06/02/2012 à 16:30 :
Voilà un bastion qui échappe à ces assoiffés de $. Si Apple procède ainsi c'est pour une excellente raison qui a fait ces preuves jusque là : L'entreprise se concentre sur la fabrication de produits qui apportent de la valeur à ses clients, apportant par retour de la valeur à l'entreprise. Ils ne se focalisent pas uniquement sur le montant de dividendes qu'Apple ne verse pas, et c'est là, je crois, la principale raison de cette fronde.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :