Brevets : Apple condamné à une amende de 368 millions de dollars pour FaceTime

Attaqué par un VirnetX, une société spécialisée dans les brevets, la firme à la pomme vient d'écoper d'une lourde amende devant un tribunal du Texas, dont elle va faire appel. VirtnetX avait déjà empoché 200 millions de dollars de Microsoft en 2010.
La fonction d'appel vidéo FaceTime sur Mac et sur iPhone.
La fonction d'appel vidéo FaceTime sur Mac et sur iPhone. (Crédits : Apple)

Débouté mardi d'une plainte contre Motorola (filiale de Google) au Wisconsin, Apple a encaissé une autre défaite plus salée au Texas, où un tribunal fédéral l'a condamné à une lourde amende de 368,2 millions de dollars pour avoir enfreint les brevets de l'américain VirnetX. Cette société, cotée, a pour unique source de chiffre d'affaires des royalties: sa principale activité consiste à acheter des brevets puis les vendre sous licence ou attaquer en justice des entreprises susceptibles d'utiliser des technologies proches; elle est considérée comme un «patent troll», ces pêcheurs de brevets honnis des industriels. Dans ce cas précis, Apple a été condamné pour avoir utilisé la technologie «VPN» qui consiste à créer des réseaux privés virtuels, pour la fonction des appels vidéo de l'iPhone et de l'iPad, FaceTime, disponible aussi sur Mac. Apple conteste et envisage de faire appel.

Microsoft déjà victime de VirtnetX
VirnetX réclamait plus de 700 millions de dollars initialement et a parallèlement attaqué Apple devant l'agence américaine qui tranche les différends commerciaux (ITC) à Washington. Il y a deux ans, la société implantée dans le Nevada avait fait plier Microsoft et obtenu 200 millions de dollars d'indemnités: plusieurs versions de Windows étaient accusées d'enfreindre les mêmes brevets sur les VPN. VirnetX a aussi déposé des plaintes contre Cisco, Avaya et Siemens: le procès doit se tenir en mars 2013.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 07/11/2012 à 13:57
Signaler
Et bien dans le secteur de la high tech, on va finir par recruter plus d'avocats que d'ingénieurs !

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.