Sony veut créer « un écosystème d'écrans connectés »

Le constructeur japonais se relance sur le marché des tablettes avec la Xperia Z, en proposant d'étendre l'expérience du smartphone sur un écran plus grand. Il mise à 100% sur Android et sur son large portefeuille dans l'électronique.

4 mn

La tablette Xperia Z et le smartphone du même nom signés Sony.
La tablette Xperia Z et le smartphone du même nom signés Sony. (Crédits : Sony)

 « C?est le retour de Sony dans la mobilité » prévient David Mignot, le directeur général de Sony Mobile France, venu présenter la nouvelle tablette du constructeur japonais, l?Xperia Z, du même nom que son tout-dernier smartphone dévoilé en janvier au CES de Las Vegas, qui a rencontré « un succès énorme. Il est référencé chez tous les opérateurs et sur notre site nous avons vendu en 24 heures notre stock prévu pour 15 jours » se réjouit le dirigeant. La tablette, « la plus fine et la plus légère du monde » pour un format 10 pouces, possède exactement le même design ultrafin que le smartphone Xperia Z, jusque dans les détails des boutons latéraux en aluminium, loin de la carrosserie de sa première tablette S de 2011, atypique avec une base cylindrique faisant office de support. « L?idée est d?étendre sur un écran plus grand l?expérience appréciée sur le smartphone, seule la taille de l?écran change » explique-t-il. « Nous ne sommes plus dans une stratégie de différenciation par rapport à une autre tablette mais dans une démarche de cohérence du design, qui pourrait d?ailleurs s?appliquer à d?autres écrans. »

Tablette « la plus fine du monde », haut de gamme ? et waterproof
Cette tablette haut de gamme, qui sera commercialisée courant mai au prix de 639 euros dans sa version 4G, à 499 euros en version WiFi 16 Go, est waterproof comme le smartphone : elle résiste aux chutes accidentelles et permet aussi de filmer sous l?eau, dans son bain par exemple pour amuser ses enfants (30 minutes sous l?eau jusqu?à 1 mètre de profondeur). Une spécificité typiquement nippone, un peu gadget, mais que tous les malchanceux ayant déjà noyé un appareil dans une piscine ou autre sauront apprécier? « Le marché des tablettes est ultra-dominé par un acteur. Nous pensons qu?il y a la place pour une tablette Android haut de gamme. Sony est légitime pour « premiumiser » ce marché. Mais haut de gamme ne veut pas dire niche : dans les smartphones, ce segment représente 20% des ventes en volumes » fait valoir David Mignot.

La télécommande sans contact pour transférer ses contenus sur la TV
La même expérience utilisateur sur tablette et smartphone, c?est aussi l?accès au Sony Entertainment Network, sa plateforme utilisée par 6 millions de personnes en France et 130 millions dans le monde, avec ses jeux vidéo, son espace cloud de 5Go gratuits pour stocker les photos, etc. « Nous voulons répondre aux nouveaux besoins des consommateurs, qui veulent accéder à leurs contenus partout », fait valoir David Mignot. C?est par exemple pouvoir transférer sa musique de son smartphone Sony vers des enceintes d?une autre marque grâce à la technologie sans contact NFC ou dupliquer l?écran du smartphone ou de la tablette sur l?écran de TV avec une télécommande NFC.

« Notre stratégie est de créer un écosystème d?écrans connectés avec des technologies ouvertes », explique le dirigeant. Une stratégie que déploie progressivement le groupe japonais, qui a racheté il y a tout juste un an les parts d?Ericsson dans leur co-entreprise mobile. Pour cela, Sony mise à 100% sur Android, l?OS de Google : « nous considérons que c?est le meilleur choix et cela nous a plutôt réussi », indique David Mignot, tout en précisant que le groupe discute avec d?autres acteurs comme Microsoft (Windows Phone), son concurrent dans les jeux vidéo. Sony a également conçu un boîtier de Google TV. 

Doubler la part de marché dans les smartphones en France
La priorité reste cependant les smartphones. Le patron français a l?objectif ambitieux de doubler sa part de marché dans l?Hexagone cette année: en décembre 2012, il était numéro trois des smartphones avec 8% du marché selon GfK, soit mieux que sa position au niveau mondial (quatrième, derrière Samsung, Apple et Huawei, avec une part de 9,8% sur le dernier trimestre selon le cabinet IDC). « Ce marché est à la fin d?un cycle, d?une durée de 5 ans traditionnellement dans le secteur, et Sony est l?une des rares, si ce n?est la seule marque à pouvoir apporter du renouveau en termes d?expérience utilisateur sur ce marché » assure le directeur général de Sony Mobile France. Face aux deux géants en duopole, Samsung et Apple, et aux Chinois en plein essor, Huawei et ZTE, la bataille s?annonce toutefois rude pour les acteurs de taille intermédiaire comme Sony, HTC, LG et Motorola?

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.