Gemalto veut supprimer 288 postes en France

 |   |  194  mots
Le résultat des activités opérationnelles de Gemalto en 2017 est attendu en baisse de 28% à 35% par rapport à l’exercice 2016, fait savoir le spécialiste de l'identité numérique dans un communiqué.
"Le résultat des activités opérationnelles de Gemalto en 2017 est attendu en baisse de 28% à 35% par rapport à l’exercice 2016", fait savoir le spécialiste de l'identité numérique dans un communiqué. (Crédits : Gonzalo Fuentes)
Le spécialiste de la sécurité numérique a prévenu jeudi d'une forte baisse de son résultat d'activités opérationnelles en 2017 et a annoncé un projet de réorganisation en France qui se traduira par la suppression de 288 postes, soit près de 10% des effectifs français du groupe.

Gemalto poursuit son chemin de croix. Le spécialiste français de la sécurité numérique a prévenu jeudi d'une forte baisse de son résultat des activités opérationnelles en 2017 et a annoncé un projet de réorganisation en France qui se traduira par la suppression de 288 postes, soit près de 10% des effectifs français du groupe.

"Le résultat des activités opérationnelles de Gemalto en 2017 est attendu en baisse de 28% à 35% par rapport à l'exercice 2016", fait savoir le spécialiste de l'identité numérique dans un communiqué.

Rationalisation

Le groupe invoque la baisse conjuguée de la demande et des prix de vente sur ses deux secteurs d'activité historiques, la carte SIM et la carte bancaire.

Il se dit donc contraint d'étendre ses efforts de rationalisation et annonce que le projet de réorganisation concernera en particulier les activités liées à la carte SIM et à la carte bancaire, ainsi que les fonctions support du groupe. Les 288 postes supprimés seront répartis sur trois des sites français de Gemalto : Gémenos et La Ciotat dans les Bouches-du-Rhône, et Meudon dans les Hauts-de-Seine.

(avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/12/2017 à 12:21 :
Les anciens de Gemalto n'auront pas de mal a être recruté par une "puissance" étrangère! Ce ne sont pas des "techniciens de surface"!
a écrit le 01/12/2017 à 9:24 :
Les licenciements de part le monde s'accélèrent, si vous aviez la chance d'être indépendant vous pourriez en faire un énorme dossier impressionnant qui étalé sur le temps est en train de montrer les ravages du numérique et de l'esclavagisme salarial rien qu'à moyen terme.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :