IA : le superlogiciel de Google bat le meilleur joueur mondial de go

 |   |  372  mots
La partie, retransmise en direct sur YouTube, a été suivie par plusieurs dizaines de milliers d'internautes à travers le monde.
La partie, retransmise en direct sur YouTube, a été suivie par plusieurs dizaines de milliers d'internautes à travers le monde. (Crédits : Google)
Le programme AlphaGo a remporté un premier match contre le Sud-Coréen Lee Sedol. Les spécialistes ne s'attendaient pas à ce qu'un programme soit en mesure de triompher de l'humain aussi tôt.

C'est un succès sans précédent, de nature à marquer une nouvelle étape dans le développement de l'intelligence artificielle. Le programme AlphaGo conçu par Google a remporté mercredi le premier des cinq matches qui l'opposent au Sud-Coréen Lee Sedol, considéré comme le meilleur joueur du monde de go, jeu de plateau originaire de Chine.

La partie, retransmise en direct sur YouTube, a été suivie par plusieurs dizaines de milliers d'internautes à travers le monde.

Un programme capable d'apprendre par lui-même

AlphaGo, programme mis au point par DeepMind, filiale de Google, avait fait sensation en octobre en devenant le premier logiciel à battre un joueur professionnel, Fan Hui, dans ce jeu de plateau fondé sur la stratégie et considéré comme le plus complexe existant. Les spécialistes ne s'attendaient pas à ce qu'un programme soit en mesure de triompher de l'humain avant une dizaine d'années, mais la capacité d'AlphaGo d'apprendre par lui-même, exactement comme un être vivant, a été une des clés de son succès l'an passé.

"On a décroché la lune", s'est exclamé Demis Hassabis, directeur général et co-fondateur de DeepMind. Lee Sedol, pour sa part, a commenté:

"Je ne pensais pas qu'AlphaGo pouvait jouer une partie d'une manière aussi parfaite. Je voudrais exprimer mon respect pour les ingénieurs qui ont mis au point un programme aussi étonnant".

Un jeu plus complexe que celui d'échecs

"La victoire d'aujourd'hui est symbolique mais elle n'en constitue pas moins un pas important", a analysé Jang Woo-seok, employé à l'institut de recherches Hyundai. "Fondamentalement, ce que fait AlphaGo est de réduire le nombre de coups potentiels à examiner".

Le jeu de go oppose deux adversaires qui disposent des pierres noires et blanches sur les intersections d'un tablier afin de construire des territoires. Les pierres encerclées deviennent prisonnières. Les dirigeants de Google ont expliqué que le jeu de go offrait un trop grand nombre de coups possibles pour permettre à la machine de l'emporter simplement en ayant recours à une force de calcul décuplée. C'est cela qui distingue le go des échecs pour lesquels IBM avait construit la machine Deep Blue qui avait triomphé du champion Garry Kasparov en 1997.

(Avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/08/2016 à 14:54 :
Est-ce que les journalistes de la tribune ont entendu parlé de Watson et de sa victoire face au champion de Jeopardy en 2011 ? Il est inutile de toujours faire référence à 1997 et deep blue... il y a eu quelques progrès depuis !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :