Un nouveau modèle économique pour les éditeurs

Alors que dans le modèle classique, les SAP, Oracle ou Microsoft peuvent compter sur un chiffre d'affaires récurrent, celui du Cloud est beaucoup plus aléatoire.
Copyright Reuters

Le Cloud Computing ne modifie pas seulement la manière dont les entreprises utilisent l'informatique. Il instaure également un véritable changement de modèle économique pour les éditeurs et les hébergeurs.


En effet, alors que dans le modèle classique les grands éditeurs (comme SAP, Oracle, Microsoft...) peuvent compter sur un chiffre d'affaires récurrent (la maintenance du logiciel vendu qui représente parfois près de la moitié de leur chiffre d'affaires), dans le mode Cloud, le chiffre d'affaires est beaucoup plus aléatoire.

D'abord parce que le client paie selon sa consommation (en cas de baisse de son activité, il paie moins), mais aussi parce que la facturation de la maintenance est beaucoup plus faible (elle est mutualisée entre tous les clients) et plus courte (les contrats sont généralement passés sur trois ans).

L'enjeu pour les fournisseurs va être de savoir tirer parti de cette évolution en proposant davantage de services à leurs clients. Un défi qu'ils devraient savoir relever si l'on en croit Mathieu Poujol, directeur des infrastructures et technologies chez Pierre Audoin Consultants (PAC) pour qui « le Cloud Computing constituera à coup sûr le véritable moteur de la croissance des entreprises du marché de l'informatique dans les dix années à venir.

En direct dès 8h30 - Une époque formidable

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.