L'indien Infosys supprimerait 5.000 emplois

 |  | 210 mots
Lecture 1 min.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Reuters)
La société de services informatiques demanderait à "ses travailleurs les moins performants, de 3 à 4% de ses 151.000 employés, de partir sur-le-champ", selon The Economic Times.

Infosys Technologies, le numéro deux indien des services informatiques, envisage de supprimer 5.000 emplois afin de réduire ses coûts dans une conjoncture de plus en plus concurrentielle, selon « The Economic Times ». Le quotidien financier indien rapporte que « Infosys demande à ses travailleurs les moins performants, de 3 à 4% de ses 151.000 employés, de partir sur-le-champ », renouant avec une politique pratiquée durant la crise des années 2008-2009. Le groupe de Bangalore avait réduit ses prévisions de chiffre d'affaires en juillet dernier pour l'exercice en cours (avril 2012-mars 2013), à 7,34 milliards de dollars, soit une croissance de 5%, la plus basse du secteur.


Nouvel abaissement de prévisions ?
La SSII pourrait encore abaisser ses prévisions selon les analystes, à 4%. Le groupe doit annoncer ses résultats du troisième trimestre fiscal le 11 janvier. Au sein des sociétés indiennes d'informatique, Infosys aurait, avec Wipro, le taux d'efficience le plus bas, avec environ 30% de ses salariés dépourvus de mission. Le co-président et cofondateur S. Gopalakrishnan a récemment déclaré que 2013 serait meilleure que 2012 pour le secteur informatique indien, notamment aux Etats-Unis et en Chine. Infosys réalise environ 20% de son chiffre d'affaires en Europe et se concentre sur les marchés émergents (Brésil, Mexique, Europe de l'Est).
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/01/2013 à 20:49 :
En France, les SSII emploient des moyens un peu plus diplomatiques, ils parlent de "rupture conventionnelle"... Quoique la période où l'employeur s'acharne sur le salarié et s'évertue à le dénigrer quand il n'en veut plus n'est pas bien glorieuse non plus.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :