OVH, la web-entreprise familiale de Roubaix veut tisser sa toile en Amérique du Nord

 |   |  524  mots
L'un des bâtiments abritant des serveurs OVH, à Roubaix - Copyright Reuters
L'un des bâtiments abritant des serveurs OVH, à Roubaix - Copyright Reuters (Crédits : REUTERS)
L'hébergeur français de WikiLeaks a emprunté 140 millions d'euros pour continuer de s'étendre en Amérique du Nord. Un montant record pour cette entreprise familiale de Roubaix créée en 1999.

Coup d'éclat pour cette entreprise roubaisienne. OVH a obtenu 140 millions d'euros au titre d'un crédit syndiqué auprès d'un pool de banques (BNP Paribas, Crédit Agricole, HSBC). Pour se faire une idée des montants engagés, d'autres entreprises du net ont aussi atteint des sommets l'an dernier et convaincu des investisseurs l'an dernier, mais cette fois pour des opérations de levées de fonds. La banque d'images Fotolia avait ainsi levé 117 millions d'euros en mai, le site de musique en ligne Deezer 100 millions en octobre, le spécialiste du marketing ciblé Critéo 30 millions en septembre et le réseau social professionnel Viadeo 24 millions d'euros en avril.

OVH à la conquête de l'Amérique

Le but de cet argent frais pour l'hébergeur de sites internet qui se présente comme N°1 en France et en Europe ? Se développer en Amérique du Nord, sur les terres de l'américain GoDaddy ou du canadien PlanetHoster. "Ce crédit syndiqué permet au groupe OVH.com d'assurer ses deux prochaines années de développement en finançant 70 % des investissements à venir en Europe et en Amérique du Nord, le reste étant autofinancé", explique ainsi Nicolas Boyer, directeur financier d'OVH dans un communiqué diffusé le 11 mars.

Du kolkhoze polonais...

Cette importante levée de fonds couronne quatorze ans d'expansion pour cette entreprise familiale créée à Roubaix par Octave Klaba, 38 ans. Et si ce n'est désormais plus une PME puisqu'elle a dépassé début janvier les 600 employés, le "clan" Klaba, d'origine polonaise, y tient toujours les manettes : le père, Henryk, en est le président, Halina, la mère, directrice générale déléguée, et Miroslaw, le frère, chargé de la recherche et du développement. L'histoire familiale, racontée dans de nombreuses interviews, tient du roman. A la chute du mur de Berlin en 1989, le père quitte le kolkhoze où il travaille comme comptable. Il embarque sa tribu dans une Wartburg (l'équivalent de la fameuse Trabant est-allemande). Direction le Nord de la France, où son propre père avait vécu dans les années 1920. Plus tard, Octave, devenu ingénieur et créateur de d'OVH en 1999 (pour "On vous héberge") répètera qu'à l'époque, la famille n'avait en poche que 6.000 francs.

... à l'affaire WikiLeaks

En 2010, coup de projecteur sur l'entreprise roubaisienne. C'est elle qui héberge WikiLeaks, le fameux site de Julian Assange qui a créé un séisme dans les chancelleries en publiant des documents diplomatiques confidentiels. Eric Besson, alors ministre de l'Economie numérique chercha même à obliger l'hébergeur à supprimer le site. Ce dernier a refusé. En décembre de la même année, la justice française lui a donné raison.

Aujourd'hui, la société, implantée dans la "Silicon valley de Roubaix" créée par le fils, compte 15 filiales présentes dans 16 pays, 145.000 serveurs, et vient d'ouvrir à Montréal un "data center" qui doit pouvoir abriter à terme quelque 360.000 serveurs. En France, l'entreprise envisage d'embaucher 150 personnes cette année et veut ouvrir un nouveau data center à Gravelines, dans le Nord. L'histoire continue...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/03/2013 à 14:45 :
Bravo !!! La Pologne est un grand pays qui donne l'exemple de l?innovation et une belle leçon d''entreprenariat aux français. Ceci implique la prise de risques, indispensable au succès ! (même si elle comporte un pourcentage d?échecs)
Encore Bravo et bonne route !
Réponse de le 25/03/2013 à 16:52 :
En l'occurrence, ce n'est pas la Pologne mais des polonais qui ont pensé pouvoir réussir en France et ont quitté leur pays à l'époque peu propice aux entrepreneurs.
Bravo donc à ces polonais venus enrichir la France (dans tous les sens du terme). A noter qu'OVH est un des seuls FAI à intégrer son propre service client en France.
Ils ne figurent pas dans les comparatifs mais par expérience, je peux vous dire en tant que client qu'ils sont nickel, disponibles et efficaces.
a écrit le 12/03/2013 à 17:49 :
1/ Comparer OVH à GoDaddy OK mais PlanetHoster, c'est juste très mal connaitre OVH et ses concurrents

2/ OVH n'hébergeait pas Wikileaks : au sens juridique, c'est un client d'OVH qui a loué un serveur à OVH et pris la responsabilité de le mettre à disposition de Wikileaks.



a écrit le 12/03/2013 à 17:30 :
Vous mélangez tout, or en matière de finance - et la Tribune est un journal économique et financier - les mots ont un sens précis.

Une "levée de fonds" est une augmentation de capital, c'est ) dire une opération de haut de bilan par laquelle les investisseurs prennent une part du capital, et des droits de vote, de l'entreprise.

Il s'agit ici comme le dit très clairement le communiqué d'OVH, d'un crédit syndiqué par plusieurs banques : c'est donc un emprunt, que OVH devra rembourser, ce qui lui impose de dégager suffisamment de cash flow.
A supposer que les banques prêtent à 3%, le seul montant des intérêts représentera une charge de plus de 4 M? annuels, hors remboursement du capital (le communiqué ne dit pas si le capital est remboursé au fur et à mesure ou in fine).

Cet emprunt ne modifie nullement la structure et la répartition du capital de l'entreprise, et la famille Klaba demeure seule maître à bord. C'est l'intérêt pour les fondateurs d'une telle opération : ils n'ont pas à randre de comptes sur la direction de leur entreprise.
Réponse de le 12/03/2013 à 17:55 :
Ces éléments pouvant induire en erreur ont été modifiés. Merci de votre vigilance!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :