Gemalto rejette l'offre de rachat d'Atos

 |   |  786  mots
(Crédits : © Dado Ruvic / Reuters)
Le spécialiste français des cartes à puces Gemalto a annoncé mercredi qu'il rejetait l'offre de rachat "non sollicitée et conditionnelle" de 4,3 milliards d'euros présentée par le groupe informatique Atos.

Fin de non-recevoir: le spécialiste français des cartes à puces Gemalto a annoncé mercredi qu'il rejetait l'offre de rachat "non sollicitée et conditionnelle" de 4,3 milliards d'euros en numéraire présentée par le groupe informatique Atos. Le spécialiste de la sécurité numérique estime cette offre sous-évaluée et rejette tant l'approche stratégique que l'attitude d'Atos qui a dévoilé publiquement ses intentions lundi soir.

"Gemalto, leader mondial de la sécurité numérique, est mieux positionné en tant qu'entreprise autonome pour poursuivre avec succès son développement et créer de la valeur à long terme pour ses parties prenantes, et en particulier ses actionnaires", a déclaré Gemalto dans un communiqué.

"Atos sous-estime la valeur de Gemalto"

Gemalto, qui espère voir le bout des difficultés à l'origine de ses "profit warnings" successifs, juge que le prix de 46 euros proposé par Atos, dividende détaché, est "bien en dessous" des niveaux de valorisation d'autres sociétés de cybersécurité. L'action Gemalto s'est adjugé encore 3,06% à 47 euros mercredi, après avoir flambé mardi, accusant encore un repli de 14,4% depuis le début de l'année, contre un gain de 11% pour le CAC 40.

Par ailleurs, outre les divergences sur la valorisation qui reste un bon moyen pour faire monter les enchères, Gemalto considère que l'offre d'Atos "ne propose pas de stratégie convaincante par rapport aux perspectives de Gemalto en tant qu'entreprise autonome".  "Elle ne répond pas de manière adéquate aux intérêts de ses différentes parties prenantes" et "n'apporte pas de garantie suffisante quant à la réalisation de l'opération".

Soulignant que Gemalto était devenu en 11 ans un "fleuron technologique de l'industrie française reconnu à travers 180 pays dans le monde", Philippe Vallée, directeur général de la société, a assuré dans le communiqué que face aux récents changements" de ses marchés historiques, le groupe avait "adopté des décisions responsables et nécessaires".

"Nous sommes absolument convaincus par le potentiel de nos marchés en croissance rapide et dans la capacité de l"entreprise à s'en saisir et sommes désormais tournés vers la concrétisation de ces opportunités", a-t-il poursuivi.

Offre inamicale?

Atos avait dévoilé lundi soir son offre d'achat de 4,3 milliards d'euros sur Gemalto, une opération destinée à créer "un leader mondial en cybersécurité, technologies et services numériques". L'annonce a été saluée le lendemain par les investisseurs, le titre s'envolant de 35% en Bourse.

Le patron du groupe informatique, Thierry Breton, avait indiqué que cette offre était "très amicale mais très déterminée", laissant entendre qu'il ne renoncerait pas à ses projets en cas de refus de Gemalto. L'OPA deviendrait alors inamicale.

Interrogé par les Echos pour savoir si un accord restait possible, Philippe Vallée a répondu: "Je ne peux pas préjuger de l'avenir."

Dans cet entretien à paraître jeudi, il a estimé que cette offre était "opportuniste à un moment où Gemalto traverse une phase de transition importante".

Atos en forme, Gemalto en difficulté

Car autant Atos, un groupe de 100.000 salariés, a montré une dynamique positive cette année, en révisant à la hausse ses objectifs financiers au troisième trimestre, autant Gemalto, qui compte quelque 15.000 collaborateurs, connaît des difficultés avec notamment l'annonce d'un plan de suppression de 288 emplois en novembre.

Atos a vu l'an dernier son bénéfice net progresser de 39,6% à 567 millions d'euros, et son chiffre d'affaires de 9,7% à 11,717 milliards.

A côté de ses activités de conseil, d'intégration de systèmes et de gestion de centre de données, le groupe informatique a su tirer parti de l'engouement pour les services dans le "cloud" (informatique dématérialisée) et les besoins croissants en cybersécurité. Il est aussi l'un des rares acteurs à pouvoir fournir des supercalculateurs, à la puissance informatique décuplée.

Enfin, par le biais de sa filiale Worldline, Atos est aussi présent sur le marché des paiements électroniques.

Gemalto, qui a a dégagé un chiffre d'affaires de 3,13 milliards d'euros en 2016 pour un bénéfice net de 266,9 millions d'euros, a en revanche déçu les investisseurs avec une série d'avertissements sur ses résultats cette année.

Il a en effet subi un trou d'air après la conversion -tardive, et très rapide- des Etats-Unis aux cartes à puces, les nombreux intervenants croulant sous les stocks. Or, le pays représente près du quart du marché mondial.

Et ses ventes de carte de téléphonie SIM sont aussi en baisse alors que ce marché ne croît plus en volume et décroît en valeur.

(avec agences)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/12/2017 à 11:06 :
Vont-ils nous refaire la CGG?
a écrit le 14/12/2017 à 9:57 :
"Offre inamicale?"

Sachant que l'on a Breton de l'autre côté on voit mal comment celui ci pourrait générer une quelconque amitié, c'est en force toujours, idéologie du gars.

Quel scandale quand même hein qui nous démontre que nous évoluons bel et bien au sein d'une pitoyable oligarchie.

Par ailleurs franchement sans parler de morale, s'associer pour se faire soutenir par un gars comme Breton c'est un peu comme la corde qui soutien le pendu hein, risqué.

Ça passera jamais mais ça fait du bien de le dire au moins.
Réponse de le 14/12/2017 à 10:46 :
Connaissez vous la signification du mot "oligarchie" que vous utilisez à tout va, j'en doute. Mais au bar du commerce ....
L'exemple du système oligarchique c'est la RUSSIE avec ses alliés.
Réponse de le 14/12/2017 à 16:03 :
Le larousse ça vous va ?

Système politique dans lequel le pouvoir appartient à un petit nombre d'individus constituant soit l'élite intellectuelle (aristocratie), soit la minorité possédante (ploutocratie), ces deux aspects étant fréquemment confondus ; ce groupe.
En savoir plus sur http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/oligarchie/55863#EpUhaTZeIWWOUAct.99

"soit la minorité possédante (ploutocratie)"

C'est exactement comme cela que je la décris régulièrement, vous ne faites que troller inutilement là, la prochaine fois je signale votre commentaire.

Un titre bonus au cas où vous ayez envie de lire autre chose que ce qui vous guide: "Hervé Kempf : « Il est vital pour l’oligarchie de maintenir la fiction d’une démocratie »" https://www.bastamag.net/Herve-Kempf-Il-est-vital-pour-l

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :