Prix #10000startups 2021 : découvrez les gagnants de Toulouse et Montpellier !

 |  | 914 mots
Lecture 5 min.
Vingt-trois startups de la région Occitanie sont venues pitcher leur innovation devant un jury de professionnels.
Vingt-trois startups de la région Occitanie sont venues pitcher leur innovation devant un jury de professionnels. (Crédits : DR)
Le Prix 10.000 startups pour changer le monde, organisé par La Tribune, a récompensé à Toulouse six startups de la région Occitanie. AquaTech, Kippit, AllPriv, Koovea, GenoSkin et Water Horizon se qualifient pour la grande finale parisienne, qui se tiendra le 15 mars.

Après Lyon et Marseille la semaine dernière, le tour de France de l'innovation du concours 10.000 startups pour changer le monde 2021, organisé par La Tribune, s'est arrêté à Toulouse ce jeudi 4 février. Le principe : couronner une startup dans chacune des six catégories Environnement & Energie, Industrie du futur, Data & IA, Smart tech (innovations d'usage), Santé et Start (pépites en phase d'amorçage). Vingt-trois startups de la région Occitanie sont venues pitcher leur innovation devant un jury de professionnels. En plus de La Tribune se trouvaient nos partenaires BNP Paribas, la Mission French Tech, Bpifrance et Business France.

Les lauréats représenteront leur région lors de la grande finale qui se tiendra à Paris le 15 mars, face aux vainqueurs de leur catégorie issus des autres étapes régionales à Lyon, Marseille, Bordeaux, Nantes, Paris, Strasbourg et Lille. Les gagnants nationaux seront révélés lors d'une cérémonie qui se tiendra le 29 mars au Grand Rex, toujours dans la capitale. En plus des six prix -un par catégorie-, le jury national remettra également un prix Coup de cœur, un prix Impact (tous deux parmi les lauréats régionaux non primés dans les six catégories), ainsi qu'un prix spécial Outre-Mer, récompensant une startup issue de La Réunion ou de Guadeloupe.

Lire aussi : Prix #10000startups 2021 : découvrez les gagnants de Marseille et sa région

Dans la catégorie Environnement & Energie, la gagnante est Geneviève Marais, la CEO de 46 ans de la startup AquaTech Innovation. Détentrice de deux brevets, la startup montpelliéraine a mis au point une mini station d'épuration écologique, baptisée AquaClear. Implantable partout (ports, campings, collectivités, cette innovation de rupture permet de traiter les eaux usées sans aucun apport chimique, sans générer de nuisance sonores ou olfactives car il n'y a pas de boue résiduelle à évacuer. La solution permet surtout de réduire l'empreinte environnementale des activités touristiques et économiques en milieux protégés, à flot ou à terre, et fonctionne avec une consommation énergétique très faible, potentiellement fournie par de l'énergie verte.

Dans la catégorie Industrie du futur, le jury a primé Kareen Maya Levy, la présidente de 49 ans de Kippit. La pépite toulousaine ambitionne de devenir l'acteur de référence du « made in France » pour l'électroménager. Dans son usine en Haute-Garonne, la Kippit produit, dans une logique sociale et d'économie circulaire, de l'électroménager durable dans le sens où chaque produit est recyclable, et réparable à vie. Son premier produit est une bouilloire garantie à vie, et la startup va bientôt lancer l'industrialisation de son deuxième produit, un lave-linge.

Dans la catégorie Data & IA, le vainqueur est Michael Léal, le CEO de 51 ans de AllPriv. Spécialisée dans la sécurité informatique et basée près de Montpellier, AllPriv conçoit et développe le LPS ou Laptop Personnal Serveur. Il s'agit d'un dispositif de sécurisation des données spécialement conçu pour le télétravail. Son boîtier connecté remplace ainsi le serveur interne de l'entreprise, ce qui permet de se connecter à distance à l'infrastructure sécurisée de l'entreprise, de manière simple.

Lire aussi : Prix #10000startups 2021 : découvrez les lauréats de Lyon et sa région !

Dans la catégorie Smart tech (innovations d'usage), le jury a récompensé Adrien Content, le CEO de 31 ans de Koovea. La startup montpelliéraine a développé des capteurs de température qui permettent de garantir le respect de la chaîne du froid, notamment dans le transport et le stockage de produits thermosensibles dans les secteurs de la santé et de l'agroalimentaire. Une mini-box permet d'envoyer les données à un serveur, qui les restitue dans une application mobile. Le Covid-19 a donné l'occasion à la startup d'accélérer son activité dans la santé, en se positionnant sur la chaîne logistique de transport des vaccins contre le Covid-19.

Dans la catégorie Santé, le lauréat est Pascal Descargues, le CEO de 42 ans de GenoSkin. Cette biotech toulousaine révolutionnaire donne une seconde vie à la peau humaine pour faire avancer la recherche. La société a développé un gel spécial dans lequel la peau humaine peut être maintenue en vie pendant sept jours et ainsi subir des tests d'efficience de médicaments, ou de toxicologie pour les cosmétiques. La startup récupère des restes de peau issues d'opérations de chirurgie plastique auprès d'une vingtaine d'hôpitaux en France et à l'international, les transforme en « kits » prêts à l'emploi et les commercialise auprès de l'industrie cosmétique et pharmaceutique comme alternative à l'expérimentation animale.

Et enfin, dans la catégorie Start, le jury a récompensé l'innovation de rupture de Jean-Emmanuel Faure, le CEO de 29 ans de Water Horizon. Cette deeptech toulousaine développe une technologie de stockage thermique pour stocker puis valoriser, dans une logique d'économie circulaire, la chaleur perdue par les industriels ou chaleur fatale. Concrètement, Water Horizon récupère la chaleur perdue et la stocke dans sa batterie. Une fois la batterie chargée, elle est transportée afin de distribuer l'énergie stockée à un consommateur distant sous forme d'énergie renouvelable.

Pour davantage d'informations sur le concours, visitez le site.

Lire aussi : Prix #10000 startups de La Tribune : découvrez les gagnants 2020 !

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :