Les dépenses dans le cloud propulsées à de nouveaux sommets

 |  | 527 mots
Lecture 3 min.
Les grandes plateformes numérique, du commerce en ligne au télétravail en passant par les sites et applications de divertissement (streaming, jeux vidéo, etc.), ont toutes décollé pendant la pandémie.
Les grandes plateformes numérique, du commerce en ligne au télétravail en passant par les sites et applications de divertissement (streaming, jeux vidéo, etc.), ont toutes décollé pendant la pandémie. (Crédits : DR)
Les dépenses mondiales dans l'informatique à distance -cloud-, déjà en forte croissance avant la pandémie, ont battu de nouveaux records au premier trimestre 2021, dépassant pour la première fois les 40 milliards de dollars, selon une étude du cabinet Canalys publiée jeudi.

La transformation numérique des entreprises et des organisations continue de s'accélérer. Avec la perspective de la reprise économique, les dépenses mondiales dans l'informatique à distance, ou cloud, ont battu de nouveaux records au premier trimestre 2021, d'après une étude du cabinet Canalys, parue le 29 avril. En tout, les entreprises et institutions qui utilisent les serveurs et services de traitement des données devenus essentiels au fonctionnement d'Internet, ont dépensé 41,8 milliards de janvier à mars, 35% de plus qu'il y a un an.

Les grandes plateformes numérique, du commerce en ligne au télétravail en passant par les sites et applications de divertissement (streaming, jeux vidéo, etc.), ont toutes décollé pendant la pandémie. Et toutes reposent sur le cloud.

« Le cloud émerge comme le gagnant tous secteurs confondus l'année dernière, depuis le début de la pandémie de Covid-19 et la mise en place des confinements », souligne l'analyste Blake Murray, cité dans le communiqué. « Les organisations dépendent des services numériques et de leur présence en ligne pour maintenir des opérations et s'adapter à la situation ».

Lire aussi : Plongée dans la jungle du cloud, vaste marché de plus en plus convoité

Amazon toujours large leader, Microsoft et Google sur ses talons

AWS, la division de cloud du géant du commerce en ligne Amazon, a conforté sa position de leader, avec 32% des parts de marché. Mais il est talonné par Azure, le cloud de son voisin Microsoft, qui affiche une croissance de 50% pour le troisième trimestre consécutif.

Azure représente 19% du marché mondial des dépenses en infrastructure de cloud au premier trimestre. Google Cloud a réalisé une croissance similaire, qui l'amène à 7% de parts de marché.

Les trois entreprises proposent non seulement des espaces de stockage et d'hébergement, mais aussi des services d'intelligence artificielle pour permettre à leurs clients d'exploiter au mieux leurs bases de données.

Lire aussi : Les banques s'allient avec les Gafa pour accélérer dans le cloud

La reprise devrait accélérer les investissements dans le cloud

La sortie progressive de la pandémie, amorcée dans certains pays comme les Etats-Unis, ne devrait pas ralentir l'élan du cloud, au contraire. Selon Canalys, les plans d'aide des gouvernements, les nouvelles habitudes de télétravail et de consommation et les campagnes de vaccination permettent de rassurer les organisations et les encouragent à signer des contrats sur plusieurs années.

« En 2020 il y a eu des dépenses dans l'infrastructure informatique à distance à grande échelle, mais la plupart des entreprises n'ont pas encore transféré leurs activités sur le cloud », note Blake Murray. « Les migrations et dépenses vont continuer en 2021 avec le retour de la confiance. Les grandes projets qui ont été reportés l'année dernière vont refaire surface et de nouveaux cas d'usage vont permettre d'étendre le marché ».

Le secteur attend notamment beaucoup de la 5G pour le développement d'applications majeures de la robotique dans les usines à la réalité virtuelle et aux véhicules autonomes.

Lire aussi : Reconnect, le cloud solidaire pour stocker les papiers des personnes précaires

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/04/2021 à 11:25 :
lorsque tu es créateur, la première des choses a savoir est qu'il ne faut rien mettre en sauvegarde sur le cloud !

Je ne parle pas de ceux qui confondent culture et marketing !
a écrit le 30/04/2021 à 10:57 :
Et le pire dans tout cela est que si nous écoutions MZ qui proposait de rénumérer les gens pour leurs données de fonctionnement numérique et donc sans intérêt confidentiel est que nous autres utilisateurs pourrions nous faire du fric dessus. Mais la dictature financière mondiale souhaite se garder encore une fois cette vache à lait pour elle toute seule.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :