Le profil type de l'utilisateur du paiement sans contact ? Une femme de 58 ans achetant une baguette

 |   |  942  mots
(Crédits : DR)
Le règlement par carte ou smartphone avec la technologie sans contact progresse doucement en France, pour de mini-transactions. Les acteurs français, banques et opérateurs télécoms, espèrent un décollage rapide des usages avant que des concurrents, américains, ne s'imposent.

Avez-vous déjà réglé un petit achat en approchant simplement votre carte bancaire ou votre smartphone du terminal de paiement du commerçant ? Vous faites alors partie des quelques Français ayant déjà intégré ce nouveau geste dans leur vie quotidienne. Bien que très en pointe sur la technologie NFC (« Near Field Communication » ou communication en champ proche, soit 3 à 4 cm) du côté des industriels, avec des champions tels que Gemalto, et pionnière avec les cartes Navigo de la Ratp qui l'intègre depuis dix ans, la France demeure plutôt à la traîne en termes d'usages du paiement sans contact.


Pourtant, inutile d'être fondu de technologie pour pratiquer ce geste simple : le profil type de l'utilisateur du paiement sans contact est une femme de 58 ans, a indiqué la secrétaire d'Etat au Numérique Axelle Lemaire, vendredi à Bercy, lors d'une conférence de presse réunissant les principaux acteurs de l'écosystème, industriels, banques, opérateurs mobiles, commerçants. Et l'achat le plus courant est celui de la baguette : le plus grand nombre de transactions sans contact a été réalisé dans les boulangeries (1,64 million en 2014), devant la restauration rapide (McDo a notamment équipé ses magasins), les supermarchés et les cafés-restaurants.

Toutefois, Carrefour, le plus en avance (2.250 points de vente équipés), revendique à lui seul près de 6 millions de transactions effectuées de cette manière dans ses enseignes, soit environ 10% des passages en caisse. Le sans contact lui aurait permis de diviser par trois le temps de paiement en caisse, de 45 à 15 secondes, et le distributeur n'aurait constaté aucune fraude.

Seulement un commerçant sur 5 équipé


Au total, 70 millions de transactions « sans contact » ont été réalisées en France l'an dernier, essentiellement avec des cartes bancaires compatibles. Il y aurait 30 millions de cartes sans contact en circulation sur 67 millions : 100% du parc sera compatible fin 2016 selon Bruno de Laage, du GIE Carte bancaire. En Pologne, l'un des pays les plus avancés d'Europe, 60% des cartes le sont déjà et 33% des transactions en magasin sont réalisées sans contact. Certains territoires sont plus en pointe que d'autres, notamment quelques villes pionnières pour les expérimentations comme Strasbourg, Nice et Caen: ainsi, 75% des cartes sont compatibles dans le Bas-Rhin, les deux tiers en Haute-Savoie, Savoie, Haut-Rhin. La secrétaire d'Etat, qui a longtemps vécu à Londres, a fait remarquer que son ancienne carte bancaire britannique était compatible mais pas sa plus récente carte française !


Du côté des commerçants, le retard est encore plus flagrant : seuls 20% sont équipés des terminaux de paiement compatibles (267.000 points de vente environ), « une proportion encore relativement faible » a déploré la ministre, qui a appelé à « jouer collectif : les Anglo-saxons ont compris qu'il fallait une approche écosystémique. Si les banques ne le font pas, ce sont les startups qui proposeront des solutions et trouveront des trucs et astuces » a-t-elle mis en garde.

Le GIE Carte bancaire concède avoir privilégié l'équipement des particuliers d'abord, mais relève que si l'on exclut certains secteurs comme le luxe qui ne sont pas vraiment concernés par les petits paiements (moins de 20 euros), près de la moitié des commerçants seraient équipés.

Un plafond de 20 euros trop bas ?


Le panier moyen est de 11 euros, « ce qui reste modeste » a noté Axelle Lemaire, mais finalement cohérent avec le plafond de 20 euros fixé par les banques : au-delà il faut saisir obligatoirement un code confidentiel, ce qui fait perdre son intérêt à l'utilisation de la carte sans contact. « Nous ne souhaitons pas déplafonner, il faut du temps pour installer un usage » a insisté le président du conseil du GIE CB, ce qu'appelle pourtant de ses vœux Olivier Piou, le directeur général de Gemalto. Le montant des commissions n'est pas standardisé mais négocié au cas par cas par les commerçants et certains d'entre eux les jugent trop élevées et dissuasives sur les petites transactions (10 centimes facturés par exemple par certaines banques à des indépendants).

Le paiement mobile encore embryonnaire


Du côté du paiement mobile sans contact, 7,2 millions de Français auraient un téléphone mobile compatible, tous opérateurs confondus, sur 57 millions d'abonnés et les transactions se chiffreraient plutôt en dizaines de milliers. Cependant, « l'avenir du paiement sans contact, c'est le mobile, cela va augmenter très vite » a prédit le président du GIE Carte bancaire, qui a affirmé « Madame la ministre, les banques ne craignent pas du tout la concurrence des nouveaux entrants ! »


Les interrogations sur la sécurité des transactions sont-elles un frein ? Le patron de Gemalto, a balayé les questions sur les rumeurs d'appareils ou d'applications servant à "capturer" les données des cartes ou mobiles sans contact.

« C'est du fantasme, il y a zéro vol constaté. Et cette fraude théorique est de toute façon garantie, remboursée par les banques [pour les montants de moins de 20 euros, au-delà une franchise de 150 euros s'applique NDLR]. On nous posait la même question sur le Navigo il y a quinze ans puis sur le passeport électronique. La question est légitime mais arrêtez de vous faire des films ! » a lancé Olivier Piou.


En admettant qu'un fraudeur parvienne à récupérer les seules données disponibles en mode sans contact (le numéro à 16 chiffres de la carte et la date d'expiration), il n'aurait pas le cryptogramme visuel nécessaire, souligne le GIE Carte bancaire, qui insiste : « il n'y a pas de fraude avérée », ni en France ni dans les autres pays.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/07/2015 à 13:48 :
ESSAI
a écrit le 14/04/2015 à 12:53 :
"C'est du fantasme, il y a zéro vol constaté" : et pour cause, c'est bien là qu'est l'escroquerie ! Si vous vous faites récupérer vos données à votre insu dans un bus ou un métro, comment le savoir, comment le prouver ? Ceux qui veulent imposer ce système se gardent bien d'évoquer ce point. On aura bonne mine le jour où le piratage se sera généralisé [pour ma part, ma CB sera renouvelée en septembre, et j'ai bien l'intention de ne pas m'en laisser refourguer une sans contact, malgré la mauvaise volonté de ma banque !].
a écrit le 12/04/2015 à 10:36 :
si vous perdez votre carte .... alors un éventuel voleur peut payer sans contact ni code !
a écrit le 12/04/2015 à 8:12 :
Je signale aux naïfs que les 16 chiffres de votre carte suffisent à en fabriquer une fausse qui pourra être utilisée au USA sans difficulté (pas de contrôle pin). Techniquement, le piratage est inévitable. Il y aura toujours quelqu'un d'un peu plus malin qui trouvera la faille. Le Wifi est déjà une passoire ...
a écrit le 11/04/2015 à 11:03 :
Un progrès ? C'est une plaisanterie ! Avec la nouvelle loi de renseignement militaire Big Brother, n'importe quel fonctionnaire en appuyant sur son clavier pourra tout savoir sur ces benêts qui foncent tête baissée sur ces nouvelles technologies et même jusqu'à leur liste de course....
a écrit le 11/04/2015 à 10:02 :
Il est faux de dire que la banque couvre les usages frauduleux,les conditions ont changées. Idem sur la portée, les renseignements ont publié des tests expliquant que la portée peut aller à 15metres. De plus les banques imposent cette option non souhaitée. Je ne vois pas en quoi cela est un progrès.
a écrit le 11/04/2015 à 8:16 :
j'ai pas confiance, trop de vol ou pertes de téléphone, 20 € x 20 fois cela peux monter vite
a écrit le 11/04/2015 à 1:48 :
Sait on dans notre fier occident que le paiement par tel mobile existe depuis au moins 10 ans au Kenya?
Réponse de le 11/04/2015 à 10:14 :
J'aurais eu tendance à dire qu'ils font ce qu'ils veulent, au Kenya. Ils sont grands majeurs et vaccinés. Mais... j'ai aussi l'impression qu'ils se sont bien faits avoir par les banquiers occidentaux...
a écrit le 10/04/2015 à 23:48 :
Le profil type de l'utilisateur du paiement sans contact ? Une femme de 58 ans achetant une baguette et n'ayant absolument aucune conscience de la facilité avec laquelle elle va se faire pirater...
a écrit le 10/04/2015 à 20:57 :
Le chèque sans contact aurait eu bcp plus de succès ...
a écrit le 10/04/2015 à 20:31 :
Il existe un autre type d'utilisateur du paiement sans contact (comme moi): celui qui apprend qu'il s'est fait fourguer ce type de carte par son banquier, et c'est par un commerçant équipé, qui lui dit " mais si, ça marche à distance... par contre, du coup, c'est peut être piratable à distance, aussi ... !!!" (sic!)
a écrit le 10/04/2015 à 19:55 :
j'ai remarqué 2 dysfonctionnements fréquents: lorsque la transaction est supérieure à 20 €, le terminal propose quand même le paiement sans contact. Et aussi, lorsque le commerçant n'a pas adhéré, il arrive que le logo de paiement sans contact apparaisse quand même. Les caissiers ne savent généralement pas quoi répondre. Les utilisateurs sont déroutés.Sinon, c'est une avancée intéressante.
a écrit le 10/04/2015 à 18:31 :
A ll aéroport je suis pratiquement la seule à présenter mon billet et carte d'enregistrement sous forme numérique avec mon smartphone alors que c'est très pratique alors pour les paiements sans contacts, il y aura du chemin à accomplir chez les clients français!
Réponse de le 10/04/2015 à 19:59 :
Oooaah... Je vous admire. Quelle chance vous avez. Là, vous êtes franchement au-dessus de tout le monde. Et c'est quelle marque..?? Pardon, Marque..??
a écrit le 10/04/2015 à 17:41 :
C'est pratique, mais ça marche pas tout le temps et puis le plafond est beaucoup trop bas...Encore un gadget !
Réponse de le 10/04/2015 à 18:24 :
Il reste bas pour éviter d'avoir trop de pertes avant de pouvoir faire opposition sur une carte volée ou perdue.
Réponse de le 10/04/2015 à 20:06 :
"franchise de 150 euros s'applique" C'est surtout ça qui me gène. Et là, je fais confiance à mes congénères vu le flop des monéo et autres bidules à la noix. Coté téléphone, là, ça risque de craindre un max au niveau piratage. Car les données sont dedans, soit, accessibles. Et me bassinez pas avec un "cryptage", il en saute tous les jours.
Réponse de le 11/04/2015 à 9:14 :
Et sur carte sans contact, pour moi, le risque est le même, puisque les données sont captables sans contact ! Une poche ou un sac à main, ça n'empêche pas de se connecter si le pirate est bien équipé... il lui suffira de monter dans le bus ou le métro, ou s'assoir pas trop loin de vous....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :