Les entreprises peinent encore à tirer profit du cloud

 |   |  557  mots
Si le cloud fait beaucoup parler de lui, son « adoption est loin d’être une réalité », explique Christophe Labro, directeur des services cloud de Cisco France.
Si le cloud fait beaucoup parler de lui, son « adoption est loin d’être une réalité », explique Christophe Labro, directeur des services cloud de Cisco France.
D’après une étude mondiale du cabinet IDC pour Cisco, le géant américain des équipements de réseau, 32 % des entreprises n’ont pour l’heure aucune stratégie liée à l’informatique dématérialisée.

Dans un monde numérique où tout va de plus en plus vite, l'adoption du cloud (pour « nuage », c'est-à-dire l'informatique dématérialisée) constitue un étalon de choix pour jauger de la digitalisation et, d'une certaine manière, de l'« agilité » des entreprises. Contraintes de travailler plus vite, de briser les silos entre les différents services, afin, entre autre, de dégainer leurs produits plus rapidement, les entreprises adoptent souvent le cloud pour accélérer leurs processus. Pour rappel, ce type de service permet à l'utilisateur d'avoir accès à ses ressources (ses fichiers, mais aussi ses logiciels) à partir de serveurs distants, localisés dans des datacenters. En clair, plus besoin d'installer un logiciel sur son ordinateur : il suffit de se connecter au « nuage » via Internet pour y accéder, et travailler ses fichiers.

Reste que si de nombreuses entreprises affirment être intéressées par ce type de solution, 32% d'entre-elles n'ont pour l'heure aucune stratégie en la matière. C'est ce que révèle une étude du cabinet IDC pour Cisco, le géant américain des équipements de réseau, dans une enquête mondiale menée auprès d'un panel de plus de 3.600 dirigeants de pôles informatiques :

Cisco cloud

En outre, l'adoption de cette technologie demeure plutôt faiblarde. De fait, 43% des sociétés interrogées affichent des stratégies cloud « ad hoc » ou « opportuniste ». Ce qui signifie, en clair, qu'elles sont soit en phase de test ou d'expérimentation sur différents processus. Seules un quart d'entre elles ont mis en place des stratégies « reproductible », « gérées » ou « optimisées », offrant des usages plus poussés et innovants sur le partage et l'utilisation des ressources numériques dans l'entreprise.

Directeur des services cloud de Cisco France, Christophe Labro résume la situation : si le cloud fait beaucoup parler de lui, son « adoption est loin d'être une réalité ». « Beaucoup l'utilisent de façon plus ou moins ponctuelle, renchérit-il. La maîtrise de la technologie est parfois insuffisante, et un grand nombre d'entreprises n'en tirent pas de gros bénéfices. » Constat lapidaire. Mais d'après lui, les choses évoluent. « Si une première vague d'entreprises est venue au cloud pour faire des économies et bénéficier d'applications nouvelles, une seconde vague arrive », assure-t-il. A l'en croire, l'initiative ne vient plus des services IT, mais des directions générales des entreprises. « Longtemps, on a cru que c'était une affaire d'informaticien, alors que maintenant, ce sont les autres métiers d'une entreprise qui insistent pour bénéficier de ces outils. »

Amélioration du chiffre d'affaires

D'après lui, les entreprises seraient davantage conscientes de l'impératif de se digitaliser pour améliorer leurs manières de travailler, mais aussi faire face aux demandes de leurs clients. Christophe Labro prend l'exemple d'une banque qui mettrait deux mois pour développer, tester et lancer une nouvelle appli smartphone en passant par des services cloud, contre six mois sans recourir à cette technologie.

De quoi améliorer les finances des entreprises, assure IDC. Dans son étude, le cabinet juge qu'« une adoption plus poussée du cloud apporte des bénéfices qui se traduisent pas des millions de dollars ». Concrètement, le bénéfice par application s'élèverait jusqu'à 1,6 millions de dollars par an.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/09/2015 à 8:49 :
Le cloud pour les entreprises, c'est comme sauter dans le vide sans parachute pour un aviateur.

Il ne se passe pas 1 mois sans que des affaires de piratages numériques ne soient constatés sur la planète, entre autres sur des sites stratégiques de banques et même de sites de défenses militaires des Etats,

alors le cloud constitue le plus grand danger des dangers extrêmes pour les entreprises ;

Juridiquement

si une entreprise est victime d'un piratage dans le cloud "nuage",

dans quelle juridiction pourra t-elle poursuivre les pirates ? et encore faudra t-il pouvoir les identifier !!!

jusqu'à ce jour, les dernières affaires ne font qu'évoquer des pistes, mais les pirates sont bien tranquilles.

le cloud est à FUIR
a écrit le 21/09/2015 à 8:15 :
Il faut inverser le titre!Le cloud n'arrive pas a tirer profit des entreprises!
a écrit le 21/09/2015 à 3:06 :
Le cloud n'est intéressant, en majorité, que pour ceux qui le vendent. La dématérialisation des logiciels (pour les pros) n'est pas, forcément, un avantage financier pour le client. Et surtout pas un avantage technique. Quand à la sécurité des données, n'en parlons pas, elles sont démultipliées partout.
a écrit le 20/09/2015 à 15:57 :
Le cloud, comme tout nuage est généralement annonciateur de pluie, voire de tempête ou même de cyclone. Il y a bien le cumulus annonciateur du beau temps, mais il vient souvent après une période de fortes turbulences. Internet n'est pas sans risque, le cloud qui lui est lié démultiplie les problèmes.
Réponse de le 21/09/2015 à 16:25 :
Suffit de faire un tour sur the hacker news pour se tenir au courant des dernières prouesses...

Tor, cloud, objets co, drone (un drone peut servir de capteur de données en survolant une zone, ce qui explique assez bien tout ces drones sur Paris, les centrales etc).

Plus nous "évoluons", plus nous devenons performant, plus il y a de faille.
a écrit le 20/09/2015 à 13:43 :
le cloud a son marche mais il est loin d'etre adpate a tt le monde tt le temps!
a écrit le 20/09/2015 à 13:43 :
le cloud a son marche mais il est loin d'etre adpate a tt le monde tt le temps!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :