Radio France soutient la radio numérique

 |   |  347  mots
"Je milite pour la radio numérique", a déclaré ce lundi le PDG de Radio France Jean-Luc Hees. "C'est vrai qu'elle nécessite des investissements importants. Mais elle sera gratuite pour l'auditeur, et permettra d'étendre la couverture, avec un coût de diffusion deux fois moins élevés à terme".

Alors que les grandes radios privées freinent des quatre fers pour passer à une diffusion numérique, ce projet a reçu lundi le soutien de Radio France. "Je milite pour la radio numérique", a déclaré le PDG Jean-Luc Hees. "C?est vrai qu?elle nécessite des investissements importants. Mais elle sera gratuite pour l?auditeur, et permettra d?étendre la couverture, avec un coût de diffusion deux fois moins élevés à terme", ce qui ferait passer la facture payée par les radios publiques de 70-80 à 40 millions.

La radio numérique évite aussi de laisser le choix des programmes diffusés à un opérateur télécoms, ce qui est le cas de la radio sur mobile, a-t-il ajouté lors d?un déjeuner de l?Association des journalistes média. Bref, "elle n?offre que des avantages pour une activité de service public".

Il a toutefois admis que "l?Etat ne ?est pas encore déterminé dans un sens ou dans l?autre, mais si le passage au numérique est inscrit dans la loi".

Par ailleurs, le PDG a indiqué que son cahier des charges en matière de publicité devrait finalement rester inchangé. "Initialement, je pensais élargir le cahier des charges" pour obtenir de nouvelles recettes sans demander plus aux finances publiques. "Mais cela n?a pas rencontré un écho très favorable, car cela aurait pris des ressources publicitaires à la presse. J?ai donc un peu évolué sur le sujet".

Le PDG, nommé il y a un an par Nicolas Sarkozy, a "juré" n?avoir reçu aucune intervention de l?Elysée ou du gouvernement.

Il s?est dit "très satisfait" de l?évolution de France Info, dont "l?érosion a été arrêtée", malgré un repositionnement "très risqué". Mais "aucune décision n?est prise" sur le maintien à la rentrée de Stéphane Guillon. Une inflexion dans le discours de lui qui affirmait aux députés il y a un an qu?il "ne mettrait pas à la porte" l?encombrant humoriste.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/04/2010 à 10:33 :
Avant d'être inscrit dans la Loi , le passage est numérique est inscrit dans l'évolution technologique. Hess a aussi raison quand il parle du controle des opérateurs telco. Il aurait pu aller plus loin en soutenant la neutralité des réseaux qui est actuellement discutée, et sur laquelle NKM est assez ambigüe

En revanche, dire que cela permettra d'étendre la zone de couverture des radios est une erreur. Bien au contraire. ( il en est de même pour la TNT qui complète sa couverture avec le satellite)
La pénétration "indoor" n'est pas non plus la qualité principale de ces fréquences plus hautes que celles utilisées par la FM. La qualité n'est pas celle du CD limitée en T-DMB à 96kb/s en stéréo.


Cette affaire a été mal engagée par le CSA .
Les opérateurs radio ont poussé une norme qui limitaient le nombre des nouveaux entrants et que seuls la Corée utilisent .... pour la TV mobile.
Les postes n'en seront que plus chers pour l'auditeur français.
Non la radio numérique n'est pas gratuite.

Mais a laisser parler un vieux journaliste , forcément des erreurs (coupables) se glissent dans son discours quant il s'agit de technologies.

C'est bien triste pour la radio !
a écrit le 13/04/2010 à 10:36 :
@ Maurice

pardon, mais je dirais que vous êtes bien un Français...

venez faire un tour en Suisse et vous trouverez des postes RNT (norme DAB+) pas chers, le premier prix se situant aujourd'hui à environ 28 euros (40 francs).

offre en sol helvétique: http://www.broadcast.ch/data_program_dab.aspx

à terme, la diffusion FM analogique actuelle serait arrêtée... la question est: par quoi, amis français, souhaitez-vous la remplacer?
a écrit le 13/04/2010 à 5:18 :
C'est pas la réponse qu'il faut regarder ! mais la question! cette opposition stérile entre telecom et broadcast est d'un autre temps et penser que l'offre internet n'evolura pas en attendant que ces messieurs de la radio se mettent d'accord est une ineptie !!
La realité c'est qu'il est impossible aujourd'hui de financer un reseau de diffusion numérique, mobile de surcroit uniquement avec la radio, de même que l'on ne parle même plus de celui de la television (elle est passé au oubliette la TMP !!) il etait possible de financer un reseau commun a la radio et la television ca cela avait un sens !!! mais la connerie congenitale du CSA , l'incompétence des conseiller ministériels, la couardise des ministres en charge nous amènent dans cette impasse! qui n'en est pas une des operateurs plus dynamique viendront comme free a bousculé le telephone fixe et le forfait internet (eh oui on oublie et en fixe il est illimité !!!) le temps fera le reste, l'histoire des technologie foissonnent d'exemples. La radio a perdu une étape mais certain savait qu'il etait deja trop tard !
a écrit le 12/04/2010 à 16:50 :
c'est un tous cas moins cher qu'un abonnement internet ou 3G à payer chaque mois et c'est illimité contrairement à une diffusion en streaming qui peut très rapidement saturer si elle est sollicitée par de trop nombreux auditeurs !
je préfère pour ma part payer 2 ou 3 appareils 50? une fois, plutôt qu'un abonnement mensuel qui ne garantit pas de pouvoir écouter la radio partout et tout le temps...
a écrit le 12/04/2010 à 15:17 :
Jean-Luc Hees a une étrange conception de la gratuité pour les auditeurs. Le passage au numérique implique un rééquipement des foyers en appareils de réception dont le coût est très loin d'être gracieux. De plus, la multiplicité des équipements dans un même foyer devrait alourdir la facture jusqu'à plusieurs centaines d'euros.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :