Michel Houellebecq finit par décrocher le Goncourt

 |   |  352  mots
(Crédits : Reuters)
Le Goncourt a été décerné à Michel Houellebecq pour son roman "La carte et le territoire" publié chez Flammarion. Cela faisait 30 ans que la maison d'édition n'avait pas décroché le prestigieux prix.

"La carte et le territoire", roman de Michel Houellebecq, a reçu ce lundi le prix Goncourt, la récompense littéraire la plus convoitée de France.  "C'est une sensation bizarre mais je suis profondément heureux", a déclaré l'écrivain à la presse peu de temps après la décision du jury. "Il y a des gens qui ne sont au courant de la littérature contemporaine que grâce au Goncourt , et la littérature n'est pas au centre des préoccupations des Français, donc c'est intéressant", a-t-il ajouté. 

Michel Houllebecq n'est jamais passé très loin de cette récompense, notamment en 1998, avec "Les particules élémentaires", et sept ans plus tard, à une voix près, avec "La possibilité d'une île". Pas de rancoeur pour autant, "Je suis quelqu'un qui oublie les mauvaises choses", a-t-il répondu. 

Le livre de Michel Houellebecq été préféré à trois autres : "Apocalypse bébé" de Virginie Despentes, publié chez Grasset, "Naissance d'un pont" de Maylis de Kerangal (Verticales), lauréate du prix Médicis 2010, et "Parle-leur de batailles, de rois et d'éléphants" de Matthias Enard (Actes Sud). Le prix Renaudot a été attribué à Virginie Despentes .

Flammarion, la maison d'édition du lauréat, profite par la même occasion de cette récompense qu'elle n'avait pas eu depuis 1980. "C'est une récompense méritée, qui nous comble bien sûr, et qui est amplement justifiée parce que ce roman est un livre qui marquera par sa force, sa beauté, sa maîtrise et son humour", a déclaré Teresa Cremisi, PDG de Flammarion, à l'Agence France Presse. Ces quatre dernières années, c'est Gallimard et ses filiales, Mercure de France et P.O.L, qui ont raflé tous les Goncourt : Jonathan Littell en 2006, Gilles Leroy en 2007, Atiq Rahimi en 2008 et Marie NDiaye l'an dernier.

Grâce au fameux bandeau rouge "Goncourt" apposé au roman primé, les ventes sont susceptibles de doubler, voire tripler et fleurter avec les 400.000 exemplaires, indique une étude récente GfK  réalisée sur les cinq dernières années.

 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :