France Télévisions achète les Jeux olympiques jusqu'en 2020

 |   |  631  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Le groupe de télévision a signé un contrat de huit ans. Son objectif : prendre les devants face aux nouveaux arrivants, comme Al Jazira. Il tient aussi à montrer son soutien à Annecy, candidate comme Munich et Pyeongchang (Corée du Sud) à l'organisation des jeux olympiques d'hiver en 2018. Le CIO donne sa réponse ce mercredi.

Prévoyant à l'excès France Télévisions ? Le groupe de télévision publique a décidé de prendre les devants dans le sport en acquérant les droits de diffusion des Jeux olympiques jusqu'en 2020. "Nous pouvions nous contenter des droits jusqu'en 2016. Mais nous avons répondu oui à cette proposition du CIO de signer pour huit ans. Nous voulions apporter notre soutien à Annecy", candidate à l'organisation des Jeux olympiques d'hiver 2018, indique le patron des sports Daniel Bilalian.

Désignation de la ville hôte des jeux olympiques d'hiver 2018

De fait, le jour est crucial pour la cité savoyarde. Ce mercredi, à Durban, en Australie, le Comité olympique vote pour la ville qui organisera les Jeux olympiques 2014. En lice, trois villes: Munich, Pyeongchang en Corée du Sud et Annecy. Désignée en 2009 par le Comité national olympique français pour porter la voix de la France, au détriment de Nice, Grenoble et Pelvoux, Annecy a peu de chances d'emporter les votes du CIO. Malgré un budget revu à la hausse par Chantal Jouanno à 29 millions d'euros, Annecy reste sensiblement moins bien doté que ses concurrents, Munich disposant de 50 millions d'euros et Pyeongchang de 120 millions d'euros. En outre, la candidature de la ville, emmenée par Charles Beigbeder désigné sur le tard,  a connu de nombreux flottements. L'absence de Nicolas Sarkozy pour soutenir la candidature de l'autre côté du globe, qui s'est fait remplacé par François Fillon, est l'ultime signe, selon certains, montrant que la France n'y croit plus. 

L'arrivée d'Al Jazira en France pousse France Télévisions à acquérir quatre olympiades

Autre raison à l'empressement de France Télévisions: l'arrivée prochaine d'Al Jazira dans la télévision payante. Le groupe qatari a en effet acheté une partie des droits de la Ligue 1 pour la période 2012-2016. "Nous considérons que l'entrée [du groupe] sur le territoire est un premier signe de la mondialisation des droits télévisés. Jusqu'à présent, les vendeurs ne pouvaient s'adresser qu'aux chaînes nationales. Nous avons voulu sécuriser ces droits qui sont l'un des piliers de France Télévisions", indique le directeur des sports, qui se félicite d'avoir tout le direct et le numérique. Le groupe ne donne pas le montant déboursé, se contentant d'assurer qu'il n'y a pas d'inflation par rapport aux sommes versées en 2008 et 2010. Selon nos informations, le groupe de télévision publique va s'acquitter d'environ 80 millions d'euros pour deux olympiades été et hiver, soit aux alentours de 160 millions d'euros au total. Aux Etats-Unis, les droits ont connu une forte inflation, NBC n'ayant pas hésité à proposer 4,38 milliards de dollars pour emporter la mise face à Fox News et ESPN (Disney).

Une compétition largement déficitaire

Reste à savoir si le groupe de télévision publique, qui "a la possibilité de sous-licencier les droits", cèdera une partie des compétitions à des tiers. Jusqu'à 2012, les JO étaient négociés globalement au niveau européen par l'Union européenne de diffusion (au profit de l'ensemble des diffuseurs publics). Ils ont été longtemps co-diffusés avec Canal Plus. Pour le moment, la chaîne payante n'a pas décidé si elle réitérait le dispositif de rediffusion pour Londres 2012. TF1, qui misait sur des jeux à Paris, diffusera la cérémonie d'ouverture et de clôture. Elle avait déboursé un peu moins d'une vingtaine de millions d'euros. France Télévisions a de son côté dû s'acquitter de plus de 60 millions d'euros. Une chose est sûre, les Jeux olympiques, comme toutes les compétitions sportives, restent un événement déficitaire. Pour mémoire, en 2008, les jeux d'été de Pékin n'avaient rapporté au groupe que quelques millions d'euros de recettes publicitaires.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :