En 2011 la publicité a fait recette sur internet et au cinéma

 |   |  491  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Les recettes publicitaires des médias sur Internet ont progressé de 14% l'an dernier, celles du cinéma de 16,5%. Ces deux secteurs ont engrangé 721 millions d'euros. Les autres médias, comme la presse ou les chaînes de télévision "historiques", voient, en revanche, leurs rentrées publicitaires chuter.

Les médias sur Internet engrangent toujours plus de publicité. Les recettes engrangées par les médias sur le web via les bannières et encarts publicitaires (le "display") se sont établies à 616 millions d'euros l'an dernier, ce qui représente une hausse de 14% par rapport à 2010. L'Institut de recherches et d'études publicitaires (Irep) et France Pub publiaient ces chiffres ce jeudi. Ces recettes, nettes, sont calculées après les négociations de prix entre annonceurs, agences et médias.

La fréquentation des salles dope les recettes pour le cinéma

Le cinéma augmente de 16,5% à 105 millions d'euros. "C'est un segment qui fonctionne bien, en corrélation avec la fréquentation des salles et des films qui performent. Cela fait trois ans que le cinéma est en croissance, il l'était même en 2009, c'est donc un "vieux" média qui fonctionne bien publicitairement", selon Philippe Legendre, le directeur délégué de l'Irep.

Plus généralement, les recettes publicitaires des médias français sont restées stables. Elles sont évaluées à 10,7 milliards d'euros, soit une progression de 0,1% sur un an. "On peut parler d'une stabilisation, qui intervient après une année 2010 en progression de 3,9% et une chute historique en 2009, qui avait été la plus forte dégradation du marché depuis qu'on le mesure", a résumé Philippe Legendre.

Baisse de 3,2% des recettes publicitaires dans la presse

La chute se poursuit pour le secteur de la presse qui affiche une baisse de 3,2% à 3,49 milliards d'euros (contre -1,6% en 2010). Les quotidiens nationaux enregistrent une baisse (-3,7%) tout comme les magazines (-0,7%). Seule la presse quotidienne régionale tire son épingle du jeu et connaît une faible croissance de ses recettes (+0,2%).

Du côté de la presse gratuite, les plus durement touchées sont les publications de petites annonces (-18,8%), tandis que la presse gratuite d'information voit ses recettes progresser de 5,5%.

Recettes en hausse pour la télévision, portée par les nouvelles chaînes

Les recettes de la télévision se sont établies à 3,496 milliards d'euros, en progression de 1,6% sur un an. Face à la décroissance des cinq chaînes "historiques", dont les rentrées publicitaires perdent 1,8%, les nouvelles chaînes brillent par leurs gains élevés (+18%). Avec 746 millions d'euros de recettes, la radio engrange quant à elle 0,6% de gains grâce aux annonceurs.

Les annonceurs ont dépensé 31,41 milliards d'euros

Pour leur communication, les annonceurs ont dépensé 31,41 milliards d'euros l'an dernier (1,9% de plus qu'en 2010), et ce aussi bien dans les médias que via le marketing direct, les salons et foires, le parrainage et les relations publiques. "Le marché a fait preuve d'une très bonne résistance, notamment dans le contexte de grave crise de l'Europe. Nous avons remis les compteurs à zéro, le marché est structurellement reparti", a souligné Xavier Guillon, directeur de France Pub.

Concernant 2012, le scénario privilégié est celui d'une stabilisation du marché, avec une croissance estimée à 0,8%.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/03/2012 à 10:03 :
Ha la publicité sur Internet qui progresse, bien, bien , mais qu'est ce c'est barbant de se taper des pubs sans arrêt, je vais bientôt retourner à la presse écrite, au moins on peut tourner la page !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :