La faiblesse du marché publicitaire pénalise Lagardère

 |   |  286  mots
Arnaud Lagardère - Copyright Reuters
Arnaud Lagardère - Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le groupe de médias français Lagardère accuse un léger recul (-2%) de son activité au premier trimestre, lié à un environnement économique "incertain" en Europe qui a pesé sur le marché publicitaire, mais il confirme sa prévision de résultat opérationnel courant "stable" pour 2012.

Lagardère vit un moment délicat. Le groupe de médias français accuse un léger recul de son chiffre d'affaires (-2%) au premier trimestre. En cause : un environnement économique "incertain" en Europe, qui se répercute sur la santé du marché publicitaire. Dans ce contexte, Lagardère choisit de voir le verre à moitié plein. Dans un communiqué publié jeudi, le groupe met en avant sa "bonne résilience", avec une baisse "limitée" du chiffre d'affaires (à données comparables), qui s'est établi à 1,579 milliard d'euros. Néanmoins, ce chiffre correspond à l'estimation la plus basse du consensus des analystes qui tablaient sur des ventes entre 1,56 milliard et 1,62 milliard d'euros.

Objectif de "stabilité" confirmé pour 2012

Ces résultats mitigés n'altèrent pas, officiellement, la confiance du groupe dans sa capacité à maintenir son chiffre d'affaire 2012 égal à celui de 2011. "A ce stade", le groupe confirme pour l'exercice en cours son objectif de "stabilité" du résultat opérationnel courant de ses activités médias (Resop Média) par rapport à celui de 2011 qui s'était établi à 414 millions d'euros, à périmètre (hors presse magasine internationale et radio en Russie) et change constants.

Lagardère précise toutefois que cet objectif repose sur l'hypothèse d'un niveau de recettes publicitaires chez Lagardère Active équivalent à celui de 2011... La société précise aussi que cet objectif ne prend pas en compte trois éléments financiers imprévisibles dans la branche Sport (Lagardère Unlimited). Il s'agit du règlement de réclamations à la Fédération Francaise de Football et d'un litige avec le "Board of Control for Cricket" en Inde, ainsi que du résultat des négociations en cours d'un contrat avec le Comité international olympique.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :