La polémique enfle autour de la nouvelle loi sur l'affichage publicitaire

Les professionnels sont de plus en plus nombreux à dénoncer le projet de décret de la ministre de l'Ecologie, Nathalie Kosciusko-Morizet, qui va fixer les nouvelles règles en matière d'affichage extérieur. Après les afficheurs, ce sont les annonceurs qui s'alarment. En revanche, pour les associations anti-publicité, le gouvernement ne va pas assez loin.

2 mn

Copyright Reuters

Après les afficheurs, c'est aux annonceurs de dénoncer le projet de décret d'application de la loi Grenelle 2 votée en 2010 (voir La Tribune du 8 mars). Ce texte qui en consultation publique jusqu'à jeudi prochain va fixer les nouvelles règles en matière de publicité extérieure (affichage, enseignes commerciales...) dans un souci de protéger l'environnement. La ministre de l'Ecologie, Nathalie Kosciusko-Morizet, ne cache pas sa volonté de frapper un grand coup en réduisant considérablement "la pollution visuelle". Le projet de loi vise notamment les panneaux publicitaires des entrées de ville, et les fameux grands formats de 4 mètres sur 3, montrés du doigt comme les principaux pollueurs.

Les annonceurs demandent une révision complète du texte

Comme les afficheurs réunis au sein de l'Union de la publicité extérieure, les annonceurs dénoncent à leur tour des dispositions "floues" qui vont jusqu'à porter atteinte à la liberté du commerce. Pour l'Union des annonceurs, qui regroupe les plus grandes marques et entreprises en France, le gouvernement n'a pas d'autre choix de revoir sa copie de A à Z. Elle appelle ainsi "une révision complète" du texte issu du car ses conséquences seraient "désastreuses" sur la profession. La semaine dernière, c'est l'Union des entreprises de conseil et d'achat médias (Udecam) et l'Association des agences conseils en communication (AACC) qui se disaient extrêmement préoccupées par ce texte.

"Incohérent" pour le Syndicat national des enseignes

Même stupéfaction pour le Syndicat national des enseignes et de la signalétique professionnel qui dénonce un projet "incohérent et discriminent". Pour le syndicat qui rassemble 450 entreprises, des TPE et des PME, NKM entend tout simplement "jeter les enseignes avec l'eau du bain" et une fois de plus, l'enseigne fait les frais d'un "amalgame continuel avec la publicité". Lesyndicat rappelle que la réglementation des enseignes est inchangée depuis presque trente ans et qu'elle a toujours été régie par des "articles bien distincts de la publicité" même si ces derniers sont inscrits dans les mêmes textes de loi...

Le gouvernement ne va pas assez loin pour les assocations antipubs.

En revanche, du côté des associations antipubs ou de celles de défense de l'environnement, on dénonce un décret qui ne tient pas ses promesses, qui ne vont pas assez loin. Pour le collectif "Les Déboulonneurs", le bilan global du texte est "largement négatif" et "le gouvernement fait clairement le choix de ménager les professionnels qui hurlent à la mort de la profession dès qu'il est question de toucher aux formats des panneaux. Pour l'association Résistance à l'agression publicitaire (RAP), la plupart de ses dispositions sont "des mesurettes qui ne répondent pas aux enjeux" et "le fameux 4x3 a encore de beaux jours devant lui ". Si l'interdiction de l'éclairage lumineux entre minuit et 6 heures du matin est un premier pas, là encore le ministère reste trop frileux, pour "Les Déboulonneurs ".

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 3
à écrit le 15/07/2016 à 14:21
Signaler
Un article intéressant sur les écrans de publicité extérieure. Je l'ai acheté l'affichage mené ici pour une entreprise. Bonne qualité et prix bas. <a href="http://hannoufmediagroup.com/fr/">http://hannoufmediagroup.com/fr/</a>

à écrit le 15/06/2011 à 11:05
Signaler
On a tendance à exclure et tout faire pour interdire l'affichage à led numérique pour soit disant l'environnement. Un affichage papier détruis plus la planète. des tonnes de papier (arbres coupés), d'encre, des tonnes de colle et des milliers de véhi...

à écrit le 24/03/2011 à 20:23
Signaler
Encore une loi trompe l'oil dont on ne connait pas l'impact sur l'emploi. Le gouvernement doit faire du résultat avant les élections, le grenelle est un échec dans ses grandes lignes, les afficheurs et enseignistes vont porter le poids de tous les dé...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.